Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycles Fantasy >L' Âge de la déraison

L' Âge de la déraison

Titre VO: The Age of Unreason (Ce Cycle est Terminé)

Auteur : Greg Keyes
L' Âge de la déraison

Les Démons du Roi-Soleil

1681 : l’alchimiste Isaac Newton découvre le mercure philosophal, source primaire de matière permettant de manipuler les éléments à travers l’éther. Du coup, en 1720, la guerre entre la France de Louis XIV, dont la vie ne s’est pas arrêtée en 1715, et l’Angleterre de George Ier va s’en trouver changée, les membres de l’Académie des sciences et de la Royal Society rivalisant pour donner à leur pays des armes toujours plus performantes. Parmi elles, le “canon de Newton”, une comète qu’un de ses anciens élèves, passé au service de la France, se propose de précipiter sur Londres pour se venger du maître qui l’a rejeté. Pour empêcher la catastrophe qu’il a malgré lui rendue possible, Benjamin Franklin, alors jeune apprenti imprimeur de quatorze ans éperdu d’admiration pour Newton, quitte Boston pour le Londres de l’ère géorgienne. Aidé sur place par Newton et ses élèves, et en France par l’ancienne secrétaire de Mme de Maintenon et un garde des cent-suisses, il devra lutter contre des individus prêts à tout pour assouvir leurs ambitions, mais aussi contre des créatures qui manipulent les hommes depuis cet éther même que ceux-ci croyaient manipuler…

L' Âge de la déraison

L' Algèbre des anges

1722 : deux ans ont passé depuis que les alchimistes de Louis XIV ont précipité une comète sur Londres, dévastant une grande partie de l’Europe. Les véritables instigateurs de cette catastrophe ne sont cependant pas les Français, mais de mystérieuses sortes d’anges dont le but est d’anéantir l’humanité : Dernier espoir pour l’Homme : mettre au point une algèbre angélique afin de lutter contre ses ennemis immatériels.
C’est à cette tâche que vont s’atteler Isaac Newton et son apprenti, le jeune Benjamin Franklin, réfugiés à Prague à la cour du Saint-Empereur romain germanique. C’est aussi à quoi s’efforce l’ancienne favorite de Louis XIV, Adrienne de Montchevreuil, luttant pour sa survie dans une France livrée aux brigands, avec son nourrisson et son impénétrable protectrice ; Véronique de Crécy. De même, bien que d’une manière ” moins scientifique “, Red Shoes, un chaman choctaw, tente d’apporter sa pierre à l’édifice en traversant l’Atlantique avec une délégation de colons américains, parmi lesquels le puritain Cotton Mather et le pirate Barbe-Noire, inquiets du sort de l’Ancien Monde.
Leurs aventures respectives vont les rassembler à Venise, sous domination turque, où doivent s’affronter les forces de Pierre le Grand de Russie et de Charles XII de Suède…

L' Âge de la déraison

L' Empire de la Déraison

Dix ans se sont écoulés depuis la bataille de Venise entre le tsar de Russie, fort de ses vaisseaux volants, et le roi de Suède, soutenu par Benjamin Franklin et ses trouvailles scientifiques. Après la face de l’Europe, bouleversée par les travaux alchimiques de Newton et la comète qui s’est abattue sur Londres, c’est au tour de celle de l’Amérique d’être menacée. Débarqué à Charles Town, Jacques Stuart, dit le Prétendant, tient à faire valoir ses droits à la royauté sur des colons qui ont aboli l’esclavage, vivent en bonne entente avec les Indiens et sont en train de jeter les bases d’un État démocratique. Par ailleurs, un inquiétant rassemblement s’opère à l’Ouest autour d’un mystérieux Enfant-Soleil, instrument de la faction des créatures éthériques - les malakim - qui a décidé d’éradiquer l’humanité de la surface de la Terre. Benjamin Franklin et sa Junte, la société secrète qu’il a organisée, veillent au grain, mais il leur faudra l’aide d’une confédération encore à construire, de Red Shoes, dont les pouvoirs chamaniques sont plus que jamais précieux, et d’Adrienne de Montchevreuil, en quête de son fils disparu et d’une science ne devant rien aux malakim, pour déjouer les machines infernales lancées contre les derniers bastions de la raison et de la liberté.

L' Âge de la déraison

Les Ombres de Dieu

Tandis que les forces du Prétendant continuent d’étendre leur mainmise sur les colonies anglaises du Nouveau Monde, l’armée russe poursuit sa marche inexorable en provenance de l’Ouest, rejointe au fur et à mesure par les peuples qu’elle rencontre. Seul un endroit échappe encore à la menace d’invasion, New Paris, en Louisiane, où Philippe d’Orléans s’efforce de faire survivre le souvenir du vieux royaume de France. C’est là qu’arrive enfin Benjamin Franklin en compagnie de ses amis de la Junte, contraint de rallier Philippe à sa cause pour sauver l’ébauche de démocratie qu’il a eu tant de mal à mettre en place. Le tsar Pierre, de son côté, ne pense qu’à se venger de ceux qui ont tué sa femme et l’ont dépossédé de son pays et de son armée. Décidé lui aussi à demander l’appui de la Nouvelle France, il poursuit sa route vers la Louisiane, mais désormais sans Red Shoes, le chaman choctaw qui lui a sauvé la vie, celui-ci étant sujet à des crises de folie meurtrière depuis sa victoire sur un esprit puissant. Quant à Adrienne de Montchevreuil, elle est en passe de rattraper Nicolas, le fils qu’on lui a pris alors qu’il n’était encore qu’un bébé -un enfant devenu, malgré lui, le prophète de l’armée qui déferle sur le Nouveau Monde. Tous vont se retrouver à New Paris pour en découdre. Ils devront cependant oublier leurs nombreuses querelles personnelles s’ils veulent avoir une chance contre leur seul véritable ennemi, les malakim, dans la formidable bataille qui les attend.


Critique

Par Gillossen, le 10/07/2004

Avant de nous offrir le Roi de Bruyère, Greg Keyes, ou plutôt J. Gregory Keyes tel qu’il se présente ici, avait livré aux lecteurs de Fantasy une tétralogie d’une envergure remarquable… L’Âge de la Déraison est en effet un cycle en tous points enthousiasmant !
Que ce soit le cadre choisi - avec son XVIIIeme siècle puissamment revisité - les personnages de fiction ou bien réels de notre Histoire, l’étoffe d’une saga se déroulant sur près de vingt ans, ou bien encore le style alerte et aussi bien chaleureux qu’élégant de l’auteur, tous ces ingrédients se mêlent avec bonheur et efficacité.
Keyes est assurément ambitieux, mais loin d’y voir un excès de confiance, il se donne les moyens de réussir son pari. Un récit divertissant, mais qui parvient également à se montrer érudit sans pompe ou longueurs. Une véritable fresque, aux enjeux de fin du monde, mais qui toutefois ne perd jamais de vue ses protagonistes, bons ou mauvais.
On les suit parfois depuis leur enfance tout comme ils peuvent surgir dans le tome 3, mais toujours avec une même fascination. De l’intrépide Benjamin Franklin à Adrienne de Montchevreuil en passant par le tsar de Russie ou Red Shoes le shaman indien, ils disposent tous d’une réelle consistance, et les personnages de femmes fortes par exemple ne sont pas oubliées, loin s’en faut. Certains mériteraient sans doute à eux seuls un roman, et s’effacent parfois en quelques pages… C’est tout dire !
Mais tout autant que ses héros, l’imagination de l’auteur nous parle et nous ravit. Dès les premières pages, et ce jusqu’à la conclusion, il fait preuve d’une remarquable constance à ce niveau. Un talent maîtrisé qui se développe à plusieurs niveaux, là encore.
Tout juste pourra-t-on peut-être trouver à redire sur certains petits flottements, notamment dans l’Empire de la Déraison, ou bien une mécanique presque trop bien huilée par moments.
Mais ceci représente bien peu de choses comparé à la couronne de compliments que l’on peut lui tresser, et le lecteur avide de nouveauté tient là une oeuvre à ne pas manquer. Car que l’on soit amateur de Fantasy épique, d’uchronie, de complots retors, de figures charismatiques ou de tant d’autres éléments, l’Âge de la Déraison s’impose comme une formidable lecture, à la fois riche, haletante, et flamboyante.

8.5/10


Discuter de L' Âge de la déraison sur le forum.


Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :