Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Romans Fantasy > Les Chroniques des elfes > Le Sang des elfes


Le Sang des elfes

Tome 3 du cycle : Les Chroniques des elfes
ISBN : 978-226508578-7
Catégorie : Aucune
Auteur : Jean-Louis Fetjaine

Une guerre sans précédent est sur le point de faire basculer l’équilibre du monde. Les armées de Celui-qui-ne-peut-être-nommé s’apprêtent à assaillir la forteresse d’Agor-Dôl et à déferler sur les plaines. Les elfes de la forêt d’Eliande, les nains de la Montagne noire et les hommes du royaume de Logres, pourtant ennemis historiques, n’ont d’autre choix que de s’allier pour contrecarrer les plans de l’Innommable. Lliane, évadée des Terres Noires et recueillie par les nains de Troïn, a rejoint le royaume des elfes. C’est elle, la princesse bientôt couronnée reine, qui devra s’employer à apaiser les rivalités tenaces, construire peu à peu la coalition et mener la lutte. Une gigantesque bataille s’annonce. Quelle que soit son issue, le monde en sera changé à jamais.

Critique

Par Vermithrax, le 08/05/2010

Et voilà.
Une nouvelle fois, Jean-Louis Fetjaine fait tomber le rideau sur un monde oublié, mais cette fois, on sait ce qui va suivre, ce qui attend certains personnages que l’on a pu redécouvrir ici, puisque cette trilogie constituait en fait une préquelle à la précédente.
Si l’on devait précisément comparer les deux trilogies à l’heure du bilan, ce troisième tome, plus encore que les deux autres, fait la part belle à l’épique, dimension particulièrement étoffée à mesure que les pages se tournent. Forcément moins nostalgique, car, cette fois, le lecteur vit le passé seulement évoqué trente ans plus tard ; le roman, comme la trilogie dans son ensemble, se fait aussi moins poétique. 
Il n’en est pas moins tout à fait réussi. Habilement, l’auteur clôt ses diverses intrigues, met en valeur ses personnages, les plonge en plein dilemme… et nous livre une belle réflexion sur la guerre et le destin, parfois si futile… Le tout avec cette patte si caractéristique sur le plan du style. Quelques termes bien employés suffisent parfois à eux seuls à faire revivre les échos d’un passé révolu…
Dans ce domaine comme ailleurs, l’auteur est économe et ne cède pas pour autant à la surenchère : des mots, des actes… Certains silences sont presque palpables. Témoin privilégié, conscient souvent de savoir ce qui attend les personnages dans le futur, le lecteur n’en est pas moins impliqué, mais, logiquement, il peut aussi parfois avoir l’impression d’avoir mis la main sur un vieux grimoire retrouvé dans une maisonnette en ruine sur une lande battue par le vent… L’image s’éternise, certes, mais il s’agit là de souligner que l’auteur entretient finalement toujours une certaine distance entre nous et ses personnages, en particulier les elfes, encore et toujours.
La représentation est terminée.

6.5/10

Discuter de Le Sang des elfes sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :