Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Romans Fantasy > La Neuvième Maison


La Neuvième Maison

Titre VO: The Ninth House

ISBN : 978-237876052-6
Catégorie : Aucune
Auteur/Autrice : Leigh Bardugo
Traduction : Guillot Sebastien

Alex « Galaxy » Stern a vécu une adolescence chaotique. Elevée à Los Angeles par une mère hippie, elle a abandonné l’école très jeune pour se retrouver dans un monde sombre, violent et sans avenir.
À 20 ans, elle est la seule survivante d’un horrible massacre inexpliqué, et c’est sur son lit d’hôpital qu’elle se voit offrir une seconde chance : rejoindre la prestigieuse université Yale en intégrant la maison Léthé. Cette entité, appelée La Neuvième Maison, surveille les huit sociétés secrètes de Yale ; ces dernières forment les futurs décideurs ainsi que les personnes influentes et pratiquent la magie sous différentes formes, bien souvent sinistres et dangereuses.
Alex a été choisie, car elle possède un pouvoir rare et mystérieux : elle peut voir les fantômes. Alors que son mentor a disparu, elle va devoir enquêter sur le meurtre d’une jeune fille. Ce qu’elle va découvrir va bien au-delà de l’horreur…

Critique

Par Gillossen, le 23/10/2020

On connaît Leigh Bardugo pour Grisha et ses autres romans à succès situés dans le même univers, d’abord publié chez Bragelonne avant d’être repris aux éditions Milan. Etonnamment, voilà que l’autrice change encore d’éditeur, puisque ce nouveau roman vient de paraître chez De Saxus
Leigh Bardugo change totalement de cadre avec une fantasy contemporaine et résolument adulte dans le ton et dans les thèmes abordés. Si vous n’êtes pas amateurs de descriptions parfois très graphiques de scènes tout aussi dures, passez votre chemin. Un véritable parfum d’horreur plane sur ces pages. Pour le reste, la structure même du roman (avec ses alternances temporelles, qui n’apportent pas de réelle plus-values à l’intrigue) et ce contexte de sociétés secrètes aura sans doute de quoi séduire de nombreux lecteurs, même si Bardugo ne révolutionne pas le genre pour l’occasion (ce qu’on ne lui demande certes pas).
Les monologues intérieurs s’avèrent au passage un peu trop nombreux, à l’image d’un roman qui brille plus par son ambiance poisseuse que par le charisme de ses protagonistes, pour ne pas dire que son héroïne, “Alex” affiche un comportement parfois destabilisant, tant ses justements se font à l’emporte-pièce. Les autres, à part le dénommé Darlington, manque souvent d’aspérités, quand ce n’est pas tout bonnement de subtilité. Bardugo prend le risque justement de laisser cette atmosphère très marquée infuser lentement, sans doute un peu trop au gré de certains, mais les choses s’accèlèrent nettement dans le dernier tiers du roman, avec d’ailleurs quelques retournements de situations bienvenus. 
Au bout du compte, si La Neuvième Maison ne constitue pas une claque ou la découverte indispensable de cette rentrée, c’est un roman qui devrait sans difficulté trouver son public. A noter toutefois une version française largement perfectible, y compris dans sa mise en page (ce qui était d’ailleurs déjà le cas avec le fameux Le Prieuré de l’Oranger sur ce point). Si la traduction est de qualité, il reste en revanche un certain nombre de coquilles et autres si l’on se fie à des échos croissants. C’est bien dommage. Pour ne pas dire étonnant, quand on voit le budget que cet éditeur peut consacrer à son département promotion.  
Au bout du compte, La Neuvième Maison n’est pas un mauvais roman, mais l’autrice nous a déjà habitués à nous emporter dans le tourbillon de ses histoires avec bien plus d’allant de son côté et d’enthousiasme du nôtre. Nul doute toutefois que son cadre et son récit bien calibré lui permettront d’accumuler quoi qu’il arrive les ventes ou de viser une adaptation, qui est déjà d’ailleurs prévue au format série TV. 

6.5/10

Discuter de La Neuvième Maison sur le forum.



Auteur


Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :