Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Romans Fantasy > Les Cités de lumière > La Saison de la paix


La Saison de la paix

Titre VO: The Price of Spring

Tome 4 du cycle : Les Cités de lumière
ISBN : 978-226509309-6
Catégorie : Aucune
Auteur : Daniel Abraham

Quinze ans ont passé depuis la guerre qui a ravagé les Cités du Khaiem. Les andats ont été détruits, laissant les femmes du Khaiem et les hommes de Galt stériles. L’Empereur Otah tente de former une alliance en mariant son fils à la fille d’un seigneur galtique, espérant ainsi donner vie à une nouvelle génération et à un futur de paix.
Mais Maati, rongé par la culpabilité, veut restaurer le monde d’avant la guerre. Il est bien décidé à créer de nouveaux andats grâce à des poètes femmes, ce qui va à l’encontre des traditions séculaires. Et lorsque l’une des créatures se libère, l’Empire court de nouveau un terrible danger…

Critique

Par Vermithrax, le 24/11/2011

Quand George R. R. Martin en personne nous annonce que nous allons avoir le cœur brisé par ce dernier tome, qu’en penser ? Que l’auteur du Trône de fer ne dit pas que des bêtises…
Après un bond dans le temps de 15 ans, Daniel Abraham nous replonge dans son monde, prenant le lecteur par la main sans lui donner l’impression pour autant de le guider à chaque pas, comme dans tant de romans. Maturité est d’ailleurs sans doute le maître-mot du livre et de ce cycle dans son ensemble.
Maturité de l’auteur, qui nous propose là encore une intrigue aboutie, aux nombreux sujets de réflexion. Maturité des personnages, qui, comme toujours, s’avèrent dotés d’une véritable épaisseur, mais surtout, évitent de basculer dans un camp précis. Le Bien, le Mal… et si l’on parlait avant tout d’hommes et de femmes, avec leurs qualités mais aussi leurs faiblesses, parfois tristement communes ? Maturité de l’univers, qui démontre une fois encore qu’il n’est pas obligatoire d’accumuler créatures, artefacts et pouvoirs magiques dignes d’un feu d’artifice pour donner vie à un cadre cohérent et tout aussi fantasy que l’un de ces univers génériques qui donnent l’impression au final de toujours se retrouver au même endroit.
Plus mélancolique que les autres, ce quatrième et dernier tome n’est pas contemplatif pour autant, si ce n’est dans ses dernières pages. A ce niveau, Daniel Abraham a peut-être situé le point culminant de son récit un peu trop tôt. Il en résulte un sentiment circonspect, mais qui ne dure qu’un temps, au fil de ces chapitres aux points de vue changeants au gré du récit.
En effet, à mesure que l’on approche des dernières lignes, l’on repense à tous ces rouages savamment mis en place, à ces conflits déchirants, à ces protagonistes condamnés à un destin ô combien amer. Et l’on en regretterait presque que le soin du détail et l’élégance naturelle de plume de Daniel Abraham ne se laisse parfois pas un peu plus aller à quelques débordements, sans doute bancals mais peut-être plus viscéraux.
Pour autant, n’allez pas imaginer que l’auteur se révèle un froid calculateur composant méthodiquement son intrigue ! Ce serait se tromper, voire faire une erreur grossière, n’ayons pas peur des mots. Si, pour donner un exemple, l’économie apparaît ici, pour un peu, plus importante que la magie, plus vitale dans la vie quotidienne des gens, Daniel Abraham n’oublie jamais le véritable cœur de son univers : ses personnages et leurs actes, parfois héroïques, parfois méprisables.
Quatre tomes, pas un de plus. Voilà qui s’avère largement suffisamment pour hisser ce cycle parmi les meilleures surprises de ces dernières années dans le domaine de la fantasy épique, une réussite qui peine malheureusement à sortir de l’ombre de tant d’autres parutions de moindre envergure. Et alors que Les Cités de Lumière s’éloigne déjà, comme si quelques semaines se changeaient en mois entiers par la faute de ce flot ininterrompu de sorties, il est bon de le rappeler.

8.0/10

Discuter de La Saison de la paix sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :