Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycles Fantasy >Les Seigneurs des runes

Les Seigneurs des runes

Titre VO: The Runelords (Ce Cycle est En Cours)

Auteur : David Farland
Traducteur : Isabelle Troin (Proposer une Biographie)

Les Seigneurs des runes de David Farland ont été initialement publiés en France entre février 2000 et février 2002. Chaque tome VO avait été découpé en deux et c’est sur ces six “tomes” VF que la critique générale avait été faite.
En 2009, Pocket revenait à cette série, prenant la décision de republier tous les livres en respectant le découpage de la VO. Le tome 4 inédit, sorti en juin 2010, est l’occasion de reprendre la critique de cette grande série de high fantasy.

Les Seigneurs des runes

La Douleur de la terre

Il existe un monde ancien où règne un étrange système de magie. Certains nobles peuvent s’approprier les Dons d’autres hommes : Intelligence, Force, Vue ou Odorat. Les plus puissants sont appelés les Seigneurs des Runes. En contrepartie, ils s’engagent à assurer la subsistance de leurs Dédiés et de leur famille.
Mais celui qu’on surnomme le Seigneur-Loup s’est également octroyé les Dons de certains animaux et rêve de prendre le pouvoir absolu sur le royaume. Face à lui, le jeune prince Gaborn est peu armé pour le combattre. Lui ne rêve que d’amour et d’une vie paisible sans magie…

Les Seigneurs des runes

La Confrérie des loups

Raj Ahten, le Seigneur-Loup, convoite toujours les royaumes du Rofehavan. Mais Gaborn, devenu le Roi de la Terre, est confronté à une menace bien plus redoutable. Les maraudeurs, des monstres qui n’étaient plus sortis de leurs tanières depuis des siècles, se massent aux frontières des territoires humains. S’ils attaquent, ils frapperont sans distinction les soldats et les populations des deux camps. Malgré les mises en garde de ses conseillers, Gaborn ne voit qu’une solution : une alliance avec Raj Ahten, aussi contre nature qu’elle paraisse. Si toutefois il accepte…

Les Seigneurs des runes

Les Entrailles du mal

Le magicien Binnesman rencontre la jeune Averan et lui révèle qu’elle est une Gardienne de la Terre en puissance. La fillette s’est approprié les souvenirs des maraudeurs. Ainsi, elle apprend à Gaborn que le Seul et Unique Maître se cache dans le Monde du Dessous, au cœur de la Salle des Ossements. Un seul maraudeur, appelé le Guide, est en mesure de leur indiquer le chemin.
Sans hésiter, Gaborn se lance à la poursuite du monstre. Les maraudeurs battent en retraite vers l’entrée du Monde du Dessous puis se réfugient au sommet du Roc de Mangan. Ils sont vulnérables et Gaborn doit agir très vite…

Les Seigneurs des runes

La Salle des ossements

Le Prince Gaborn, Roi de la Terre, a vaincu une première attaque de Raj Athen, le maléfique sorcier qui a troqué son humanité contre des pouvoirs surnaturels.
Mais cette fois, afin de sauver la race humaine, Gaborn devra accéder à la Salle des Ossements et affronter le Seul et Unique Maître, qui règne sur les Maraudeurs. Il emmène avec lui Binnesman, Averan et Iome mais très vite, la descente aux enfers commence…

Les Seigneurs des runes

Les Fils du chêne

Le roi Gaborn est mort en protégeant son peuple, son fils Fallion lui succède.
Ce dernier n’est pas un jeune prince ordinaire mais la réincarnation d’un très puissant immortel. Il est aussi le porteur de torche : il dispense la lumière et maîtrise le feu. Fallion n’a que neuf ans et il est désormais seul, sans la protection de son père. Les forces du Mal, que Gaborn avait réussi à repousser au-delà des terres des Seigneurs des Runes, se rapprochent à nouveau et veulent prendre le contrôle de cet enfant si puissant. Et le détruire. Vite.

Les Seigneurs des runes

Les mondes liés

Fallion et Jaz, les fils du grand Roi de la Terre, Gaborn, sont désormais des fugitifs dans leur propre royaume. Ce dernier a été envahi par les pires créatures maléfiques qui soient. Fallion doit réunir les deux mondes dissociés mais cette union va provoquer de terribles dégâts et produire des êtres hybrides et sanguinaires.
Avec leurs compagnons Rhianna et Talon, Fallion et Jaz doivent guérir leur royaume et se débarrasser du Mal avant que les humains ne soient tous détruits…

Les Seigneurs des runes

Le Labyrinthe de Rugassa

Fallion Orden, le fils de Gaborn, a été emprisonné dans un monde où règne un démon, le seigneur Désespoir, qui rassemble une armée monstrueuse afin de s’emparer de l’univers.
Les alliés de Fallion s’organisent pour le sauver. Mais le seigneur Désespoir a découvert une nouvelle façon d’utiliser les Runes, non plus pour canaliser des pouvoirs, mais pour contrôler la souffrance.
C’est ainsi qu’il compte torturer Fallion.

Les Seigneurs des runes

Le Soulèvement

Borenson poursuit sa quête effrénée pour sauver le monde de la destruction. Mais la nature a été transformée à jamais. Borenson lui-même a subi une métamorphose : il est désormais lié à une monstrueuse créature venue de l’autre univers, Aaath Ulber. Il est devenu un guerrier berserker au corps gigantesque. Le royaume aussi a changé de visage, des milliers de gens sont morts, et les êtres surnaturels qui ont le pouvoir jouent un jeu politique dangereux dans lequel Aaath aura un rôle essentiel…


Critique

Par Gillossen, le 24/02/2002

La première chose qui vient à l’esprit lorsqu’on veut parler de la saga de David Farland, c’est le système de magie que l’auteur a créé, réussissant à être original et novateur dans un domaine où l’on croyait avoir tout vu. Un Seigneur des Runes peut s’approprier le Charisme ou l’Intelligence de quelqu’un, qui deviendra ainsi son ou sa Dédié(e). Mais attention ! A lui de veiller en retour sur ses besoins, s’il ne veut pas que ce lien si spécial soit rompu par la mort de la personne ayant ainsi sacrifié l’un de ses attributs. Il s’agit d’un système complexe, fascinant, et parfaitement maîtrisé. Pour autant, ce serait faire injure à Farland de ne retenir que cela le concernant, et donc de n’y voir qu’une variation semblable à un supplément de jeu de rôle. Mais nous ne sommes pas dans un roman des Royaumes Oubliés. Bien que l’histoire bâtie par l’auteur soit en elle-même des plus classiques - le monde est menacé par un danger plus grand que les Hommes -, elle n’est pas dénuée d’intérêt, et malgré quelques clichés, nous tient le plus souvent en haleine sans effort. On se surprend même à vouloir coûte que coûte parvenir à la fin du roman d’une seule traite. Plusieurs personnages sont savoureux ou tout simplement intriguant (le roi Orden, Myrrima, Binnesman, Averan…), et d’autres par contre falots ou agaçants de par un côté propret beaucoup trop prononcé, tel que dans le cas du héros, le jeune prince Gaborn, Roi de la Terre. En cela, voilà un défaut, celui de la figure de l’élu trop parfait dans son comportement pour être tout à fait crédible. Heureusement, cela a tendance à s’estomper dans les deux derniers romans en date de la saga. Ce qui n’est pas le cas malheureusement de l’Orient de pacotille que nous présente David Farland, avec ces harems, ses turbans, ses chameaux, ses tribus guerrières… Dommage. Bien que ces défauts ne gâchent pas le plaisir de lecture, il vient un moment où l’on se dit immanquablement que tel ou tel passage aurait pu être mieux négocié.
Le quatrième tome devant sortir cette année aux États-Unis, on ne peut que féliciter Pocket pour son rythme de traduction, nous proposant une traduction française décalée de quelques mois seulement par rapport à l’édition originale. Toutefois, le fait de voir chaque roman coupé en deux tomes pour sa parution dans la langue de Molière constitue toujours un phénomène aussi navrant… Tout comme pourrait l’être certains détails de traduction demeurant plutôt nébuleux quant à leur pertinence. Mais dans l’ensemble, le résultat est là.

8.0/10


Discuter de Les Seigneurs des runes sur le forum.


Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :