Vous êtes ici : Page d'accueil > L'Actualité fantasy

David Farland répond à nos questions !

Par Gillossen, le vendredi 17 avril 2009 à 13:14:10

David FarlandA l'image de nos brèves passées annonçant ce retour ou bien de notre concours, encore en cours, les roman de David Farland sont plutôt appréciés sur Elbakin.net !
Ah, Les Seigneurs des Runes, une longue histoire ! Après un premier départ il y a de cela quelques années, soulevant un véritable intérêt parmi les fans de fantasy épique, la série avait disparu des plannings... Mais, depuis peu, la voici de retour, et on ne peut qu'espérer cette fois que le cycle soit publié dans son ensemble par chez nous, chez Pocket et Fleuve Noir !
Histoire de soutenir un peu plus encore ce retour, dans la mesure de nos moyens, retrouvez donc aujourd'hui une interview exclusive de l'auteur, David Farland, qui a accepté avec enthousiaste et célérité de répondre à nos questions ! Bonne lecture ! Attention, l'interview contient quelques spoilers (selon que vous ayez déjà lu ou pas le cycle), notamment pour la question n°4.

En discuter sur le forum

L'interview exclusive de David Farland, version française

Les Seigneurs des Runes sont de retour en France. Quel est votre sentiment au sujet de cette seconde publication ?
Je suis ravi ! Les romans sont ressortis dans deux ou trois pays, et je crois qu’en Angleterre ils se vendent encore mieux que la première fois.
Avez-vous déjà été consulté au sujet de la traduction de vos ouvrages en français ?
Non. En règle générale, mes éditeurs étrangers font appel aux meilleurs traducteurs qu’ils sont en mesure d’engager. J’ai seulement été consulté deux fois, une fois par un éditeur allemand et une fois par un éditeur japonais.
Les Seigneurs des Runes occupent-ils une place spéciale pour vous ?
Absolument. C’est une histoire qui traite d'un certain nombre de problèmes contemporains. Sur un plan thématique, elle parle d’un monde où des marchands et des politiciens avides manquent de détruire leur monde en s'appropriant tout ce qu'ils sont en mesure de prendre à leur peuple. Bien que les livres soient disponibles depuis des années, je reçois tout à coup beaucoup de courrier de fans, probablement parce qu’ils considèrent maintenant cette histoire comme étant opportune. Elle traite également de deux cultures – une européenne, et une autre en grande partie basée sur les Arabes, se querellant pour des ressources limitées à une époque où ils doivent faire face à des problèmes globaux plus importants auxquels.
Bref, quand j’ai commencé à écrire cette série dans le milieu des années 90, j’étudiais les problèmes qui deviendraient selon moi importants au cours des quelques prochaines décennies pour écrire à leur sujet.
Au fait, à quoi peut-on s'attendre dans THE LAIR OF BONES, qui sortira l'année prochaine au Fleuve Noir ?
Ah, The Lair of Bones aboutit à la conclusion de la première intrigue de la série. Le roman raconte la rédemption de Gaborn en tant que Roi de la Terre et la mort de Raj Ahten.
Avez-vous un personnage favori dans ce cycle ? Et si oui, pourquoi lui/elle ?
Mon personnage secondaire favori est probablement le Baron Waggit. Il souffre évidemment de lésions cérébrales, ce qui explique pourquoi il a terriblement besoin de Dons d’Intelligence, et quand il obtient ses Dons grâce à son courage dans le tome 2, c’est un grand moment. Ainsi, aussi longtemps qu’il les possède, non seulement il semble entier, mais il devient un sage, un conseiller pour les rois. Pourtant, il doit vivre au jour le jour en sachant que s’il perd ses Dons, il pourrait replonger dans l’ignorance en un clin d’œil.
Son histoire est triste, je crois, et j’ai souvent pensé que je pourrais lui consacrer un roman entier ou deux.
Les Dons étaient - et sont toujours - un système de magie stupéfiant. Comment vous est venue cette idée ?
Quand j’ai débuté Les Seigneur des Runes, j’ai tout d’abord inventé un système autour de la magie des quatre éléments - Terre/Feu/Eau/Air. Mais je savais que cela ne me suffisait pas. Je désirais un système de magie qui me laisserait traiter de la rentabilité collective – ce qui signifiait que quelque chose devait être échangé, quelque chose devrait être convoité. J’ai réfléchi à la question durant des mois, et, tout à coup, tout a fait tilt alors que j’étais en voyage en Écosse.
Que pensez-vous de la fantasy aujourd'hui ? Existe-t-il un sentiment de compétition entre auteurs ?
J’apprécie de nombreux d’auteurs. Brandon Sanderson est peut-être mon préféré entre tous, mais j’aime aussi George R.R. Martin, Patrick Rothfuss, et un nouvel auteur dont le premier roman est à paraître cet automne, John Brown.
Personnellement, je ne me sens pas en compétition avec les autres auteurs. J’écris ce que j’aime écrire et j’espère juste que d’autres vont également aimer. Avec chacun des autres auteurs du marché, je découvre des choix de leur part qui ne me conviennent pas vraiment, et ce n’est pas grave. C’est comme avec la peinture. Certains aiment peindre des corps humains, d’autres des paysages. C’est juste une question de goût.
Que préférez-vous dans l'écriture ?
J’adore créer de nouveaux mondes !
Comment comparer l’écriture et le développement de jeux vidéos ? Est-ce que votre travail dans le domaine des jeux vidéos vous a aidé pour écrire ?
En fait, j’avais l’habitude de jouer aux jeux de rôles quand j’étais jeune. C’est plutôt ça qui m’a le plus aidé. Mon frère et moi, nous avions développé nos propres jeux au début des années 80, et j’ai été maître de jeu durant plusieurs années.
Quand j’ai commencé à travailler sur les jeux pour ordinateur, c’était une conséquence de mon background dans le jeu de rôles. J’étais devenu familier des problèmes inhérents à la conception de jeux de rôles.
Mais j n’ai pas vraiment beaucoup travaillé dans ce domaine. J’étais co-leader de l’équipe de conception de StarCraft’s Broodwar, et j’ai écrit le scénario d’un jeu qui est peut-être sorti en France, Barbarians. Ceux-là et quelques autres.
Êtes-vous influencé par les critiques, ou cherchez-vous en premier lieu à écrire quelque chose qui vous convienne à vous ?
Vous ne pouvez pas laisser les critiques trop vous influencer. Je veux dire par là, j’écris des livres afin qu'ils me donnent satisfaction. J’obtiens presque toujours de bonnes critiques mais vous devez prendre conscience que même un bon critique peut avoir un jour sans.
Pour mon dernier livre, THE WYRMLING HORDE, un critique a trouvé que sa conclusion était trop sombre et désespérée. Mais c’est le tome 7 sur une série de 9. Alors mes personnages arpentent la partie la plus sombre de la route. Il fallait que le roman soit sombre.
J’étais donc un peu inquiet quand j’ai découvert la critique, mais que pouvais-je faire ? Le roman était déjà parti chez l’imprimeur. Je ne pouvais plus rien y changer.
J’ai été surpris de voir que le roman que le critique trouvait trop sombre a été très apprécié par les fans. J’ai reçu plus de courrier de leur part que pour aucun autre livre !
Est-ce que internet constitue un outil important pour vous, en terme de communication avec vos lecteurs, pour effectuer certaines recherches, etc… J’ai vu que vous aviez un compte Twitter par exemple.
J’ai commencé à utiliser un peu plus le net. Je reçois beaucoup de courriers de fans. En fait, ces courriers proviennent presque tous du net de nos jours. Mais je ne blogue par contre pas beaucoup.
J’utilise beaucoup internet pour des recherches. Je viens juste de terminer un roman historique au sujet de pionniers qui traversèrent la Grande Prairie en 1856 avec des charrettes à bras. J’ai été en mesure de faire une quantité surprenante de recherches en ligne. De la même manière, j’écris en ce moment un thriller qui parle de terroristes. Ce qui est super avec internet, c’est que je peux consulter des sites tenus par de véritables terroristes !
Comment définissez-vous votre relation avec les fans ? Leurs attentes vous pèsent-elles parfois ?
En fait, mes fans ont été d’un grand soutien. Leurs attentes ne me pèsent pas, elles me portent ! Je lis souvent du courrier de fans et je découvre que cela me donne envie de travailler plus dur et de tenter de terminer le roman suivant un peu plus vite, tout simplement.
Pouvez-vous nous dire quelques mots de vos « Writing Workshops » ?
Je tiens généralement deux ateliers d’écriture par an. Ils s’adressent à des auteurs qui désirent très sérieusement entrer sur le marché, et j’essaie de leur donner les conseils qu’ils ne peuvent pas avoir dans un cadre universitaire, comme leur dire les tenants et les aboutissants du business, par exemple. Mais je traite également beaucoup de l’analyse du public et je leur procure des conseils d’écriture avancés, que vous ne pouvez pas facilement trouver dans des livres.
Si vous êtes intéressés, des informations supplémentaires sont disponibles sur www.davidfarland.net.
J’ai songé à en faire un au Royaume-Uni. Je suppose que si j’avais assez de lecteurs français qui soient intéressés, je pourrais en tenir un ici. J’ai toujours voulu visiter la France !
Et à propos de Ravenspell ? Peut-on espérer le découvrir un jour en France ?
J’adorerais voir ces romans publiés en français. Espérons que les dieux de l’édition permettent que cela se concrétise bientôt.
Pourquoi avoir choisi David Farland comme pseudonyme ?
Quand j’ai commencé à écrire de la fantasy, je savais que je voulais un nom qui placerait mes romans au milieu des rayons. Vous voyez, mon vrai nom, Wolverton, laisse toujours mes livres dans le rayon du bas.
Alors j’ai commencé à chercher quelque chose, et j’ai décidé que quelque chose qui commencerait avec FA serait bien. J’avais autrefois un ami dont le nom de famille était Farland, et j’ai trouvé que ça sonnait bien. J’ai depuis découvert que j’avais une arrière-arrière-grand mère qui avait également comme nom de famille Farland.
Cela fait des années que l'on parle d'un film basé sur Les Seigneurs des Runes. Le projet est-il vraiment mort ou suspendu ?
Il y a environ 6 ans, je suis allé à Hollywood et j’ai réuni trois millions de dollars pour commencer la pré-production du film. Nous avions un réalisateur, des distributeurs, et nous avions déjà bien avancé quand le projet a mal tourné. C’est donc suspendu pour un temps, probablement jusqu’à ce que l’option des propriétaires actuels expire, ce qui arrivera en août.
Cependant, le projet soulève de grands intérêts à Hollywood en ce moment. J’ai des nouvelles de producteurs et de réalisateurs presque chaque semaine, alors les choses pourraient avancer très rapidement dans quelques mois.
Quels sont vos derniers coups de cœur littéraires, en fantasy ou ailleurs ?
J’ai déjà mentionné mes dernières découvertes. Je lis actuellement la série Mistborn de Brandon Sanderson et j’attends avec impatience son roman WARBREAKER qui sort le mois prochain. J’ai lu récemment Le nom du vent de Patrick Rothfuss, que j’ai trouvé excellent, l’un des meilleurs romans des vingts dernières années. En général, je ne fais que travailler sur mes propres romans !
Last but not least, avez-vous un mot à dire aux lecteurs français ?
Je suis particulièrement content que mes romans soient de retour en français. Je travaille actuellement sur le tome 9 de la série, le dernier tome, et j’espère que les romans se vendront assez afin qu’ils sortent tous chez vous.
Donnez-moi des nouvelles !
  1. L'interview exclusive de David Farland, version française
  2. Interview with David Farland, english version

Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :