Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Romans Fantasy > Le Haut-royaume > L'Adversaire


L'Adversaire

Tome 4 du cycle : Le Haut-royaume
ISBN : 979-102810852-6
Catégorie : Aucune
Auteur/Autrice : Pierre Pevel

UN HÉROS
UN PROSCRIT
DEUX DESTINÉES 
Il incarnait l’espoir d’un jour nouveau et la crainte d’une nuit éternelle. Serait-il le sauveur ou l’ennemi ? Le choix était sien.

Critique

Par Belgarion, le 14/08/2020

L’attente entre le tome 3 et 4 aura été plus courte qu’entre le 2  et le 3, ce qui permet d’avoir encore en mémoire le final marquant du tome précédent. Mais au final ce nouveau volume est-il du niveau de son prédécesseur ?
A tout le moins, il est construit différemment et est plus centré sur l’introspection et la mise en place de nouvelles intrigues. L’histoire, centrée sur Lorn, est toujours menée avec maîtrise avec des rebondissements réguliers et quelques moments de suspense. Toutefois, le récit traîne beaucoup plus en longueur, l’auteur se perd dans certaines sous-intrigues répétitives voire inutiles, et au final les bons points du tome 3 peinent à ressortir ici. Certes, l’intrigue évolue avec de nouveaux objectifs, un approfondissement de l’univers créé par Pierre Pevel et l’introduction de quelques nouveaux personnages, mais il a été difficile pour moi de m’y intéresser. 
La faute revient sans doute à un héros qui peine à se rendre attachant et à plusieurs autres protagonistes du roman qui sont beaucoup trop caricaturaux, comme le cardinal. Certes, Lorn est un parfait guerrier, invincible l’épée à la main, certes il est en plein doute et a vu une partie de son monde s’écrouler suite à de nombreuses épreuves. Toutefois, en dépit de son âge plus mature et des innombrables drames traversés, il n’a au final quasiment pas évolué depuis le début et semble incapable de s’extirper de l’archétype en oxymore du guerrier ténébreux aux idéaux immaculés. Il souffre ainsi toujours d’un incroyable naïveté et d’une vision manichéenne du monde qui l’amènent immanquablement à sauter à pieds joints dans tous les pièges et chausse-trappes que le lecteur anticipe longtemps à l’avance. 
Ce quatrième tome se résume à une succession de nouveaux départs, immédiatement suivis d’un drame et d’une fuite qui incitent chaque fois le protagoniste principal à ruminer ses erreurs passées. Et pour s’en sortir, l’auteur n’hésite pas à un recours plus marqué au deus ex machina dans ce volume.
Pour conclure, L’Adversaire, qui se présente comme un tome de transition, ne parvient pas à se hisser au niveau du tome précédent.

6.0/10

Discuter de L'Adversaire sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :