Vous êtes ici : Page d'accueil > L'Actualité fantasy

Deux entretiens avec Stephen Hunt !

Par Izareyael, le mardi 20 janvier 2009 à 23:21:44

Stephen HuntEn attendant le 2 mai prochain la parution au Royaume-Uni de The Rise of the Iron Moon, troisième roman de Stephen Hunt se déroulant dans le monde de Jackals, voici pour vous la traduction de deux interviews de l'auteur. Il y évoque ses deux romans déjà parus ainsi que ceux en projet, et revient sur leur écriture et le succès qu'ils ont rencontré. On ne connaît toujours pas de date pour la traduction française de The Court of the Air chez Albin Michel, mais vous pouvez tout de même lire la critique des deux premiers volumes ici même !

En discuter sur le forum

L'interview de Grasping for the Wind

The Court of the Air reçoit beaucoup de critiques élogieuses. Parlez-nous un peu du roman et du sous-genre que vous avez quasiment créé vous-même, la flintlock fantasy.
The Court of the Air entremêle l'histroire d'Oliver Brooks, un jeune homme assigné à domicile dans le nord rural du Royaume de Jackals (soupçonné de possession de pouvoirs mutants), et celle d'une fille d'un orphelinat, Molly Templar, qui vit dans la capitale du pays – Middlesteel – et doit prendre la fuite après avoir involontairement attiré l'attention inattendue d'une équipe d'assassins fortunés. Oliver est accusé d'un meurtre et tous deux doivent déguerpir, en essayant de découvrir pourquoi leur mort est recherchée si énergiquement.
Oliver est assisté par des agents (connus sous le nom de wolftakers) de la mystérieuse Cour de l'Air, une cité-zeppelin flottante fondée pour protéger la démocratie par la version de Cromwell de ce royaume (d'où le titre du roman). La Cour a un projet, mais il peut ne pas être bon !
Tout d'abord, The Court of the Air est surtout mon hommage à la série fantasy/SF, L'Empire de Trigan, de Don Lawrence, un des comics avec lequel j'ai grandi (aux côtés de 2000 AD, mais celui-là est venu beaucoup plus tard). Don utilisait un style classique grec ou romain pour son travail (qui suivait, je le suppose, la susceptibilité des films de série B des pulps Flash Gordon ou Buck Roger), mais les gens disent toujours d'écrire ce que l'on connaît, et ma période historique préférée est l'ère napoléonienne/victorienne, et c'est comme ça que mon monde jackélien est arrivé. Je voulais un vaste arrière-plan pour quelques aventures de SFF pleines de suspense, et le royaume et ses nombreux voisins semblaient l'endroit idéal.
En second lieu, je voulais encapsuler le sentiment de britannicité à l'intérieur d'un cadre fantasy – très semblable à ce que Tolkien a essayé de faire avec sa Comté – mais en donner un reflet plus exact, moins sentimental, de ce que les Britanniques ont toujours été. Ce curieux mélange schizophrène d'irrespect envers les dirigeants, de boisson, de combat, de libéralisme, de tolérance, et un sens indiscipliné de la justice qui ne supportera pas d'être écrasé sous le pied d'aucun tyran.
Dans votre roman, vous faites beaucoup de références subtiles aux grands classiques anglais de Dickens, Defoe et d'autres. Pourquoi un geste vers leurs oeuvres dans un roman de fantasy ?
C'était une revanche, surtout. J'étais en train d'écrire mon premier roman dans des lieux très variés, et, partout où j'allais, Charles Dickens me hantait. Je mets le pied hors de mon café préféré à Londres, et il y a un panneau ovale bleu disant que Dickens a travaillé en face. J'essaye de me replonger dans le roman à la London Library (un club privé), et je découvre que Dickens a écrit la plus grande partie d'Un chant de Noël exactement là où j'étais assis. Je suppose que vous allez encore m'emmerder comme ça, M. Dickens ; je vais me venger en empruntant quelques-uns de vos personnages depuis longtemps libres de droits. Ça a marché, n'empêche ! Il ne m'a pas beaucoup ennuyé récemment.
Votre roman provoque des comparaisons avec d'autres grandes oeuvres fantasy et politiques, comme 1984 d'Orwell ou Fahrenheit 451 de Bradbury. Pourquoi avez-vous choisi de faire de la politique de Jackals et du Commonshare une telle partie intégrante du roman ?
J'étais juste fidèle à l'histoire britannique de cette façon. La fin du XVIIIe siècle et le début du XIXe était une époque d'inquiétudes et de contrastes politiques énormes. Il y avait de grands hommes d'Etat de gauche et de droite, Wellington, Disraeli, Gladstone, qui se relayaient au pouvoir – le parlement s'inquiétait de la guillotine française installée à Londres, et plus tard se tracassait au sujet de l'anarchisme, du chartisme, du socialisme et du communisme. Voir cela était une part si importante de la vie, je pensais que cela donnerait une image plus fidèle de la période si je mettais un peu de ça dedans. J'ai quand même ajouté ma propre touche au parlement, comme la résolution de points de procédure par des duels entre hommes politiques : ils se frappent l'un l'autre avec des gourdins de chêne alourdis. Qui ne voudrait pas voir le président Bush et Gordon Brown essayer de se taper sur la tête avec des bouts de bois pour décider si l'Irak sera envahi ou pas ?
Vos personnages principaux, Molly et Oliver, voient leur histoire déplacée hors du monde privilégié de la société jackélienne, bien qu'il y ait quelques interactions, particulièrement dans la conclusion. Est-ce qu'il y a jamais eu un moment où vous aviez l'impression que vous écriviez deux livres, et que peut-être il serait mieux de les séparer ?
Non. Je voulais entrelacer deux histoires, principalement parce que comme cela c'est beaucoup plus facile de finir un chapitre sur un cliffhanger et de laisser le lecteur haleter sur vingt pages ou plus. Mais je ne peux quand même pas prétendre avoir inventé ce truc – je l'ai appris grâce aux modèles de E. E. Doc Smith et William Gibson. Pour être honnête, j'ai un organe de l'imagination vraiment hyperactif, et j'ai besoin de mettre beaucoup de pression dans un roman pour rester intéressé. C'est à la fois ma faiblesse et ma force et c'est pour ça, il me semble, que la réaction des critiques à The Court of the Air a été si intense – soit on l'adore, soit on pense que c'est chiant comme la pluie.
Avez-vous trouvé difficile d'intégrer la technologie et la magie ? Y a-t-il eu un moment dans l'histoire où vous avez dû vous demander ce que vous utiliseriez ?
Je trouve que le roman trouve là son équilibre naturel, mais j'ai eu quelques bons guides spirituels qui ont arpenté ce chemin auparavant pour m'aider, sous les traits de Gene Wolfe, Jack Vance et Michael Moorcock. Merci, les gars. Il y a un degré auquel j'en suis arrivé à jouer avec la troisième loi de Clarke : Toute technologie suffisamment avancée est indiscernable de la magie et un degré auquel l'histoire secondaire du roman m'a permis de m'en passer (les lois physiques de l'univers ont évolué, avec une période de changement, et certaines technologies ont arrêté de fonctionner, alors que d'autres choses sont devenues possibles).
Que pouvez-vous nous dire au sujet d'autres romans situés dans le Monde de Jackals ? La rumeur dit que vous prévoyez d'écrire six livres, et même que vous avez un contrat en cours pour le faire.
Je suis très flatté par la confiance de HarperCollins en ma plume. Le début, c'était comme gagner au loto, quand mon agent John Jarrold m'a dit que The Court of the Air allait être vendu aux enchères et que tous les éditeurs du Royaume-Uni se battaient entre eux pour mettre la main dessus. Après le succès de mon premier roman, HarperCollins a récemment prolongé mon contrat de trois livres à six livres – tous se déroulant dans le monde de Jackals. Apparemment, The Court of the Air est le livre de fantasy que Tesco (NdT : chaîne de supermarchés anglais) a le plus vendu, c'est super. On peut acheter mon livre en même temps que des saucisses et du lait, ça doit être pratique.
The Court of the Air arrive aux Etats-Unis en édition reliée chez Tor le 10 juin 2008.
Mais je ne peux pas vous dire quand les versions allemande, française, japonaise, russe, portugaise ou espagnole sortent. J'ai échangé divers mails avec les traducteurs de plusieurs éditeurs étrangers qui voulaient savoir ce qu'est un cab et ce genre de choses, donc je suppose qu'ils travaillent toujours dessus.
Le livre deux, The Kingdom Beyond the Waves, est maintenant sorti en édition reliée au Royaume-Uni, chez HarperCollins. J'ai même fait une bouffe avec mes collègues de HarperCollins pour le prouver.
The Kingdom Beyond the Waves présente la quête d'une cité perdue réputée pour avoir créé la société pacifiste parfaite, et le professeur Amelia Harsh (qui avait un petit rôle dans le premier livre) doit contraindre par le chantage le Commodore Black, du sous-marin corsaire, d'emmener son vaisseau dans la jungle de Liongeli pour la trouver. L'expédition est financée par un lord industriel réformateur et menée par un chasseur de safari à vapeur à demi fou, leur sous-marin plein d'un équipage de forçats et des femmes mercenaires du lord. Pendant ce temps, dans le royaume, un héros du genre du Mouron Rouge essaye d'évacuer discrètement les aristocrates de la révolution au Commonshare vers Jackals, mais tombe sur plus que ce qu'il avait négocié.
Mon troisième roman n'a pas encore de titre, il sort juste de l'étape de correction – il raconte l'invasion du Royaume de Jackals par le nord, par une force que tout le monde croit n'être qu'une horde de barbares polaires. Ils apprennent bientôt, à leur éternel regret, que les envahisseurs ne sont cependant pas de gros pilleurs chevelus qui portent une hache.
Le livre quatre est un mystère autour d'un meurtre qui a lieu sur l'île de Jago, un pays établi par les réfugiens jackéliens quand le dernier âge de glace s'est installé. C'était la dernière place forte de la civilisation, de la technologie et de l'érudition à une époque très sombre. Situés au centre de l'océan de magma de la Mer de Feu, les Jagonais pouvaient résister aux cannibales de l'Empire Chimecan, mais maintenant que nous revenons à l'époque actuelle, post-dégel, ils souffrent de l'émigration depuis des siècles car leurs citoyens partent vers des lieux plus accueillants qu'un caillou chauffé à blanc avec une bonne position défensive.
Le livre cinq est une histoire de guerre entre le royaume et ses voisins du sud, Cassarabia. Les tensions se sont accentuées durant tous mes romans jusque-là, et c'est le livre où leurs différences se trouvent accentuées – dirigeable contre dirigeable, et des régiments contre les enfants modifiés des femmes esclaves de Cassarabia. Les fans de Bernard Cornwell, Patrick O'Brian, C.S. Forester et de la série Honor Harrington de David Weber devraient être très satisfaits par ce bébé.
Le livre six se concentre sur le service secret dépassé et pauvrement entretenu du Royaume de Jackals, qui a toujours souffert de la comparaison avec ses cousins de l'omnipotente Court de l'Air. Malheureusement, ils se retrouvent en première ligne quand l'objet brun frappe l'hélice propulsée par la vapeur. Sa sensibilité est beaucoup plus proche de Mes funérailles à Berlin ou de Callan que du charme de Bond, et ça devrait être très sympa, à la fois de l'écrire et, je croise les doigts, aussi de le lire.
Quelle est la réaction de lecteur que vous avez préférée ?
Eh bien, c'est toujours très flatteur quand un auteur de SFF dont on a aimé soi-même le travail débarque à une convention et dit qu'il a lu un des livres et pensé que c'était fantastique. Avec un peu de chance, ils l'ont réellement lu et apprécié, et ce n'est pas juste ce que vous êtes censé faire et dire à une convention avec des collègues écrivains ! Genre, salut, j'ai adoré votre dernier rôle, sir Ian, Peter Jackson m'a dit qu'il était très content de votre performance.
Il y a une popularité grandissante pour les romans de fantasy qui parlent de mondes parallèles dans l'histoire ou racontent des faits historiques alternatifs, comme Téméraire de Naomi Novil, Jonathan Strange et Mr. Norrell de Susanna Clarke, ou Les Royaumes du Nord de Philip Pullman. Quelle est votre théorie sur les raisons pour lesquelles les lecteurs ont été ou sont attirés par ce type de romans ?
Je pense que les lecteurs aiment simplement la fantasy, et l'histoire leur donne quelque chose de familier à quoi ils peuvent se raccrocher avant de s'y plonger. C'est la raison, je suppose, pour laquelle tant de ces romans sont connus au-delà du simple public SFF et font ressentir de l'émotion au public, dans un sens plus large.
Vous êtes un membre fondateur du populaire magazine en ligne SF Crowsnest. Quelle était la génèse de ce magazine, et quel a été votre rôle dans son histoire ?
Il a été créé, à l'origine, en 1990, comme un magazine imprimé de luxe, ProtoStellar, par un fan de SFF moitié gallois moitié arabe, Shadwell Oman. J'étais contributeur et rédacteur pour ce journal. Quand Shadwell est retourné aux Emirats Arabes Unis, j'ai pris la direction du magazine et je l'ai mis en ligne. Au début je l'ai mis en catimini sur AppleWorld, le BBS avant internet, comme j'étais un des salariés de Steve Job (et je pouvais). Quand internet est arrivé, je l'ai mis sur le web en 1994, et le reste – comme on dit – c'est de l'histoire. J'ai profité de la chance bête d'être au bon endroit au bon moment, et le site a maintenant 800 000 lecteurs par mois et enregistre jusqu'à 50 millions de visites par mois.
Je parle d'une chance bête car étant un des premiers sites en ligne sur la SFF, si j'étais intelligent et si j'avais deviné qu'internet devait exploser, j'aurais monté amazon.com, ebay.com, match.com ou n'importe lequel des milliers d'autres sites qui ont débarqué au même moment ou plus tard, et maintenant je serais en train d'écrire mes romans sur ma plage privée à côté de Paul Allen, ou de financer ma propre flotte spatiale privée comme Jeff Bezos.
Je n'aime quand même toujours la technologie que comme un geek loser et triste : on vient de relancer SF Crowsnest sur une page Facebook... il y avait plusieurs milliers de lignes de code de sueur et de larmes, je vous le dis. Mais je suis encore bien vivant, tout de même... même si, en âge de chien d'internet, je suis probablement – c'est regrettable – plus vieux que Connor Mac Leod !
Quelques mots d'adieu pour les lecteurs ou lecteurs potentiels de vos romans ?
Je les quitterais avec la sagesse d'Albert Einstein. « Si vous êtes partis pour décrire la vérité, laissez l'élégance au tailleur. » Oh, et « achetez mon satané bouquin ». La dernière était de moi, au fait, pas d'Albert.

Article originel par John Ottinger III, traduit avec son accord

  1. L'interview de Grasping for the Wind
  2. L'interview de Pat

Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :