Vous êtes ici : Page d'accueil > Interview exclusive

En exclusivité, Patrick Rothfuss nous parle de ses débuts et de son prochain tome

Par Oceliwin, le mercredi 13 janvier 2010 à 10:19:45

Patrick RothfussDe retour des Imaginales en juin dernier, Patrick Rothfuss nous a fait l'amabilité de nous accorder quelques minutes après un weekend bien rempli. Je monte légèrement stressé dans les bureaux de Bragelonne, l'éditeur de la traduction française du Nom du vent.
Malgré mon anglais pitoyable et mon appréhension, Patrick Rothfuss est, heureusement, le genre de personne avec qui on se sent très vite à l'aise. Un très bon moment au final, avec un auteur qui m'a laissé un aussi bon sentiment que son roman.
Sur ces bonnes paroles, je vous laisse tranquille et j'espère que vous profiterez de cette interview.

En discuter sur le forum

Entretien en VF

Votre voyage européen semble être plaisant. Quelle est votre première impression de la France ?
C’est juste une première impression, je ne suis là que depuis un jour.
C’est agréable. Tout le monde … Paris a une sorte de réputation, les français seraient hautains et très fiers, mais vous descendez du train, nous sommes en train de regarder notre carte en essayant de comprendre où nous allons, et quelqu’un s’arrête et dit « vous avez besoin d’aide ?». Nous allions dans la mauvaise direction et cette personne nous a remis dans le bon sens, nous a dit où aller.
C’est agréable, c’est charmant. Pour moi c’est une chose fantastique que l’architecture ancienne, les vieilles rues. Aux États-Unis rien n’a plus de deux cent vingt ans, en tout cas dans le coin où je vis.
C'est donc très plaisant jusqu’à maintenant mais je ne ne suis là que depuis une journée.
Le premier volume de la trilogie est sorti le mois dernier (NdR : Interview réalisée en juin 2009) en France. Cela fait quoi de réaliser que vos livres sont disponibles dans des pays étrangers ?
(Rires) C’est un sentiment très étrange.
Je tiens le compte des différents pays où cela commence à sortir et c’est …
Le livre est un peu comme mon bébé et donc s’il sort aux États-unis, je sais exactement ce qui se passe et parfois la couverture n’est pas très bonne mais « oh voilà mon bébé ». Quand il sort en Angleterre avec une autre couverture c’est toujours mon bébé.
Le roman est ensuite traduit dans une autre langue et je ne peux pas lire en français donc je n’ai aucune idée …
Jusqu’à ce que j’apprenne par d’autres personnes, vous savez ce que c’est, que la traduction est bonne, qu’ils l’ont lu et l’ont aimé.
Donc cela me rend toujours un peu nerveux quant le roman sort dans un nouveau pays, dans une nouvelle langue, mais ici, j’ai eu des gens qui m’ont envoyé un mail pour me dire qu'ils ont trouvé la traduction particulièrement bonne.
Et la couverture, j’ai vu la couverture, une magnifique couverture, un livre magnifique, du papier magnifique (je suis un geek avec le papier) mais c’est, c’est un beau livre donc je sais qu’ils ont bien pris soin de mon bébé.
Rétrospectivement, que pensez vous de vos débuts en 2007 ?
Très étrange. Je suis passé d’étudiant pauvre, un peu professeur, personne ne savait qui j'étais à soudainement PAF ! vous savez : Oh mon Dieu, de l’argent, je peux payer avec ma carte de crédit, je peux déposer de l’argent pour l’achat d’une maison et les gens m’envoient du courrier de fans et les gens veulent que je participe à leur convention.
J’étais dans un café à Madison, la ville où je vis, et un policier n’arrêtait pas de me regarder et je suis… (rires) J’étais un adolescent à problèmes, donc les flics me rendent très nerveux. Le policier continue à me regarder et je suis genre, vous voyez Qu’est ce que j’ai fait ? Il va me fouiller et s’il veut regarder dans mon sac, est-ce que j’ai quelque chose qui pourrait me valoir des ennuis ?...
Et là, il s’approche et me dit : Vous avez écrit ce bouquin ? Waouh ! Cela a été très étrange de s’habituer à ça. C’est bien mais c’est très difficile de s’y habituer.
Comment gérer vous votre succès et cette quantité d'engouement ?
C'est une chose étrange. Je pense que cela a beaucoup à voir avec le fait que souvent, vous lisez un livre et vous l’aimez et c’est bien.
Et, parfois, vous lisez un livre et vous ne l’aimez vraiment pas, mais il faut vraiment avoir détesté un livre pour avoir envie d'aller crier sur les toits Ne lisez jamais ce livre.
Et d’un autre coté, c’est peut-être vraiment très bon, et donc si vous en parlez, vous dites Oh oui je m’en souviens c’était un bon livre, mais il y a une étape supplémentaire pour un livre que vous avez adoré.
Vous avez envie d'aller en parler à tout le monde et j’ai été très chanceux que pour certains lecteurs ce fut le cas avec mon livre. J’ai été très chanceux parce que beaucoup de gens, quand ils m’envoient un mail, disent : Mon frère m’a fait lire ce livre, ma copine m’a fait lire ce livre, ma mère m’a fait lire ce livre.
Et c’est donc presque comme s’ils étaient des missionnaires là dehors pour que le livre soit lu. (Rires)
Quel est votre aspect préféré dans l’écriture ?
C’est quand j’écris une scène ou un chapitre ou un passage, ou peut-être juste une phrase, et que c’est … et que je me fais rire ou que c’est drôle.
Et quand j’obtiens cette chose réussie, vraiment parfaite, qui est comme une surprise pour moi et que je sais que quand d’autres personnes la liront, ils auront la même expérience.
Quand j’obtiens exactement cela, c’est mon aspect préféré, c’est savoir que ce passage est parfait et que lorsque d'autres le liront ils vont l’aimer aussi.
Internet peut-être un outil très important pour la promotion des livres… Personnellement, comment développez vous ces moyens ?
J’ai écrit un billet d’humeur dans un journal local pendant des années.
Et donc quand est venu le temps de blogguer, d’avoir un site web, je me suis dit que je pourrais écrire un blog en étant plutôt drôle et peut-être répondre aux questions des gens et c’est ce que je fais depuis plus de deux ans maintenant, avec chaque mois davantage de visiteurs. Et maintenant, il y a quelque chose comme 3000 personnes par jour qui lisent le blog et visitent le site.
C’est juste très étrange parce que je ne poste qu’une fois par semaine. Mais je sais que si je postais plus, les gens viendraient probablement plus souvent.
Mais j’aime surtout faire rire les gens, j’aime faire des plaisanteries et parfois j’ai envie de parler de choses plus sérieuses comme, vous savez, parfois il se passe des choses dans le monde dont vous avez besoin de parler et dont les gens ne savent rien. J’ai organisé une collecte de fonds pour une œuvre de charité sur mon blog il y a deux mois et nous avons réussi à réunir environ 100 000 dollars, c’était génial et c’était un grand événement. C’était très amusant.
Comment définiriez vous votre relation avec les fans ? Sentez-vous parfois le poids de leurs attentes ?
Oui c’est difficile, généralement 99% des fans sont gentils et polis, 999 pour mille, vous savez, sont si gentils et si polis, drôles, tendres et il y en a un, celui qui vous écrit un email vicieux et méchant, irritant et sarcastique, oui celui là est … Bah, mais c’est facile à gérer.
Parfois le fait qu’ils aiment tellement le livre, vous avez raison, ça peut être usant parce que s’ils aiment le premier tome, vous devez vraiment leur donner un bon deuxième livre ou ils seront déçus et je ne veux pas les décevoir.
Donc, vous avez raison, il a fallu que je me fasse à cela durant ces deux dernières années et ce ne fut pas toujours une partie de plaisir.
En tant qu’auteur d’un premier roman, qui sont vos auteurs favoris ?
Neil Gaiman, Terry Pratchett, Peter S. Beagle, je ne crois pas qu’il soit si connu que cela en France, mais Peter S. Beagle a écrit quelques grands bouquins La dernière Licorne et il y a cet autre livre dont je ne sais pas s’il est sorti ici pour l’instant The Innkeeper song c’est un grand livre ; Ursula K Le Guin, les livres de Terremer.
Oui ce sont des grands livres. Je lis tellement, il y en a tellement et je pourrais parler de livres de poche pendant des heures et des heures.
Quelle est votre opinion sur le genre Fantasy durant la dernière décennie ?
Les choses s’améliorent, il y a un préjugé contre la fantasy, du moins aux Etats-Unis, où il y a la littérature et la fantasy et … mais les choses que les gens écrivent en fantasy aujourd’hui, elles sont plus nouvelles, ce n’est pas comme Tolkien.
Il y a de nouvelles choses, il y a la burger fantasy qui est très intéressante, il y a plus de romance en fantasy ce qui est bien aussi.
Il y a un tas de nouvelles idées. Pendant longtemps les gens écrivaient comme Tolkien parce que c'était ça la fantasy. Mais, désormais, les gens s’en éloignent et vont dans leur propre direction.
Et je pense, je pense que ce qui est produit ces temps-ci est très très bon et que les auteurs sont plus à l’aise, pour écrire l’histoire qu’ils veulent écrire en opposition à l’histoire qu’ils pensent qu’ils devraient écrire.
Avez vous des recommandations pour vos lecteurs, fantasy ou autre ? : Fantasy
The Innkeeper Song de Peter S. Beagle ; les livres Mistborn de Brandon Sanderson sont très bons et il a écrit une trilogie, je ne sais pas si c’est déjà sorti ici mais je ne serais pas surpris que cela soit sur le point de sortir.
Chaulcer, Chaulcer a écrit les Contes de Canterburry, ce sont des grandes, grandes histoires.
De France, Cyrano de Bergerac, c’est une pièce brillante, une pièce fantastique, j’aime ça. Oui ! ! C’est ma pièce favorite, mais je ne peux lire que la traduction. Pendant un temps, je voulais apprendre le français juste pour que je puisse lire la pièce dans sa langue d'origine. C’est ma préférée.
Y’a-t-il beaucoup de gens qui ont vu, entendu ou lu cette pièce autour de vous, est ce que les gens connaissent ? Cyrano de Bergerac ? C’est un classique, une pièce classique ?
C’est bien connu mais je ne pense pas que cela soit la pièce principale en France.
Il n’y a pas beaucoup de gens qui en aient entendu parler aux États-unis non plus, mais oui c’est ma pièce préférée.
Le manuscrit de The Wild Man Fears présenté sur votre blog est assez impressionnant, que pouvons-nous nous attendre à découvrir cette fois ?
Oui c’est… Il y a une grande différence entre l'histoire de mon personnage principal, jeune garçon et jeune homme, plus vieux. L’histoire doit donc changer un peu, cela signifie qu’il y a un peu de romance, un peu de sexe dans le livre. Avec un peu de chance, les gens n'auront pas de souci avec ça, ils n’auront pas un deuxième tome juste un peu différent, ni le même livre à nouveau, c’est une toute autre partie de sa vie.
Donc, les lecteurs découvriront un tome 2 avec un peu plus d’action. Kvothe parcourt le monde, il a des aventures et … c’est peut-être tout ce que je vais dire.
Pour finir, y a-t-il quelque chose que vous voudriez partager avec vos fans français ?
Je veux juste les remercier énormément pour avoir pris le temps de donner sa chance à un nouvel auteur. C’est toujours tellement risqué de choisir un nouvel auteur, on ne sait pas si ça va être bon ou pas tellement. Je remercie chaque personne qui a décidé de prendre un risque avec moi et j’espère que cela a valu le coup pour eux.
Merci beaucoup.

Propos recueillis par Oceliwin. Retranscription et traduction : Witch.


Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :