Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycles Fantasy >La Guerre des nains

La Guerre des nains

Titre VO: Der Krieg der Zwerge (Ce Cycle est En Cours)

Auteur : Markus Heitz
La Guerre des nains

Le Secret de l'eau noire

Le Pays Sûr est en liesse. Pourtant, tandis que Tungdil et ses amis se réjouissent de la victoire sur le Mage renégat Nôd’onn, une horde d’Orcs s’apprête à fondre sur le Royaume Nain. Les repoussantes créatures ont percé un sinistre mystère : celui de l’Eau Noire, qui les a rendues presque immortelles. Tungdil et ses compagnons devront faire preuve d’un grand courage pour repousser les assauts d’une armée invincible. Mais ces Orcs ne représentent pas la seule menace. Une autre, bien pire, s’annonce : onze incarnations d’un dieu déchu marchent avec leur armée sur la frontière ouest. Et leur arrivée pourrait bien signifier la fin du Pays Sûr.

La Guerre des nains

Les Êtres de feu

Les hordes d’Orcs féroces ont été vaincues, mais un péril encore plus grand menace le Pays Sûr : onze incarnations d’un dieu déchu marchent avec leurs armées sur la frontière ouest. Dotés d’étranges pouvoirs, les Amshas ravagent et brûlent sans pitié les terres qu’ils foulent, semant la terreur et la désolation.?Lorsque la dernière Mage du pays est assassinée, Tungdil et ses compagnons n’ont d’autre choix que de mener la résistance contre l’envahisseur. Mais, pour défaire l’ennemi en surnombre, ils devront d’abord unifier les tribus naines déchirées par la haine.


Critique

Par Gillossen, le 01/01/2011

Avec La Guerre des nains, Markus Heitz a voulu, comme il le dit lui-même, entamer une suite abordable même si vous n’avez jamais lu une ligne de son diptyque précédent, mais signe un roman dans la ligne droite de celui-ci.
En fait, la recette est simple : plus de Nains, plus de dangers… Plus de tout ! Des Orcs, des Elfes, des « Viandes-Roses »… Tout le monde semble avoir voulu répondre présent.
Toujours dans la veine des précédents, le roman se lit vite, porté par un style dynamique, qui, la plupart du temps, ne s’embarrasse pas de fioritures. Pour le reste, les choses ne changent guère là non plus : les enjeux sont clairement posés, et les rapports entre les différentes factions, que ce soit sur un plan politique ou culturel, sont cousues de fil blanc.
Il en va d’ailleurs de même des relations entre protagonistes, parfois plus « intimes ». Les surprises sont rares, à l’image de l’évolution de Tungdil. Sans véritablement sonner faux, certains passages n’ont justement pas l’impact qu’ils pourraient ou devraient avoir, du fait de leur nature convenue.
De fait, pourquoi ne pas reprendre à notre compte l’affirmation de l’éditeur : si vous avez aimé les premières aventures de Tungdil, vous allez dévorer la suite ! Car rien n’est plus vrai.
Dans le cas contraire… Ce n’est pas le second tome qui vous fera changer d’avis, tant les choses se répètent encore et encore, enchaînement de batailles non pas sans enjeux mais sans le moindre suspense. Tout est cousu de fil blanc d’un bout à l’autre de l’histoire, fade et vite pesante plus que prenante.

4.5/10


Discuter de La Guerre des nains sur le forum.


Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :