Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Romans Fantasy > La Première loi > Pays rouge


Pays rouge

Titre VO: Red Country

Tome 6 du cycle : La Première loi
ISBN : 978-235294734-9
Catégorie : Aucune
Auteur : Joe Abercrombie

Le passé ne reste jamais enterré…
Farouche Sud aurait aimé oublier son passé une fois pour toutes. Mais lorsque son frère et sa sœur sont enlevés et sa ferme réduite en cendres par une bande de hors-la-loi, il est temps pour elle de reprendre ses anciennes habitudes. En compagnie du vieux Nordique qui l’a adoptée, un homme lui aussi marqué par ses démons, Farouche entame un long voyage à travers les plaines désertiques. Un voyage qui les emmène jusqu’aux bas-fonds d’une ville cauchemardesque, frappée par la ruée vers l’or, puis dans les montagnes inexplorées, qu’on dit hantées. Sur leur chemin, règlements de compte, alliances douteuses et trahisons amères se succèdent à la vitesse d’une flèche de barbare.
Car même lorsqu’on croit avoir déjà tout perdu, au Pays Lointain le passé ne reste jamais enterré…

Critique

Par Gillossen, le 16/05/2014

Si Les Héros ne nous avait pas entièrement convaincus, le style Abercrombie était bien entendu toujours aussi vif, toujours aussi reconnaissable. Et c’est encore le cas avec Pays rouge, aucun doute là-dessus.
Mais l’auteur renoue surtout avec tout le reste des éléments qui font le sel de ses productions habituelles, avec sans doute dans le cas présent un raffinement total de cette formule pour aboutir à la solution, au précipité, le plus pertinent qui soit, sans oublier pour autant un soupçon de nouveauté.
En effet, l’auteur se fait ici un peu moins cynique, ce qui ne l’empêche pas notamment de rester fidèle à son humour grinçant et caustique. L’atmosphère “western” évidente - coucher de soleil inclus - s’avère également parfaitement gérée, penchant bien plus du côté d’un Sergio Leone que d’un John Ford. Et si le roman peut tout à fait se lire de façon autonome (l’histoire se tient très bien et c’est peu de le dire), il prend bien sûr une tout autre dimension quand on connaît déjà un personnage en particulier.
On se demande toutefois de temps en temps si l’auteur ne devrait pas justement abandonner cet univers et ses personnages une bonne fois pour toutes, ou en tout cas un bon moment, pour aborder de nouveaux territoires et pas seulement dans une mesure “superficielle”. Quelques passages profitent par exemple de facilités scénaristiques qu’un autre cadre aurait peut-être pu permettre d’éviter - encore que tout dépende bien sûr du bon vouloir de l’auteur, qui semble avoir opté dans le final pour ce qui arrangeait bien les choses afin de boucler son intrigue - et certains nouveaux protagonistes ne peuvent que rappeler d’autres créations d’Abercrombie, avec le risque bien entendu pour eux de demeurer dans leurs ombres. 
Cela dit, Joe Abercrombie n’est évidemment pas en pilotage automatique pour autant et sait user des tropes du western pour mieux dynamiser son récit et lui apporter cette touche de vernis, craquelé et malodorant comme il se doit, qui, sans réellement déjouer les attentes du lecteur, font de ce Pays rouge un roman à part.
Peut-être pas le plus rythmé, peut-être pas le plus sanglant, peut-être pas le plus noir, mais sans aucun doute l’un des plus équilibrés que l’auteur nous ait donné à découvrir. Pays rouge ne constitue donc pas une claque, mais nous ne sommes plus très loin du point culminant…
Reste que l’auteur ne pourra pas rester en équilibre éternellement, et qui sait ce qui l’attend sur l’autre versant ? Mais en attendant, la piste est encore chaude.

8.0/10

Discuter de Pays rouge sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :