Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Romans Fantasy > Un Sale boulot


Un Sale boulot

Titre VO: A Dirty Job

ISBN : 978-270213839-7
Catégorie : Aucune
Auteur : Christopher Moore

Légèrement hypocondriaque, un poil névrosé, Charlie Asher est un type tout ce qu’il y a de plus normal. Il est ce qu’on appelle un mâle bêta. Vous savez ? Le genre à traverser la vie dans les clous, toujours là pour tendre un Kleenex à celle qui s’est fait larguer par une grosse brute de mâle alpha. On peut dire que Charlie a eu de la chance. Propriétaire d’un immeuble au cœur de San Francisco, il tient un magasin d’articles d’occasion en compagnie de deux fidèles employés atypiques et barjos. Il a épousé Rachel, une brillante et jolie femme, qui l’aime pour sa normalité et s’apprête à accoucher de leur premier enfant. Pour un mâle bêta, Charlie s’en sort bien.
Enfin… jusqu’à la naissance de Sophie. Exténué par l’accouchement, celui-ci découvre la présence d’un étranger habillé en golfeur près du lit d’hôpital de Rachel, un type qui prétend que personne ne peut le voir – et pourtant, Charlie le voit bel et bien. À partir de là, c’est toute son existence qui va déraper… Des gens commencent à tomber raides morts autour de lui, des corbeaux géants viennent se percher sur son immeuble, des murmures lui parviennent depuis les profondeurs des égouts, les gens dont le nom apparaît mystérieusement dans son agenda meurent dans la foulée.
Car Charlie Asher a été recruté malgré lui pour endosser le rôle de la Mort. Un sale boulot, certes, mais quelqu’un doit bien s’en charger.

Critique

Par Gillossen, le 12/10/2007

Christopher Moore nous revient pour son second roman publié chez Calmann-Lévy, après Le sot de l’ange, un roman qui voit d’ailleurs intervenir, au second plan, quelques-uns de ses personnages créés précédemment, citons brièvement Mentalo, pour situer un peu les choses aux yeux des connaisseurs.
Pour les autres, nul besoin de connaître l’univers de Moore, ou même un seul de ses romans, pour apprécier comme il se doit cette histoire tendre, amère, et loufoque à la fois ! Avec Moore, les adjectifs qualificatifs pourraient rapidement s’empiler sans fin.
Une fois encore, dès les premières pages, voilà le lecteur bien attrapé ! Ah, bon sang, ne pourrait-on pas se contenter de rire un bon coup ? Il y a pourtant de quoi : à travers moult saynètes et surtout personnages toujours aussi barrés, il n’y a pas d’autre mot, il y a matière à se muscler les zygomatiques ! De Ray l’employé accro du net - pour être gentil… - aux vieilles dames revêches, en passant par la soeur de notre “héros” ou son employée gothique, les Morrigan, les cerbères de l’enfer adorables avec une petite fille mais avalant des extincteurs, etc, etc… La liste paraît s’allonger sans fin !
Et pourtant, entre deux séquences jouant sur l’humour absurde ou une réplique acérée, l’auteur peut très bien nous cueillir au détour d’une simple ligne, d’une réflexion plus juste qu’on ne le croit ou d’une émotion qui se libère sincèrement, sans entrave. Le deuil et la mort sont des thèmes forts, qui ne sont pas traités par-dessus la jambe sous prétexte que l’auteur apprécie l’humour, souvent pince-sans-rire qui plus est. Et le destin du sympathique Charlie, personnage en lui-même assez classique au demeurant, contiendra son lot de surprises, ce jusqu’aux dernières pages, pour ne pas dire dernière ligne, sans que l’on ait jamais, ou presque, quitté cette ville de San Francisco que l’auteur apprécie tant.
Un roman caustique, émouvant, inventif, et plein de fantaisie ! Et assurément une bonne pioche pour son éditeur. Le public, les critiques et même le cinéma américain ne s’y sont pas trompés…

8.0/10

Discuter de Un Sale boulot sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :