Vous êtes ici : Page d'accueil > L'Actualité fantasy

Pirates des Caraïbes : La fontaine de Jouvence

Par Gillossen, le mercredi 18 mai 2011 à 13:18:35

La véritable histoire de Barbe Noire

Né Edward Drummond, Barbe-noire pourrait être né vers 1680 à Bristol, en Angleterre. Une vingtaine d’années plus tard, sous le pseudonyme d’Edward Teach, il embarque sur un bâtiment corsaire au service de la reine Ann (1665-1714), durant la guerre de succession d’Espagne.
Il se fait remarquer pour sa bravoure au combat, abordant et coulant nombre de navires des rois de France. Malgré ses faits d’arme héroïques, mais du fait de ses origines modestes, teach ne reçoit en remerciement aucun commandement de bateau. Dépité, il se détourne du droit chemin...
Ce que le gouvernement britannique n’avait pas prévu en agissant ainsi, c’est l’humiliation ressentie par l’homme. Lettré, doté d’une intelligence hors du commun et d’un charisme diabolique, Edward Teach propose dès 1716 ses services au capitaine Hornigold, qui lui inculque les rudiments de la piraterie. Quelques mois plus tard, comme une épreuve initiatique, il aborde avec succès un navire français pourtant armé de 40 canons, le Concorde. Celui-ci sera bientôt débaptisé pour devenir La revanche de la Reine Anne (Queen Ann’s Revenge), dont Hornigold lui confie le commandement.

En ce début de XVIII siècle, le commerce maritime est en plein essor et jette sur les routes commerciales de nombreux avires chargés de richesses... Fort de son nouveau statut, Teach prend son indépendance et se met à son compte. Animé par le sentiment de mener une guerre contre un ordre social oppresseur et maître d’une flotte de quatre bâtiments pouvant embarquer 300 hommes, le pirate et son équipage de renégats pillent et détruisent les bateaux qui croisent leur route, entre les Bahamas et les côtes de Virginie. En un an, il arraisonne plus de 40 navires sous le sinistresobriquet de Barbe-Noire. Car armé jusqu’aux dents, affublé d’une longue barbe tressée dans laquelle il accrochait des rubans rouge sang, Edward Teach inspirait désormais la terreur à ses victimes et à son équipage.

Mais en s’attaquant aux intérêts des compagnies commerciales anglaises, Barbe-Noire provoque la colère des autorités du Nouveau Monde, qui déclarent une véritable guerre aux pirates. Sa tête est mise à prix et Spotswood, le gouverneur de Caroline du Nord, dépêche ses meilleurs hommes pour le capturer...Parmi eux, le lieutenant Robert Meynard, commandant du bâtiment de guerre Pearl. Le 22 novembre 1718, ce dernier repère La revanche de la Reine Anne qui mouille dans la baie de l’île d’Ocracoke, une petite île quasiment vierge située au large de la Caroline du Nord. Sûr de sa force, Barbe-Noire feint de ne pas voir le détachement de la Royal Navy et ne prend donc aucune disposition particulière.

Cette outrecuidance lui sera fatale. Après une carrière sanglante, faite de bravoure et de cruauté, Barbe-Noire est tué au combat. On trouvera sur son corps 25 blessures dont 5 par balle. Maynard lui fait trancher la tête et l’expose au sommet du mât, comme un avertissement à tous les pirates qui écument les Caraïbes. Or en fait, par ce geste, il vient de créer une légende. Nombreux sont ceux qui refusent de croire en la mort de Barbe Noire, et tout aussi nombreux sont les actes de piraterie qui lui sont attribués bien après cette date...

S’appuyant sur des rumeurs et des journaux de bord de marins, de nombreux chercheurs de trésor ont exploré les côtes où sévissait Barbe-Noire. En 1996, une entreprise américaine découvre en Caroline du Nord, à 8 mètres de profondeur, une ancre dépassant d’un monticule de sable, puis des boulets de canons et une cloche. L’épave du navire ? Seuls quatre naufrages ont eu lieu à cet endroit au XVIIIe siècle. Les fouilles se poursuivent et tout porte à croire qu’il s’agit réellement de l’épave de La revanche de la Reine Anne. Mais nulle trace du trésor... A ceux qui lui demandaient où il cachait son butin, Barbe Noire, qui avait pour cela l’habitude de partir en barque sur des plages désertes accompagné de deux hommes mais de revenir seul, répondait : «Seuls le diable et moi savons l’emplacement de mon trésor... Et le diable aura le tout !» Le célèbre pirate a eu les honneurs du grand et du petit écran plusieurs fois par le passé. Parmi les productions les plus célèbres figurent Blackbeard the Pirate de raoul Walsh en 1953, avec Robert Newton dans le rôle titre, mais aussi la production Disney Blackbeard’s Ghost en 1968, de Robert Stevenson, avec Peter Ustinov. En 2006, on le retrouve sous les traits d’Angus MacFadyen dans le film de Kevin Connor Blackbeard, mais aussi sous ceux de James Purefoy dans le film Blackbeard: terror at sea de Richard Dale. Aujourd’hui, c’est au tour de Ian Mcshane d’incarner au sein de Pirates Des CaraÏbes : La Fontaine De Jouvence cette figure légendaire.

  1. Synopsis
  2. Au-delà de la trilogie
  3. Un nouvel équipage
  4. Les personnages
  5. La véritable histoire de Barbe Noire
  6. La Fontaine de Jouvence
  7. Une dernière featurette

Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :