Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycles Fantasy >Le Cycle de Pendragon

Le Cycle de Pendragon

Titre VO: The Pendragon Cycle (Ce Cycle est En Cours)

Auteur : Stephen Lawhead

Le Cycle de Pendragon constitue le premier succès de Stephen Lawhead, et quel succès ! La popularité de son récit s’est étendue bien au-delà du cadre de l’histoire, c’est vous dire, attirant des lecteurs des quatres coins de l’horizon…

Le Cycle de Pendragon

Taliesin

Je ne pleurerai plus les disparus, endormis dans leur tombe marine. Leurs voix s’élèvent : “Conte notre histoire, disent-elles. Elle mérite de rester dans les mémoires.” Je prends donc la plume… “Ainsi commence la tragédie de l’Atlantide engloutie, à jamais disparue dans de terribles convulsions. Fuyant le cataclysme, trois navires désemparés emportent le roi Avallach et sa fille Charis vers Ynys Prydein, une île noyée dans les brumes.Dans ce nouveau monde, où les guerriers celtes luttent pour leur survie dans les derniers soubresauts d’un empire romain agonisant, ils essaient tant bien que mal de refaire leur vie. De la rencontre de ces deux civilisations, et de l’union de la jeune princesse atlante avec le barde Taliesin, naîtra celui que chacun connaît désormais sous le nom de Merlin…”

Le Cycle de Pendragon

Merlin

Le monde a-t-il jamais connu semblable époque ? - Jamais ! Et c’est ce qui en fait la gloire et la terreur. Si les hommes savaient ce qui les guette, jusqu’au plus humble d’entre eux… ils défailleraient, ils se couvriraient la tête et mordraient leur manteau pour s’empêcher de crier. C’est leur bénédiction et leur malédiction de ne pas savoir. Mais moi je sais. J’ai toujours su…
Voici l’histoire de Merlin l’immortel, roi, guerrier, druide, barde et prophète… dont la vie se confond avec l’histoire de l’Ile des Forts. Voici le récit de son enlèvement par le Petit Peuple des Collines, de ses longues années de solitude dans la forêt et de ses combats contre les barbares sanguinaires dont les invasions vont précipiter la chute de l’Empire romain d’Occident. Voici la vie de Merlin telle que nul autre que lui ne pouvait la raconter.

Le Cycle de Pendragon

Arthur

Arthur n’est pas digne d’être roi. Pion de Merlin, il est de basse naissance. Inconstant, mesquin, cruel et stupide, c’est une brute ignorante et bornée. Les gens disent tout ceci, et bien pire encore, au sujet d’Arthur.
Laissez-les faire. Quand tout est dit, quand tous les arguments sont épuisés, ce simple fait demeure : nous suivrions Arthur jusqu’aux portes de l’Enfer et même au-delà, s’il le demandait. Montrez-moi un autre homme qui puisse se prévaloir d’une telle loyauté. “Cymbrogi”, nous appelle-t-il : “compagnons de coeur”. Cymbrogi. Nous sommes pour lui le ciel et la terre. Et Arthur est pour nous tout cela… et bien davantage. Méditez cela. Réfléchissez-y longuement. Alors seulement, peut-être, commencerez-vous à comprendre l’histoire que je vais vous narrer.

Le Cycle de Pendragon

Pendragon

Moi, Myrddin Emrys, je connais tous les récits perdus et ignorés, car j’étais auprès d’Arthur depuis le commencement. Et je me tenais à son côté en son heure la plus sombre. En un jour à nul autre semblable dans la longue histoire de notre race… un jour de duplicité, de terreur et de grande gloire. Oui, de grande gloire. Car ce jour-là Arthur s’acquit le nom qu’il chérissait entre tous : Pendragon. Dans ce quatrième volet du Cycle de Pendragon, Merlin en personne relate les aventures du jeune Arthur et la longue guerre qu’il dut mener, au début de son règne, contre Twrch Trwyth, le Sanglier Noir.

Le Cycle de Pendragon

Le Graal

Arthur revenu sur les lieux de sa guérison miraculeuse, a été réveillé au milieu de la nuit par la vision d’un temple où la Coupe du Christ brillait d’un éclat comparable à celui du soleil. Le Pendragon est convaincu que cette vision était un signe du Roi des Cieux lui demandant d’édifier une demeure pour le Graal. La construction du Temple du Graal marquera le début d’une saison de paix et d’abondance qui durera mille générations.
Mais c’était compter sans les sinistres manigances de Morgian : au moment le plus imprévisible, le Graal disparaît et tout laisse penser que le voleur n’est autre que Llenlleawg, le champion du roi, qui, de plus, a enlevé la reine Gwenhwyvar. Pour les retrouver, Arthur et ses fidèles Cymbrogi se lancent sur la piste des fugitifs à travers brouillards maléfiques et forêts ensorcelées.


Critique

Par Gillossen, le 04/09/2003

Lawhead est un auteur qui s’attaque lui aussi aux mythes celtiques et arthuriens, mais d’une façon quelque peu différente de celle de Fetjaine par exemple. Déjà, nous avons quelques repères historiques de plus, le dépaysement nous ait moindre, et la magie, poétique, n’est pas la même. Elle est comme altérée, à la manière de l’histoire elle-même. Cependant, ce que le cycle de Pendragon peut perdre en délicatesse, il le gagne en force et en fureur, les visions de Lawhead étant bien souvent particulièrement bien trouvées, saisissantes. Personnellement, je préfère le début de la saga, plutôt que sa poursuite, même si celle-ci est d’un fort bon niveau littéraire. Plus loin, le poids des légendes arthuriennes se fait plus fort, au détriment d’autres sous-thèmes. C’est tout de même quelque peu dommage. Quoi qu’il en soit, les personnages, déjà connus pour certains évidemment, sont d’une nature véritablement épaisse, mais peut-être plus aisément à cause de ce que l’on sait déjà d’eux justement. Ce qui ne veut pas dire que l’auteur n’intervient en rien sur leur personnalité, simplement, son travail se fait parfois discret. Les protagonistes paraissent plus “tirés” de la légende qu’inscrit en son cœur…
En toute honnêteté, c’est une série de bonne qualité, porté par un souffle authentique et parfois inspiré, mais… Je ne peux m’empêcher de le comparer au Crépuscule des elfes, et… C’est cette dernière œuvre qui emporte ma préférence.

8.0/10


Discuter de Le Cycle de Pendragon sur le forum.


Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :