Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Romans Fantasy > Comme un conte


Comme un conte

Titre VO: Some Kind of Fairy Tale

ISBN : 978-235294825-4
Catégorie : Aucune
Auteur : Graham Joyce

Il y a vingt ans, une adolescente nommée Tara disparaît sans laisser de trace. Son corps n’a jamais été retrouvé, et sa famille a fini par accepter son deuil. Pourtant, le soir de Noël, on frappe trois coups à la porte. Sur le seuil se tient une jeune fille qui ressemble étrangement à Tara. Et elle a l’air toujours aussi jeune… après la joie des retrouvailles, des questions se posent. Peter, qui ne croit pas aux miracles, croit encore moins à l’histoire de sa soeur, qui prétend avoir été enlevée par des fées…

 

Critique

Par Gillossen, le 11/01/2013

C’est toujours un plaisir de découvrir un nouveau roman de Graham Joyce et souvent un ravissement, peu importe le sujet abordé. Some Kind of Fairy Tale ne déroge pas à cette règle et porte parfaitement bien son nom.
Comme toujours, s’il y a bien une constance chez l’auteur anglais, c’est sa plume. En quelques mots, quelques phrases, il fait vivre ses personnages, sait insuffler une réalité à un cadre, alternant au passage la narration à la première et à la troisième personne du singulier dans le cas présent. Difficile donc de ne pas se laisser happer une fois encore par la magie, le terme est de circonstance, que ses mots sont capables d’éveiller chez le lecteur. Le constat est d’ailleurs valable sitôt entamé le roman, avec ces citations de Shakespeare ou Chesterton de chapitre en chapitre.
Difficile également de ne pas se laisser prendre au piège de son intrigue, même si la construction de celle-ci fait que sa conclusion a finalement quelque chose de frustrant, de presque inabouti. On espérait un peu plus de la part d’un tel auteur qui nous a habitués depuis longtemps maintenant à tutoyer l’excellence. Ce n’est pas que Graham Joyce s’emmêle les pinceaux, car l’auteur semble très bien savoir quel chemin nous faire emprunter et le voyage est d’ailleurs fort agréable. La destination… On vous laissera libre de l’apprécier ou pas !
Dans l’absolu, il y a de toute façon matière à bien des pistes de réflexion au fil des pages : la place des contes évidemment et ce qu’ils représentent dans l’imaginaire collectif, comment une amitié peut être abîmée parfois au-delà des mots, au travers de la relation entre Peter et son ancien meilleur ami Richie, le poids de la culpabilité… Là encore, l’auteur sait aborder des sujets qui comptent (sans jeu de mots cette fois) avec le doigté nécessaire pour ne pas souligner inutilement son message. Avec Joyce, le trait n’est jamais grossi.
Et s’il abandonne une certaine ambiguïté, ce que d’aucuns regretteront peut-être, l’auteur n’en signe pas moins un récit aussi abouti que prenant, empreint de délicatesse et de retenue, certes, mais qui n’hésite jamais à décocher ses flèches.
Le charme opère toujours.

Mise à jour du 2 février 2015 : remise en avant de cette chronique VO à l’occasion de la parution de la traduction française, le 18 février.

8.0/10

Discuter de Comme un conte sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :