Vous êtes ici : Page d'accueil > L'Actualité fantasy

Audrey Françaix donne dans l’erotic-fantasy

Par Luigi Brosse, le mardi 14 septembre 2004 à 20:39:49

Audrey FrançaixConnue pour ses livres pour la jeunesse, Audrey Françaix signera en septembre un roman très différent de ses écrits habituels : La Chair et l'acier. Fièrement revendiqué comme un texte d'erotic-fantasy, genre quasiment inexistant en France, le livre chahute copieusement les stéréotypes et nous dévoile un univers barbare aux odeurs musquées.

Nos questions, ses réponses !

Audrey Françaix, pourquoi ce choix de l'erotic-fantasy ?
Je me lance ici un défi : changer de registre d'écriture, intégrer l'action, et souvent la violence, au coeur des atmosphères chères à ma plume. N'imaginez pas un roman à l'eau de rose, mais plutôt une aventure où la chair se veut aussi dévastatrice que l'épée ! Je n'ai jamais lu d'erotic-fantasy, outre quelques bandes dessinées, je n'ai donc subi aucune influence... J'aimerais beaucoup parvenir à séduire les amateurs de fantasy en restituant le climat du genre, mais en dévoilant plus que de coutume. Sachant que le premier de mes textes à être primé fut une nouvelle érotico-fantastique... Je retrouve donc ce genre que j'avais abandonné quelque temps au profit de la littérature jeunesse, et qui me manquait. Je ne fais pas ce choix pour le plaisir d'intégrer du « sexe » dans mes écrits, mais pour aller au bout de chacune de mes idées et mettre à nu, au sens propre comme au sens figuré, mes personnages, sans aucune retenue ni censure ! Tout est permis !
Ne craignez-vous pas que la critique juge le texte un peu « racoleur » ? C'est votre premier roman adulte, et vous avez des intérêts dans les Editions Octobre...
J'ai toujours l'impression d'écrire égoïstement, car je cultive avant tout mes passions et non celles des autres. Changer de style m'amuse beaucoup. J'ai écrit de la jeunesse, des scénarios de jeux vidéo, du fantastique, un ouvrage illustré, ici de la fantasy érotique (pourquoi pas ?) et j'ai même commencé un roman de littérature générale... Tous les genres m'intéressent, j'adore me lancer des défis. Si celui de La Chair et l'Acier plaît aux lecteurs, tant mieux ! Dans le cas contraire, j'aurais au moins passé un excellent moment en l'écrivant, et j'aurais pu faire une nouvelle expérience en matière de rédaction. Mon métier est celui d'auteur, non de femme d'affaires ! Je serais évidemment heureuse « d'empocher quelques sous » pour mon histoire, mais je le serais d'autant plus sachant que ce texte me tenait à coeur, et qu'il n'est en aucun cas issu d'un projet « commercial ». Bien au contraire, je crois prendre un risque important en me lançant dans un projet autre que la fantasy traditionnelle, genre qui en ce moment connaît un véritable succès auprès des lecteurs.
Comment présenteriez-vous l'histoire ?
Mantii est une jeune pucelle, niaise, soumise... Elle ne le restera pas longtemps ! Elle affrontera une multitude de personnages (hommes et femmes, seigneurs et barbares) aux moeurs folles, délirantes, cruelles... Elle deviendra tour à tour esclave, assassin et reine, sera souillée par la semence et le sang jusqu'à ce qu'elle forge enfin son propre caractère et devienne maîtresse de son destin... Et de celui des autres !
Tous les lecteurs vont se demander si vous vous identifiez à l'héroïne...
Lorsque l'on écrit un roman, on y met forcément un peu (beaucoup !) de soi. De là à m'identifier à Mantii... Non ! J'ai travaillé les caractères des protagonistes, leurs rêves et leurs esprits tortueux... Je me suis beaucoup attachée à mes personnages, et mes idées furent si nombreuses que ce qui devait n'être qu'un roman sera, au final, un cycle !
Que penser du voisinage de ce livre avec vos oeuvres plus sages, celles pour la jeunesse ?
Dans mes ouvrages jeunesse, je plonge dans mon passé, je me remémore avec délectation, parfois nostalgie, mes peurs d'enfant et les êtres qui ont peuplé mes rêves (et qui, pour certains, les peuplent encore aujourd'hui). Mais tout n'est pas permis, je me dois d'adapter mon écriture à l'âge de mon public... Et parfois, je me sens un peu bridée.
Dans La Chair et l'Acier, je ne me fixe aucune limite ! Attention, je n'entends pas faire du X, ça ne m'intéresse pas ! Quand je dis « pas de limite », j'entends : les méchants seront vraiment pourris, les gentils ne gagneront pas forcément, les scènes cachées ne le seront plus, il n'y aura aucune morale !
La Chair et l'Acier est-elle votre vision d'un monde de fantasy ?
Oui. J'imagine différents mondes dans la fantasy. Certains sont peuplés de créatures imaginaires, de trolls, de gobelins, de fées... Celui de La Chair et l'Acier est proche du nôtre dans les personnalités des protagonistes et aussi dans les décors, tirant vers un univers médiéval fantastique.
Envisagez-vous de donner une suite à ce texte ?
Le tome 2 s'intitulera La Chair et l'Ambre et vous réserve quelques surprises...

Interview réalisée par Joss