Vous êtes ici : Page d'accueil > L'Actualité fantasy

Jérôme Vincent parle de Chansons de la Terre Mourante

Par Gillossen, le lundi 13 mai 2013 à 14:00:00

ChansonsVous l'avez sans doute remarqué, nous sommes partenaires de l'anthologie hommage à Jack Vance, Chansons de la Terre Mourante, dont le premier volume est paru le 2 mai dernier.
Pour l'occasion, Jérôme Vincent a répondu à quelques questions sur le sujet, revenant sur la genèse de ce projet ou sa concrétisation.
Ses réponses sont à lire ci-dessous !

En discuter sur le forum

L'entretien

Comment un « petit » éditeur récupère une anthologie aussi prestigieuse ?
En suivant l'actualité des sorties US pour Actusf, on avait repéré ce gros volume en hommage à la Terre Mourante. Le casting était exceptionnel, le cycle initial un must de la fantasy, Jack Vance l'un de nos auteurs préférés... Vraiment cette anthologie avait tout pour plaire et elle nous faisait envie en tant que lecteur. Après, je ne me souviens plus exactement l'enchaînement de discussions et de recherches qui nous a finalement conduit à demander à l'agent français si les droits étaient toujours dispos (je crois qu'on faisait des recherches sur des nouvelles inédites de George R.R. Martin pour voir si on pouvait faire un recueil), mais on a finalement découvert avec une certaine surprise que c'était toujours le cas. A partir de là, on s'est lancé dans l'aventure après avoir négocié de le faire en trois volumes plutôt qu'en deux (simplement parce qu'en deux volumes, nous aurions pris le bouillon financièrement parlant).
Est-ce à dire que les « gros » ne sont plus à même de tenter une telle prise de risques ?
C'est sans doute malheureusement assez vrai. Bon, je ne leur ai pas demandé directement non plus, mais j'imagine que c'est l'aspect financier qui les a freiné. Chansons de la Terre Mourante a plusieurs handicaps : d'abord c'est une anthologie, ce qui se vend assez mal en France, ensuite elle est très volumineuse (plus d'un million de signes en anglais), donc très cher à traduire, enfin l'agent américain ne voulait au départ pas plus de deux volumes en français. Bilan, le rapport entre le coût de projet et les ventes espérées n'était sans doute pas assez rentable pour un gros éditeur, avec en prime sans doute des difficultés pour une reprise en poche vu les points précédents.
Notre petite structure est plus souple, avec moins de frais, et avec donc des seuils de rentabilité plus bas. Mais il fallait impérativement la découper en trois si on voulait pouvoir espérer équilibrer la balance financière. Et même comme cela, c'est un pari compliqué.
Pourquoi, selon toi, les recueils de nouvelles, si nombreux aux États-Unis par exemple, ne rencontrent pas leur public par chez nous ?
La question est difficile parce que la réponse est multiple. Il semble qu'en France les lecteurs préfèrent les romans. Et plus c'est gros et mieux c'est. Je n'ai pas vraiment d'explications, d'autant que le format court est historiquement au cœur de la science-fiction (peut être un peu moins sur la fantasy). Il y a aussi une question de marché. Les espérances de ventes sont si faibles qu'il devient compliqué de se lancer dans la traduction d'anthologies (et parfois de romans tout court. Et ne parlons pas de jeunes talents qui n'ont jamais été traduits ou presque). Et c'est dommage parce que tu as raison, elles pullulent aux États-Unis. Maintenant tout n'est pas si noir non plus, on parvient chez nous à faire de jolis scores sur des recueils de nouvelles. Mais c'est toujours très compliqué.
Abordons un peu plus directement Chansons pour la Terre Mourante. Comment s'est décidé le découpage et la répartition des nouvelles ?
L'idée c'était d'avoir une bonne répartition en terme de qualité de nouvelles, en terme de noms au sommaire (avec à chaque fois des grands noms pour donner envie aux lecteurs de se lancer), en terme de thématique (cette première anthologie est plutôt sur les sorciers) et en terme de volume (pour avoir trois livres de taille équivalente). Marie Marquez et François Giraud ont lu chacun dans leur coin l'anthologie l'été dernier et ont proposé trois sommaires en fonction de ces impératifs. Ah, et il fallait qu'on retrouve Cugel et Rhialto dans tous les volumes...
As-tu des nouvelles favorites dans ce premier volume ?
Je suis un gros fan de celle de George R.R.Martin. Elle est drôle, bien pensée et tout à fait dans l'esprit de l'anthologie. On se retrouve dans une auberge un soir au bord d'un lac littéralement bondée de clients. Mais personne n'est vraiment ce qu'il montre. C'est remarquablement intelligent. Après j'aime beaucoup « Abrizonde » de Walter Jon Williams avec un étudiant qui se retrouve coincé dans un château assiégé... Il y a aussi celle de Byron Tetrick dans laquelle on retrouve l'immense Cugel ! Et puis elle a un goût particulier parce que Byron Tetrick est un ami de Jack Vance et que sa bibliographie est encore très courte.
Le monde de Jack Vance possède tout un vocabulaire bien particulier. Pas trop compliqué de conserver une certaine continuité ?
Si. Marie a fait un gros boulot sur le vocabulaire, le nom des sortilèges etc. Elle a passé des heures à tout comparer entre le cycle initial et les nouvelles de Chansons de la Terre Mourante. Et au final elle a réussit à tout harmoniser. Bravo à elle !
En tant qu'éditeur, que représente symboliquement pour toi une telle parution, même si ce n'est pas la première fois qu'actusf publie des textes de/en rapport avec Vance ?
Je l'ai dit plus haut, cette anthologie c'est quand même quelque chose. Neil Gaiman, George R.R.Martin, Robert Silverberg, Walter Jon Williams, Dan Simmons, Tad Williams, Kage Baker, Lucius Shepard, Glen Cook... En tant qu'éditeur, c'est d'abord et avant tout le bonheur de publier tous ces auteurs et de les ajouter à notre catalogue. Ensuite c'est aussi être dans la continuité de notre travail autour d'auteurs comme Jack Vance, Robert Silverberg et George R.R.Martin qu'on publie par ailleurs (et des autres que l'on a publié dans d'autres anthologies. Ce sera notre troisième nouvelle de Lucius Shepard publiée chez Actusf par exemple, la deuxième de Neil Gaiman...). Enfin c'est aussi très fort de se dire qu'on a désormais la capacité de mener des projets aussi ambitieux et volumineux. C'est une jolie satisfaction... Et c'est assez chouette de se dire qu'on aura été ceux qui en France auront publié cette anthologie dans la Terre Mourante qui est un cycle ultra important pour la fantasy et son histoire. Et puis c'est un peu à cause de cette anthologie qu'on a changé le format des livres Actusf. Ils sont désormais plus grands (pas tous, mais une majorité).
Quel fut finalement le plus grand défi dans cette aventure qui n'est pas encore terminée ?
Il y a trois défis dans Chansons de la Terre Mourante. D'abord coordonner le projet entre les différents auteurs, et travailler à harmoniser le cycle initial et l'anthologie. C'est le boulot sur le vocabulaire. Ensuite trouver comment l'équilibrer financièrement. Enfin, et c'est le plus difficile, convaincre les lecteurs. Le vrai défi commence maintenant !
Que peut-on vous souhaiter pour ce projet, à part écouler tous vos exemplaires, évidemment ?
J'aimerai bien que les grands noms du sommaire poussent des gens qui n'ont jamais lu la Terre Mourante à se frotter pour le première fois à cet univers de Jack Vance, que Chansons de la Terre Mourante leur permettre de le découvrir... Et puis si on est un peu rêveur, j'aimerai que les ventes soient assez importantes pour que l'on se lance dans la traduction d'autres anthologies anglo-saxonnes (nous ou d'autres éditeurs). Ah, et on aimerait tout vendre évidemment ! :-)

Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :