Vous êtes ici : Page d'accueil > L'Actualité fantasy

Ce que le Trône de Fer doit à J.R.R. Tolkien

Par Alice, le mercredi 6 août 2014 à 13:00:00

PelennorUn article de la BBC se pose la question...
Et nous l'avons donc traduit pour vous. A vous de vous faire maintenant votre propre idée ou bien d'apporter votre pierre à l'édifice en réagissant par exemple sur le forum, que vous soyez d'accord ou pas avec l'article (Nous sommes là pour ouvrir le débat avant tout, il ne reflète pas forcément notre opinion).
Quoi qu'il en soit, bonne lecture !

En discuter sur le forum

Introduction

Pourquoi les auteurs de fantasy ne peuvent-ils échapper à l’ombre de Tolkien ?
Cette question est plus que pertinente, alors que la quatrième saison du Trône de fer arrive à sa fin sur les télévisions américaines, devenant la série qui a obtenu le plus d’audience jamais diffusée par la chaîne HBO. Plus de 18,4 millions de spectateurs l’ont regardée chaque semaine cette année. La série, qui met en scène la bataille épique pour le trône des Sept Royaumes de Westeros, a amené des lecteurs à lire la série du même nom de George R.R Martin (cinq tomes jusqu’à présent, avec deux ou trois autres promis), tout comme les films de Peter Jackson avaient amené une nouvelle audience à lire Le Seigneur des Anneaux de J.R.R Tolkien.
Début juin, Martin a promis de nommer un personnage d’après quiconque donnerait 20.000 dollars à une maison des loups. Un linguiste développe à présent des cours de langue fondées sur la langue d’une des cultures fictionnelles du Westeros. Et l’Irlande du nord, lieu du tournage, profite du tourisme de la même façon que la Nouvelle Zélande pour Le Seigneur des Anneaux.
Cela me rappelle une époque, il y a 40 ans, quand on pouvait lire des slogans comme « Frodon en vie ! » gribouillés sur les murs du métro de New York. Dans les années 1970, l’idée de la Terre du Milieu et de la Comté des Hobbits, avec sa verdure, ses fêtes et son tabagisme furieux, résonnait avec la contre-culture. La fantasy de Tolkien, écrite dans les années 1930, alors que la Deuxième Guerre Mondiale menaçait, monta en popularité comme une alternative verte à chaque folie quotidienne ici dans un monde empoisonné comme le romancier Peter Beagle l’a écrit en 1973.
À présent, encore une fois nous sommes captivés par des histoires de rois et de reines, de dames et de chevaliers, de magiciens et de dragons, d’elfes et de géants, d’arbres animés et de guerriers zombies. Encore une fois, nous sommes immergés dans des batailles et des intrigues de cour tandis que les royaumes rivalisent pour le pouvoir. Encore une fois, un ennemi commun menace dans l’ombre. Pour Tolkien, le mal s’insinuait par l’est, pour Martin, le danger vient du nord gelé, au-delà du mur de 200 mètres érigé 8 000 ans plus tôt pour empêcher une invasion de Marcheurs Blancs, une horde de zombies essentiellement.

  1. Introduction
  2. Créateurs de mondes
  3. Un aller et retour

Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :