Vous êtes ici : Page d'accueil > L'Actualité fantasy

Entretien exclusif avec L.E. Modesitt, Jr !

Par Gillossen, le lundi 26 juin 2006 à 13:03:53

Le Monde de Recluce a enfin débuté sa publication en français il y a quelques mois de cela maintenant, et à l'occasion de la sortie du tome 2 de Les tours du crépuscule, l'auteur en personne, L.E Modesitt Jr, a accepté de répondre à nos questions, avec même quelques mots en français !
Une interview que même les non-lecteurs de Recluce peuvent découvrir, et pour laquelle nous remercions une fois encore l'ami Pat !

Entretien avec L.E. Modesitt, Jr, version française

Vous êtes un grand nom en Amérique du nord, mais il a vraiment fallu longtemps pour vous voir traduit en France. Comment l'expliquez-vous ?

Je ne suis pas sûr de le pouvoir. Plusieurs éditeurs français s'y sont intéressés avant que Mnémos ne décide de traduire La Magie de Recluce. Selon ce que je pourrais appeler, les livres de Recluce sont très différents de n'importe quels romans de fantasy publiés actuellement, et il se pourrait que ça soit la raison des hésitations des éditeurs français. Même en Grande Bretagne, les éditeurs anglais ont attendu 5 ans après la parution US initiale avant de publier La Magie de Recluce, et l'édition espagnole a tout juste été publiée plus tôt cette année. Je suis simplement content que Mnémos l'ait fait.

Au fait, avez-vous été consulté à propos de la traduction française de votre oeuvre ?

Non, mais il semble qu'un soin tout particulier ait été apporté à la traduction.

L'immensité et l'échelle du monde de Recluce est impressionnante. Même pour quelqu'un de méthodique et d'ordonné comme vous devez l'être, il doit y avoir des passages difficiles à négocier au fur et à mesure.

Quand je travaille sur un roman de la saga de Reluce, j'ai une carte à l'échelle sur le mur à côté de mon ordinateur, et j'ai parfois besoin de consulter des notes ou mes romans précédents ou ma frise historique du monde de Recluce. Mais même dans ce cas, la plus grande part de ce monde demeure dans mon esprit, et la plupart me revient en mémoire quand je commence à travailler sur un autre roman. J'ai tout juste terminé le quatorzième tome, et je commence le quinzième.

Pour un auteur accompli comme vous, quelle est la chose la plus difficile avec la fantasy épique ?

La chose la plus difficile dans l'écriture d'un roman de Reluce est de montrer un autre aspect du monde, et aussi de créer un personnage principal qui affiche différents traits dans son approche de la vie et de ses difficultés. Certains lecteurs ont noté que la plupart de mes personnages « apprenait » quelque chose de différent, et si c'est vrai... mais je préfère ne pas écrire à propos de personnages qui n'apprennent rien. Même l'Etranger de Camus apprend quelque chose, même si c'est à propos de l'absurdité de l'existence.

De façon plus spécifique, comment ménagez-vous les moments intimes et les clashes titanesques ?

Même quand une grande bataille ou clash a lieu, et cela n'arrive pas dans chaque livre de Recluce, je me concentre sur les personnages, pas sur les clashes titanesques. J'écris à propos des gens, et comment de tels évènements peuvent les marquer eux et leurs relations. Dans tous mes romans, il y a un élément romantique, peut-être à cause de cette part de mon ascendance qui est française, et parce que je ne suis pas intéressé par des personnages qui ne peuvent pas comprendre la romance de la vie et de l'amour.

Est-ce que la Saga de Reluce occupe une place à part dans votre bibliographie ?

Avec le temps qui s'est écoulé depuis que j'ai écrit La Magie de Recluce, il est devenu de plus en plus clair qu'elle exerce une fascination particulière pour beaucoup de lecteurs, si l'on se souvient de moi en tant qu'écrivain, ce sera probablement grâce à la Saga de Recluce.

Avec l'adaptation du Seigneur des Anneaux par Peter Jackson, beaucoup de projets fantasy se montent. Que pouvez-vous dire à propos de Recluce ? Seriez-vous intéressé de prendre part à une adaptation ? Ou comme le Tolkien Estate, de rester à l'écart ?

Durant ces dernières années, j'ai été approché à propos de jeux et de films concernant Recluce, mais une fois que ceux impliqués avaient étudié Recluce, ils en sont arrivés à penser que dépeindre cela de façon Holywoodienne, quelle qu'elle soit, n'était pas possible, peut-être à cause de sa sobre complexité.

Comment définiriez-vous votre relation avec les fans ? Leurs attentes vous pèsent-elles parfois ?

Mes fans, pour la plupart, sont réservés et réfléchis, et semblent de loin beaucoup plus intéressés par ce que j'écris que par ce que je suis, et pour ça, je leur en suis très reconnaissant. Au final, les mots et les livres qui les contiennent sont ce qui comptent.

Quelle est votre opinion à propos du genre fantasy ? Quels sont vos auteurs favoris ? Existe-il une rivalité entre vous ?

Je réalise que les exigences marketing forcent la majorité de la fantasy à être publiée dans le genre fiction, mais en pratique, n'importe quelle ficiton est en un sens de la fantasy, et la soi-disante littérature générale est simplement cette brande de la fiction avec les tropes et les définitions les plus restrictifs. Personnellement, j'aime écrire de la fantasy parce que cela me donne la chance d'explorer des thèmes et des croyances d'une façon qui n'est pas possible en littérature générale, ou même en science-fiction. J'écris également toujours un roman de science-fiction chaque année, et j'aime faire ça parce que je peux montrer l'interaction entre la technologie, la croyance, et la culture.

Je ne peux pas dire que j'ai des auteurs favoris en fantasy. Mes auteurs les plus appréciés sont des poètes, en particulier W.B Yeats, T.S. Eliot, W. H. Auden, Frost, et Stevens, et en français, François Villon. Ce traditionalisme ne concorde pas probablement d'une certaine façon avec le fait d'écrire de la fantasy et de la science-fiction, mais pour moi, il n'y a pas de contradiction... Et pas de compétition, juste un sens partagé de compréhension à propos de l'importance de chaque monde

Êtes-vous influencé par les critiques et cherchez-vous avant tout à écrire quelque chose qui vous satisfasse ?

Je lis les critiques, mais généralement, le seul impact qu'elles ont est que, si un critique a clairement raté quelque chose, et que je travaille sur une série de fantasy plutôt que sur un roman de SF en un seul tome, je peux toujours corriger le tir dans un prochain volume, en supposant que cela soit toujours pertinent. Un exemple de cela s'est produit dans l'un des romans du cycle de Spellsong. Un certain nombre de lecteurs et un critique se sont plaints que les sorts/paroles utilisées par Anna étaient trop simples. Ils n'avaient pas compris que les sorts sont des outils, et que tous les outils doivent être aussi simples que possible. On ne donne pas à un marteau des collets ou n'importe quelle protubérance inutile. Quand un sort est un outil, un chanteur de sort compétent ne va ni utiliser un langage excessivement poétique ou trop vague, et Anna explique cela dans un roman ultérieur.

Est-ce que justement internet est un outil important pour vous, pour communiquer avec vos lecteurs, effectuer des recherches, etc ?

Personnellement, internet est plus important pour moi pour communiquer avec les lecteurs. Il y a en fait un forum où je réponds aux questions des lecteurs autant que je le peux. J'ai considéré que, excepté pour quelques informations isolées, une bonne bibliothèque est toujours une meilleure source de recherque qu'internet pour moi. C'est aussi plus rapide, mais c'est aussi parce que je n'ai pas accès à l'internet haut débit ou aux bibliothèques universitaires majeures.

Avez-vous des ouvrages à nous recommander, de fantasy ou non ?

Recommandez des romans, - y compris les miens - est presqu'au aissi dangereux que faire la liste de ses conquêtes, être en campagne politique ou publiquement annoncer son enfant favori. J'ai une étagère de livres favoris qui approche maintenant de deux, aussi bien que mes ouvrages de poésie préférés mais l'espace m'empêche de les lister, et je ne me sentirais pas à l'aise d'en saisir un comme ça, car cela aboutirait à une sélection arbitraire.

Enfin, auriez-vous un mot pour vos lecteurs français ?

Je suis particulièrement heureux de voir une partie de mon oeuvre en français, parce que j'ai une grande affection aussi bien pour la langue française que pour le peuple français. Chaque année, je continue de questionner Tor concernant de possibles éditions françaises, et j'ai en fait approché personnellement plusieurs éditeurs français aux conventions World Fantasy pour essayer de les intéresser. J'espère juste que les lecteurs en France auront de l'estime et apprécieront ce que j'ai écrit.

J'apprécie énormément mes lecteurs francophones, et j'espère qu'ils me pardonneront mes pauvres efforts en Français. Vous avez tous et toutes ma reconnaissance pour votre appui concernant mes oeuvres. (en français dans le texte !)

  1. Entretien avec L.E. Modesitt, Jr, version française
  2. Interview with L.E. Modesitt, Jr, english version

Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :