Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Romans Fantasy > La Fée des dents


La Fée des dents

Titre VO: The Tooth Fairy

ISBN : 978-235294158-3
Catégorie : Aucune
Auteur : Graham Joyce

“La Fée des dents”, ainsi appelle-t-on la “petite souris” qui passe sous l’oreiller des bambins en Grande-Bretagne. Une innocente invention, un conte pour enfants… jusqu’à cette nuit où le jeune Sam Southall la surprend dans sa chambre !
Voilà qui n’était pas prévu… ni le fait que la créature, qui s’appelle Quenotte, se révèle bien différente de la fée bienveillante qu’imaginent les petits. Perverse, dangereuse, elle va poursuivre Sam et sa bande de copains tout au long de leur adolescence, rythmée par des drames affreux, et changer leur vie pour toujours…

Critique

Par Gillossen, le 06/04/2008

Graham Joyce décevra-t-il un jour ?
Après avoir dévoré La Fée des dents, on peut sérieusement en douter ! Avec ce roman, le lecteur se retrouve à nouveau emporté par le flot des pages qui tournent, qui tournent, presque toute seules. On ne peut faire autrement que continuer à lire encore et jusqu’au bout, quel que soit ce que l’on avait pu prévoir.
Et pourtant, on ne peut pas dire que l’on soit face à un thriller. Au contraire, quand bien même le rythme est-il soutenu - nous traversons tout de même plusieurs années en moins de 350 pages - l’auteur prend son temps afin de nous faire pénétrer dans cet univers une fois de plus à la croisée des genres.
Alors, fantasy ou pas ? La fée, terrible et troublante, est-elle bien réelle ou pas ? On aurait tendance à penser que oui, et pas seulement parce que le roman remporta un British Fantasy Award en 1997. Bien sûr, coïncidences et accents malheureux peuvent s’enchaîner en une ronde infernale, mais Sam n’est pas toujours le seul à se rendre compte de manifestations étonnantes…
Une chose est sûre, nous voilà face à un formidable roman initiatique, qui dresse des portraits aussi drôles que touchants de personnages quittant l’enfance pour l’adolescence et s’acheminant vers l’âge adulte, des visions brossées avec une certaine amertume qui ne manque pas de justesse. Impossible de ne pas s’attacher à Sam, Clive, Terry, Alice bien sûr, à leur amitié et leurs chassés-croisés mettant à rude épreuve celle-ci…
Mais aussi tous les seconds rôles à qui Graham Joyce donne vie avec une telle chaleur que l’on croirait les voir sortir du roman pour prendre vie. Et s’il retrouve l’un de ses cadres favoris avec l’Angleterre des années 60,
Rythmant ce parcours digne d’un Ça signé Stephen King, la figure de la fée des dents nous hantera longtemps, au final plus pathétique que dangereuse, mais aux apparitions toujours fascinantes, voire dérangeantes. D’un bout à l’autre, l’auteur porte son histoire particulièrement bien construite d’une plume toujours aussi subtile et aboutie, et la traduction de Michel Pagel lui rend honneur, au service de scènes et d’idées exploitées avec talent. Un club d’équitation, une mare… Tout cela prend parfois une bien étrange allure…
Une très bonne idée de départ, des personnages forts, une créature étrange, un ton accrocheur et qui sonne vrai… Encore une réussite pour cet auteur et son univers !

8.0/10

Discuter de La Fée des dents sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :