Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycles Fantasy >La Saga du Roi Dragon

La Saga du Roi Dragon

Titre VO: Dragon King (Ce Cycle est En Cours)

Auteur : Stephen Lawhead
La Saga du Roi Dragon

Le Château du roi dragon

Un chevalier mortellement blessé, porteur d’un message d’une extrême importance, s’écroule sur le seuil du temple d’Ariel. Le paisible temple se retrouve en pleine effervescence ! Prêtre novice, Quentin se porte volontaire pour prévenir la Reine Alinea. Ce faisant, il s’attire l’inimitié du redoutable sorcier Nimrood et de Jaspin l’usurpateur, et plonge au coeur d’un conflit dont va dépendre le sort du Roi - et du Royaume tout entier…

La Saga du Roi Dragon

Les Seigneurs de guerre de Nin

Mensandor est de nouveau en danger ! Quentin est rappelé d’urgence à Askelon : il trouve le roi Dragon à l’agonie, rongé par un mal inconnu. L’Etoile du Loup a projeté un immense voile de terreur sur le royaume. Seul un glaive magique - Zhaligkeer, celui qui brille - peut encore le sauver…

La Saga du Roi Dragon

Le Glaive et la flamme

Quentin, jeune novice puis chevalier, est devenu le nouveau Roi Dragon. Mais le voici terrassé par le désespoir : son fils a été enlevé, son plus fidèle conseiller a été tué. Pis encore, le cruel nécromancien Nimrood est de retour alors que tout le monde le croyait mort. Quentin doit affronter la plus redoutable des épreuves. Sa foi, son épée, tout ce à quoi il tient est désormais menacé. Et c’est bien plus que le seul destin du royaume qui va se jouer ici…


Critique

Par Belgarion, le 21/09/2006

Autant le dire tout de suite, La Saga du roi dragon de Stephen Lawhead constitue un récit de fantasy initiatique classique adressé principalement à un lectorat jeune ou qui découvre la fantasy.
Certes, on peut créer de grands écrits à partir d’une situation de base classique, mais en l’espèce, j’ai plutôt eu l’impression de me trouver face à un pâle ersatz de L’Arcane des épées de Tad Williams, du Chant de la Belgariade de David Eddings ou même du plus récent Livre des mots de J. V. Jones.
En effet, en dehors du héros Quentin, l’apprenti prêtre qui devint manchot, aucun personnage ne réussit à sortir suffisamment du lot pour transcender le récit. De plus, les rebondissements ne parviennent pas à surprendre totalement le lecteur, bien qu’ils s’enchaînent logiquement et avec intérêt, notamment dans le meilleur tome qu’est le tome 2 avec la recherche du glaive magique. Enfin, le personnage de Nemrod, sans saveur, constitue l’archétype du méchant maléfique sans panache.
Cependant, ce livre recèle aussi de bonnes surprises avec des créations originales telles que le peuple de la forêt ou encore l’invasion de la horde de seigneurs étrangers, dans le tome 2. L’auteur parvient aussi à rendre ses personnages sympatiques à défaut d’originaux, ce qui fait que le suivi de leurs aventures ne sombre pas dans l’indigeste. Je tiens aussi à souligner que les trois livres sont bien écrits, dans le style simple mais imagé de Lawhead.
Que dire pour conclure si ce n’est que si cette saga n’annonce rien de fondamentalement nouveau, elle peut cependant constituer un agréable intermède entre deux lectures plus importantes. Je ne saurai trop vous conseiller pour découvrir cet auteur prolifique de vous tourner plutôt vers les cycles écossais du Chant d’Albion ou des croisades celtiques, ou encore vers son très connu Cycle de Pendragon.

6.5/10


Discuter de La Saga du Roi Dragon sur le forum.


Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :