Vous êtes ici : Page d'accueil > L'Actualité fantasy

Aujourd’hui en salles : Maléfique

Par Gillossen, le mercredi 28 mai 2014 à 12:30:13

Les coulisses du projet

Le tournage de MALÉFIQUE a débuté le 11 juin 2012 et s’est déroulé presque entièrement dans les célèbres studios britanniques de Pinewood. Le tournage principal a duré cinq mois sur six plateaux et plusieurs milliers de mètres carrés de backlot et de terrain. Le film se déroule dans plusieurs décors extraordinaires. Les chefs décorateurs Gary Freeman et Dylan Cole, aidés de l’ensemblier Lee Sandales, ont collaboré avec Robert Stromberg afin de créer des intérieurs et des extérieurs dignes de la vision épique du réalisateur.

Le directeur photo oscarisé Dean Semler déclare : "La grande salle du château où se déroule le baptême d’Aurore est sans doute le décor le plus impressionnant que j’aie jamais vu." Ce château est la reproduction intérieure et extérieure de celui du film d’animation de 1959. Gary Freeman commente : "L’esthétique du dessin animé est fabuleuse. C’était un film avant-gardiste à sa sortie. Le traitement des couleurs et des contrastes est extraordinaire. Chaque élément pris séparément pourrait donner à penser qu’il tranchera trop sur le reste, mais une fois assemblés, ils fonctionnent à la perfection."

"Outre les dimensions du château, nous avons utilisé des matériaux plus luxueux que ceux que l’on voit habituellement dans un château de style roman comme en bâtissaient les Normands. Nous avons par exemple opté pour des sols en marbre, une palette riche et expressive. Sur le plan architectural, le château du film d’animation est inspiré de différents styles. Ça n’est pas le cas du nôtre car le public contemporain n’est pas dupe, un château qui mélangerait les styles victorien, gothique et roman n’existe pas."

Il poursuit : "Nous nous sommes donc limités à un seul style architectural. Il s’agit également d’un hybride, mais il est plus logique : nous avons opté pour une architecture typique de Prague alliée à des formes caractéristiques du style roman. Nous avons ensuite utilisé les arcs-boutants, sorte de thème récurrent, pour faire le lien entre tous les espaces."

Réaliser un film dont la plupart des décors et arrière-plans et de nombreux personnages n'existent que dans l'imagination constitue un défi à bien des égards. Robert Stromberg déclare : "jouer devant un fond bleu est assez particulier, mais les acteurs du film sont tellement talentueux qu'on en oublie qu'ils se trouvent pas dans cet univers féerique"

C’est à la chef costumière Anna Sheppard, citée à l’Oscar à deux reprises, qu’il a incombé de créer les costumes du film, à la frontière entre univers de conte de fées et Moyen Âge. Elle raconte : "Au début, je pensais devoir créer des costumes d’époque, mais j’ai vite réalisé que ça n’était pas la bonne approche. Il fallait que je m’inspire de la vision de Rob et que je laisse libre cours à ma créativité, car c’est quelqu’un de très visuel qui est capable de vous décrire ce qu’il a en tête avec une grande précision. J’étais donc consciente qu’il allait falloir que mes créations soient empreintes de beaucoup de fantaisie."

Pour MALÉFIQUE, la chef costumière a relevé des défis sans précédent dans sa brillante carrière. Outre le fait de devoir créer des costumes à la fois féeriques et réalistes, elle a dû créer de nombreuses sous-catégories au sein de ces deux univers. En tout, son équipe et elle ont réalisé à la main plus de 2 000 costumes. Pour créer les corbeaux, les créatures de la forêt et le vieillissement du roi qui passe 16 ans à espérer que sa fille survive à une terrible malédiction, l’équipe du film a eu recours à la magie des prothèses et du maquillage. Un spécialiste au sein de l’équipe en charge du maquillage prosthétique, dirigée par Rick Baker, oscarisé à sept reprises, se consacrait exclusivement à la pose des cornes et des joues artificielles du personnage de Maléfique, tandis qu’une équipe de maquilleurs passait plusieurs heures chaque matin à préparer les autres acteurs.

  1. Synopsis
  2. Les coulisses du projet
  3. Un réalisateur, une vision
  4. Du conte au grand écran
  5. De la magie dans l'air
  6. Les personnages

Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Soutenez l'association

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :