Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Romans Fantasy > Les Limites de l'enchantement


Les Limites de l'enchantement

Titre VO: The Limits of Enchantment

ISBN : 978-235294025-8
Catégorie : Aucune
Auteur : Graham Joyce

Élevée en marge de la société par sa mère adoptive Maman Cullen, la jeune Fern n’ignore plus rien des mystères de la nature, des plantes et de leurs vertus, de la façon de mener un accouchement ou de provoquer des avortements…
Mais le monde qui les entoure est en train de changer. Et il suffit d’un faux pas pour que ceux que Fern et sa mère ont aidés si longtemps se retournent contre elles…

Critique

Par Gillossen, le 04/03/2007

Avec ce nouveau roman de Graham Joyce - 2005 en Angleterre - comme avec Lignes de vie, on touche sans doute aux limites de la Fantasy, du moins la plus couramment admise, mais comment passer à côté d’une telle plume ?
A travers cette tranche de vie douce-amère, qui voit si l’on peut dire une jeune fougère - “Fern” en anglais - plus fragile qu’il n’y paraît, accepter peu à peu son destin tout en se battant pour choisir sa propre voie, c’est toute une époque avide et riche de changements que l’auteur nous fait visiter, tandis que dans ce petit coin d’Angleterre subsiste un savoir ancestral, que l’on n’évoque qu’à mots couverts.
Pas de magie démonstrative donc, mais la saveur des non-dits, de pouvoirs jamais expliqués - la capacité de Fern à “convoquer” telle ou telle personne en l’obligeant à venir jusqu’à elle… - et surtout une jolie chronique, qui évoque aussi bien l’évolution des mœurs qu’elle adresse ses piques envers le système de santé, ou bien encore les rancœurs mesquines d’esprits qui le sont tout autant, et sans prendre partie pour telle ou telle conception de l’existence.
Succession de scènes parfois décousues mais conservant toujours le fil conducteur de ce chapitre de la vie d’une femme entrant pour de bon dans l’âge adulte, le roman de Graham Joyce possède son lot de personnages haut en couleurs traversant l’existence de Fern avec plus ou moins de bonheur. Maman, Chas, Greta, ou bien encore Judith bien sûr, une institutrice bien peu guindée…
Avec parfois de petits riens, on peut évoquer un grand tout, et c’est ce que réussit là Graham Joyce, qui n’en est pas à son coup d’essai. Moins ambitieux et plus ancré dans une réalité rurale que Lignes de vie, Les Limites de l’enchantement n’en constitue pas moins un roman que le lecteur savoure d’une traite, conservant en tête certaines scènes ou répliques pour longtemps.

7.5/10

Discuter de Les Limites de l'enchantement sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :