Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Romans Fantasy > La Vénus anatomique


La Vénus anatomique

ISBN : 978-291515928-8
Catégorie : Aucune
Auteur : Xavier Mauméjean

1752. L’Europe en dentelle est teintée de sang. Le philosophe-chirurgien Julien de la Mettrie, dont les ouvrages ont jadis été brûlés, mène une vie sans histoire derrière les ramparts de la bonne ville de Saint-Malo. Repos troublé, un soir, par une convocation fort déplaisante : le Secret du Roi, ce cabinet obscur qui conduit la diplomatie souterraine de Louis XV, souhaite l’exposer aux feux de Versailles… Une telle invitation ne se refuse pas, mais qu’attend-on de lui ? Sur la route, les Mousquetaires noirs menacent le carrosse ; à Paris, la Chambre ardente, redoutable tribunal d’inquisition qui aime peu la science et la raison, entend faire respecter la justice de Dieu. Du paradis à l’enfer, le chemin est tout droit… Ainsi bascule la vie de la Mettrie. Biomécaniciens et sculpteurs de la chair, monarques cyniques, séducteurs emperruqués et femmes de tête se succèdent en des lieux que la morale réprouve – magasin d’enfants, mausolée des plaisirs ou Manufacture de Cadavres tandis que plane en coulisse l’ombre mécanique des automates, anatomies mouvantes de chair et d’acier…

Critique

Par Cyrion, le 22/03/2005

La Vénus anatomique est un texte déroutant.
Tout d’abord par l’époque à laquelle il se situe. Le XVIIIème siècle qui nous est présenté ici est assez difficile à appréhender. On sent que l’auteur a fait de nombreuses recherches sur cette époque, en particulier sur les relations entre ses personnages les plus éminents. Ainsi, la Pompadour, Diderot, Casanova, Frédéric II, Bach et nombres d’autres sont rencontrés ou évoqués dans ce roman, et nous permettent de nous immerger profondément dans cette période qui nous est assez familière. Mais par ailleurs, bien des éléments sont uchroniques, de la chambre ardente au Panopticon de Berlin, ce qui pousse le lecteur à être attentif au moindre détail pour ne manquer aucune facette de cette Europe.
La construction-même du roman peut également surprendre. La première partie est un texte d’aventure assez classique, quoique de très bonne facture. On y retrouve ce mélange d’intrigues au sein de la cour de Versailles, de course-poursuite en calèche et d’affrontement entre différents corps de mousquetaires qui a fait le succès d’Alexandre Dumas et de ses successeurs. La seconde, par contre, conte la manière dont de la Mettrie et ses compagnons tentent de créer un nouvel être humain, à l’aide des connaissances scientifiques de ce XVIIIème uchronique. L’ensemble se rapproche bien plus du Frankenstein délicieusement baroque de Kenneth Branagh qu’au texte assez peu imaginatif (sur le plan des méthodes de création, s’entend) de Mary Shelley.
Enfin, les relations entre l’homme et sa créature méritent qu’on s’y arrête. Son apprentissage de son corps et de l’univers extérieur est particulièrement réussi. Les amateurs apprécieront sûrement la mise en place du test de Türing ou la référence aux trois lois de la robotique.
J’ajouterai que la narration est très agréable. Le texte est présenté comme étant les mémoires de la Mettrie, ce qui se traduit par une façon cynique et pince-sans-rire de conter cette histoire.
Au final, La Vénus anatomique est un roman original et très bien raconté, qui mérite largement qu’on s’y arrête, pour peu que l’on s’intéresse à cette période ou à la vie artificielle.

8.0/10

Discuter de La Vénus anatomique sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :