Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Romans Fantasy > Artemis Fowl > La Colonie perdue


La Colonie perdue

Titre VO: Artemis Fowl and the Lost Colony

Tome 5 du cycle : Artemis Fowl
ISBN : 978-014180738-6
Catégorie : Jeunesse
Auteur : Eoin Colfer

Il y a dix mille ans, les humains et le petit peuple se sont affrontés au cours d’une gigantesque bataille. Quand les fées réalisèrent qu’elles ne pourraient l’emporter, elles déplacèrent leur civilisation toute entière sous terre et se résignèrent à l’anonymat. Tous les êtres féeriques s’accordèrent à ce propos sauf les démons.
Les démons se préparèrent à bondir hors du temps jusqu’à ce qu’ils soient prêts pour affronter les humains à nouveau. Mais le sort tourna mal et ils se retrouvèrent catapultés dans les Limbes. A présent le sortilège perd de sa puissance et des démons se matérialisent à la surface. Même Foaly, le centaure super intelligent n’arrive pas à prédire la prochaine apparition.
Mais quelqu’un le peut. Artemis Fowl, le génie du crime adolescent a résolu les équations temporelles qu’aucun humain ne comprendrait. Alors lorsqu’un démon apparaît confus et effrayé dans un théâtre en Sicile, Artemis est là pour le recevoir comme il se doit. Malheureusement pour lui, une deuxième équipe mystérieuse a résolu le problème également et réussi à lui subtiliser sa proie.
Une nouvelle fois, Artemis va devoir s’associer avec sa vieille amie le capitaine Holy Short pour chasser le démon, avant que le sort achève de se dissoudre et que la colonie de démons ne fasse un atterrissage forcé sur la Terre.

Critique

Par Luigi Brosse, le 30/08/2009

Artemis Fowl, le cinquième volume. Ceux qui ont lu jusque là sont forcément un peu fan ou alors c’est faire preuve de masochisme. Ce nouvel épisode ne change pas grand-chose à la recette de base et on viendrait presque à douter des qualités imaginatives de l’auteur. Le tome 4 posait déjà la question de l’originalité et du côté marketing du roman. Le début du tome 5 n’arrange absolument rien. Situation convenue, personnages plats par leur manque de relief : on se demande presque si le livre vaut mieux qu’une botte de radis.
Et puis la magie opère à nouveau, à croire que les lutins irlandais donnent un coup de main à Eoin Colfer. Le scénario s’emballe après une cinquantaine de pages grâce à l’apparition de Minerva, la petite nouvelle. Celle-ci se veut le double féminin d’Artemis, l’occasion pour l’auteur de nous coller quelques petites poussées d’hormones (un peu facile comme prétexte). Il n’empêche que cette nouvelle venue ajoute un piment certain à l’histoire avec la guerre des cerveaux qui s’ensuit. Les autres personnages sont égaux à eux-mêmes et il semble difficile de les voir évoluer tellement leur caractère est à présent figé après toutes ses histoires. C’est un peu le point noir de cette série, vous l’aurez compris à présent.
L’intrigue est assez bien conçue, bien qu’il y ait assez peu de révélations au cours du tome. Celles-ci sont de plus assez facilement prévisibles et le suspens tient plus par le rythme haletant de l’histoire que par des procédés stylistiques. Comme d’habitude le tout se lit vite et on a du mal à refermer le livre tant on a hâte de voir Artemis triompher grâce à son génie. A noter que la fin est particulièrement savoureuse et promet un prochain tome assez mouvementé avec pas mal de nouveaux participants.
Bref, il s’agit donc d’un livre peut-être un cran en dessous du précédent mais toujours aussi savoureux à lire passé les premiers instants. Le seul regret vient peut-être des personnages un peu trop plats. Certes l’auteur s’apprête à faire grandir Artemis, mais c’est pour le moment encore anecdotique. Un petit coup de cravache pour le volume suivant devrait aider à résoudre ce problème.

8.5/10

Discuter de La Colonie perdue sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :