Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Romans Fantasy > Le Dernier Dragon sur Terre


Le Dernier Dragon sur Terre

Titre VO: Highfire

ISBN : 978-275643036-2
Catégorie : Aucune
Auteur/Autrice : Eoin Colfer
Auteur/Autrice : Menard Jean-François

Autrefois, il était connu sous le nom de Wyvern, Seigneur du Haut Feu, et son ombre terrifiait les masses.
Aujourd’hui, il n’est que Vern, vautré dans le bayou où il se cache, matant Netflix non-stop en tee-shirt Flashdance et sifflant de la vodka à longueur de journée. Mais, contrairement aux autres membres de son espèce, il a survécu. Malheureusement, aucune quantité d’alcool ne peut combler son immense solitude.
C’est alors que le hasard lui propose une alliance inattendue… Aboutira-t-elle à l’extinction de sa race ou au retour de ses jours de gloire ?

Critique

Par Gillossen, le 17/09/2020

Le Dernier dragon sur Terre n’est autre que le premier ouvrage de fantasy “adulte” signé Eoin Colfer, le papa d’Artemis Fowl, qui a lui-même eu récemment droit à une adaptation pour le moins en demi-teinte chez Disney. Un roman de fantasy dans le bayou, qui lorgne volontiers sur le polar. 
Que vaut donc cette incursion sur de nouveaux territoires pour l’auteur ? Eh bien, elle n’est pas déplaisante mais n’a rien de renversante, ni de très dépaysante, à dire vrai. Le point de départ, tout comme le cadre n’ont rien de follement original, la recherche du bon mot, polar et humour obligent, non plus. Très ancré dans son époque (les références fusent), le roman l’est d’ailleurs peut-être trop. Si quelqu’un compte lire Le Dernier dragon sur Terre dans 15 ans, cette lectrice ou ce lecteur saisira-t-il encore l’allusion à Marie Kondo à ce moment-là, pour ne citer qu’un seul exemple ? Si ce n’est pas le cas, le texte perd encore en saveur. 
Pour le reste, l’intrigue principale ne s’avère pas plus haletante que ça et le sort de notre pseudo anti-héros ne nous touche guère en cours de route. En réalité, à part le jeune Squib, que l’auteur parvient à rendre rapidement attachant, les protagonistes de cette histoire sont un peu falots. Le ton général, même si l’auteur n’hésite pas à faire preuve d’un vocabulaire parfois fleuri, ne se montre quant à lui pas spécialement orienté vers le registre “adulte” mis en avant. Le monde passé des dragons reste de son côté bien flou, et, pour une fois, on n’aurait pas dit non à un peu plus de world-building
On arrive à la fin du roman d’un œil presque distrait, même si Eoin Colfer a toujours pour lui un vrai sens du rythme et du découpage, des atouts “techniques” qui sont ici au cœur des points forts de l’histoire. C’est toujours ça de pris, bien entendu, mais voilà qui illustre aussi les limites de cette histoire. 
Et cela rejoint notre constat final : Colfer signe là un roman qui se lit sans souci mais qui, il nous semble, ne cherche jamais à proposer autre chose qu’une distraction innocente et malheureusement vite oubliée. Mais si vous ne nourrissez pas d’attentes particulières à son égard, il saura sans doute vous plaire. 

6.5/10

Discuter de Le Dernier Dragon sur Terre sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :