Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Romans Fantasy > Codex Alera > Les Furies de Calderon


Les Furies de Calderon

Titre VO: Furies of Calderon

Tome 1 du cycle : Codex Alera
Partie 1 de "Furies of Calderon"
ISBN : 978-235294361-7
Catégorie : Aucune
Auteur : Jim Butcher

Le sort du royaume repose sur les épaules d’un garçon qui n’a aucun pouvoir…
Depuis mille ans, les habitants d’Aléra repoussent les peuplades sanguinaires qui rançonnent le morde en usant de leur relation particulière avec les furies - les forces élémentaires de la terre, de l’air, du feu, de l’eau, du bois et du métal. Mais dans la lointaine vallée de Calderon, Tavi ne maîtrise encore aucun élément, à son grand désespoir. A quinze ans, il n’a toujours pas de furie du vent pour l’aider à voler, ou de furie du feu pour allumer ses lampes.
Pourtant, lorsque les féroces Marats font leur retour dans la vallée, le courage et l’ingéniosité de Tavi vont se révéler une force bien plus cruciale que n’importe quelle furie. Une force qui pourrait lui permettre d’altérer le cours de la guerre…

Critique

Par Zedd, le 15/03/2010

Le coup du jeune garçon dépourvu de pouvoir au contraire de tout le monde n’est pas nouveau (cf. La Légende de l’épée noire, Lunes pour caméléon, etc.) ; mais on avait quelque peu hâte de voir ce qu’en ferait l’auteur des Dossiers Dresden. Après les aventures de Harry, le magicien aux pouvoirs intermittents, voici venir celles de Tavi, le magicien sans pouvoir magique…
Rapidement, il apparaît que les deux séries n’ont rien à voir pour le meilleur (Alera n’est pas une redite heroic fantasy des Dossiers) comme pour le pire… Mais ne grillons pas les étapes.
Oubliée la narration à la première personne des Dossiers puisque Butcher a décidé de privilégier la troisième personne dans le but d’accompagner plusieurs personnages. Outre Tavi, on suit ainsi Amara, une jeune femme, de même qu’une petite dizaine de protagonistes secondaires des deux camps ; point de manichéisme non plus, ce dont on ne se plaindra pas.
Le roman s’ouvre sur une mission à faire rougir de jalousie Malcolm Reynolds. Par la suite, l’histoire ne connaît pas, ou en tout cas très peu, de temps morts : fuite, chasse à l’homme, batailles, conspiration, meurtres, l’amateur de high fantasy en a pour son argent et les pages se tournent toutes seules.
Mais, malgré une action relevée et constante, ce premier tome du Codex Alera ne surprend, hélas, jamais et se révèle bien plus classique que l’on était en droit de l’attendre de la part de Butcher. Alors que l’on pouvait penser que celui-ci allait s’amuser, avec son humour coutumier, à tordre le cou à certains clichés, il se complaît dans les stéréotypes et ne vient que trop rarement les bousculer.
Le plus révélateur peut-être, c’est que Les Furies de Calderon rappelle par moment La Belgariade, dans ses qualités (humour, personnages savoureux, histoire classique) comme dans ses défauts (avec Tavi dans le rôle de Garion, autrement dit le héros jeune, naïf-et-un-peu-boulet), à ceci près que l’habituel décor moyenâgeux laisse aussi transparaître une (trop faible) influence romaine.
Toutefois, ce premier tome se révèle un tome d’introduction, où l’auteur plante de nombreuses graines. Après La Belgariade, le prochain tome promet de revisiter sans doute Harry Potter, avec Tavi dans le rôle du magicien à lunettes.
Moins en verve dans la high fantasy que dans la fantasy urbaine, Butcher réussit tout de même à nous faire passer un agréable moment malgré le sentiment de déception qui pointe de plus en plus à mesure que les espoirs de lecture ne se voient pas confirmés. Le lecteur averti se souviendra que les Dossiers Dresden, avant de devenir la référence que l’on connaît en fantasy urbaine, avaient commencé par une entrée en matière timide.
À voir…

6.5/10

Discuter de Les Furies de Calderon sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :