Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Romans Fantasy > Les aventures de Georges Hercule Bélisaire Beauregard > Le tournoi des ombres


Le tournoi des ombres

Tome 2 du cycle : Les aventures de Georges Hercule Bélisaire Beauregard
ISBN : 978-207046468-5
Catégorie : Jeunesse
Auteur : Hervé Jubert

L’ingénieur-mage Georges Beauregard est envoyé à New London par le ministère des Affaires étranges afin de sécuriser la visite prochaine de l’empereur Obéron III et de son épouse. Ceux-ci doivent, en effet, inaugurer le tunnel récemment creusé sous le Détroit. Avec l’aide de John Dee, le psychomancien de la reine albionaise, Victoria, Beauregard va devoir s’assurer qu’il n’y a aucun lien entre l’étrange smog qui s’abat sur la ville, les centaines de cadavres retrouvés ces derniers jours et la venue de l’empereur séquanais. Et il ne désespère pas de pouvoir en découvrir un peu plus sur son propre passé.

Critique

Par Sylvadoc, le 02/06/2016

Au revoir Sequana, bonjour New London ! C’est un peu concis comme formule, je vous l’accorde, mais cela résume assez bien le dit ouvrage. En effet, nous découvrons dans ce deuxième opus la rivale de Sequana, la très albionaise New London, ville tentaculaire où sourd de chacun de ses pores faux semblants, hypocrisie ou calculs.

L’intrigue n’a jamais été aussi politique et notre cher ingénieur-mage, plongé dans les mystères de sa parenté, noyé par la mucilagineuse mélancolie paternel se retrouve bien démuni face aux différents génies londoniens, de Dickens à Shakespeare en passant par Polidori.

Et c’est bien là le plus grand intérêt de cette suite. Ce fameux Tournoi des Ombres, est-ce le pinacle de volontés diaboliques indépendantes, ou le bal fantomatique des figures paternels ? Car on a l’impression au fil des pages que Beauregard cherche plus volontiers son père dans les différentes protagonistes de l’histoire que le Cerveau de l’affaire pour laquelle il a été appelé.

On replonge ainsi bien volontiers dans cet univers merveilleux où à l’action immodéré se succèdent dialogues ciselés et révélations fracassantes, où l’humour est toujours à contre-pieds et l’émotion derrière chaque silence et autres respirations typographiques.

Une belle lecture en somme dont l’intérêt n’est pas forcément l’intrigue mais la recherche de son identité. “Nous sommes faits de la même matière que les rêves” nous disait Shakespeare, Hervé Jubert nous en offre là une belle déclinaison.

 

7.0/10

Discuter de Le tournoi des ombres sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :