Vous êtes ici : Page d'accueil > L'Actualité fantasy > A la croisée des mondes

Chris Weitz répond aux questions des fans !

Par Raven, le dimanche 9 décembre 2007 à 17:01:25

Chris WeitzMTV l'avait proposé et a tenu parole !
Les fans de la trilogie A la croisée des mondes se sont exprimé en envoyant leurs questions à l'adresse indiquée, une sélection a été faite, et une première salve ont maintenant droit à une réponse personnalisée venue de la bouche même du réalisateur. Que demander de plus lorsque l'on aimerait tous avoir cette opportunité ?
La toile, et la bonne volonté, y répondent...

Mise à jour du 25 novembre : Deuxième partie en ligne.

Mise à jour du 30 novembre : Troisième partie en ligne.

Mise à jour du 9 décembre : Quatrième partie

Le réalisateur de la Boussole d’Or Chris Weitz répond à vos questions, 1ère partie

Comme nous l’avons précédemment mentionné, le réalisateur du prochain film de fantasy à succès “la Boussole d’Or”, Chris Weitz, a accepté de participer à une série exclusive de blogs hebdomadaires pour MTV dans laquelle il répondra à vos questions. Nous sommes heureux et fiers d’en présenter la première partie, durant laquelle Chris répond à la controverse religieuse croissante, discute des raisons pour lesquelles le film s’écarte de notre livre bien-aimé, révèle où en sont les suites, et plus encore.

Question #1 (de Simon):

Plusieurs changements ont été fait lors de l’adaptation, comme la suppression du discours religieux, le péché originel, vaincre la mort, etc., pour éviter la controverse. Et pourtant, des groupes religieux sont toujours perturbés par le film. Si vous ne pouvez faire plaisir à tout le monde, s’il n’est pas possible d’éviter la controverse en enlevant toute allusion au religieux, est-ce que cela ne vous encourage pas à remettre ces thèmes dans les autres films ?

Réponse :
Il est très important de comprendre que personne ne vous donne comme ça deux cent millions de dollars en disant :”Vas-y, défonce-toi !” Ce que vous avez est une dynamique – vous pourriez dire un débat – entre moi, qui fait le film, et eux, le studio, qui je l’espère débouche sur un bon film. Parfois je gagne, parfois je perds. C’est mon travail de me battre d’une façon ou d’une autre pour la meilleure adaptation possible. C’est leur travail de faire en sorte que le film rembourse les investisseurs. Même Peter Jackson a dû composer avec cette dynamique, ce qui explique que les sorties au cinéma aient été plus courtes que les sorties en DVD pour le Seigneur des Anneaux. Il faut aussi considérer qu’il n’y a pratiquement rien qui porte à controverse dans le Seigneur des Anneaux (à moins que vous ne considériez une forme de réflexion raciste de la part de Tolkien).
Alors, comment adapter un livre qui comporte des éléments sujets à caution en un film qu’un grand nombre de gens peuvent apprécier, sans trahir l’original ? On peut essayer de faire ça intelligemment. J’ai réalisé que présenter de façon non déguisée certains des thèmes des « Royaumes du Nord »/« la Boussole d’Or » ne pourraient jamais – il est important que cela soit bien clair – jamais passer la ligne d’essai. Il n’y a pas de public assez large pour ça… pas encore. Si je voulais populariser cette série de livres extraordinaires et les faire découvrir à un plus vaste public de lecteurs qu’auparavant, j’allais devoir faire quelques compromis. Mais je savais aussi qu’en tant que réalisateur, on peut avoir d’autres moyens d’expression que le dialogue, et que le dialogue est une affaire beaucoup plus subtile que des personnages répétant exactement ce que disent les personnages dans le livre. Parfois je transpose des éléments, par exemple les idées bibliques qu’expose Asriel à la fin du livre sont reprises dans un contexte différent (et de façon plus concise) par Mrs Coulter à Bolvangar dans le film. Parfois, je transforme des éléments narratifs en supports visuels.
Ce que je voudrais dire aux fans du roman qui se font du souci à propos de la fidélité du film, c’est… regardez simplement le film. Là, nous aurons une bonne référence à partir de laquelle discuter. Ou, bien sûr, n’allez pas voir le film si vous pensez que le livre lui-même est mis en danger par les coupes dans le texte. Philip Pullman aime citer James M. Cain sur ce point. Un jour, quand quelqu’un lui a demandé s’il était inquiet de ce qu’une adaptation au cinéma ferait à son livre, il a dit : « Que voulez-vous dire ? Le livre est juste là, sur l’étagère. »
Maintenant, une chose à propos de laquelle certains des extrémistes qui ont attaqué le film ont raison est que je serais très heureux si cela amenait plus de gens à lire les livres, pas parce que je suis un genre de plan pro-athéisme (quelle idée ridicule), mais parce qu’il s’agit de magnifiques œuvres de littérature, belles, durables et inattaquables. Cela ne mène nulle part. Et pour ceux qui sont inquiets parce que je n’ai pas utilisé le mot « Eglise » mais seulement le mot « Magisterium » pour les méchants, et ce genre de choses, je leur conseillerais de faire un peu de recherche sur la signification du mot « magisterium » pour commencer. Certaines personnes seront uniquement satisfaites si le film que j’ai fait est une attaque nette et franche contre la religion, ce qui selon moi démontre qu’ils ont aussi mal compris le sens des livres.
Il est vrai, cependant, que « la Tour des Anges » et « le Miroir d’Ambre » s’avancent sur un terrain beaucoup plus sujet à polémique que le premier livre. Cela est démontré par un paquet de questions que je vais regrouper dans la rubrique « et après ? ». Bon, bien que j’ai considéré comme mon devoir de bâtir la franchise de « la Croisée des Mondes » sur une base aussi solide que possible, ce serait en vain si le deuxième et le troisième film n’avaient pas la profondeur intellectuelle et l’iconoclasme des deuxième et troisième livres.
Le but pour moi d’assurer que “la Boussole d’Or” soit un succès commercial est que nous ayons une fondation solide sur laquelle réaliser une adaptation plus fidèle, plus littérale des livres suivants. C’est important : alors que « la Boussole d’Or » a dû être introduite auprès du public avec précaution, les thèmes religieux dans les autres livres ne peuvent pas être minimisés sans détruire l’esprit de ces livres. Il n’y a tout simplement pas moyen de les adapter sans se préoccuper du rôle prédestiné de Lyra, de son nom caché et de la guerre qui a lieu dans les cieux. Je ne m’impliquerai dans aucun « délayage » des livres deux et trois, étant donné que ce vers quoi j’ai travaillé tout ce temps est de pouvoir délivrer ce message dans les deuxième et troisième films. Si je sens que ce n’est pas possible, il n’y a aucune raison de continuer mon travail là-dessus.
Permettez-moi aussi de résumer quelques-unes des questions de la même eau que j’ai reçues, disons les questions religieuses. Tout d’abord, j’aimerais faire remarquer ce que je pense des livres de Philip Pullman et de leur vision de la religion. Beaucoup de gens – surtout ceux qui n’ont pas lu les livres mais répètent seulement ce qu’ils ont lu dans des courriels très partiaux – disent que Philip est « contre la religion » ou « contre le christianisme ». Ces gens ne souhaitent pas vraiment s’engager dans les idées philosophiques et théologiques très subtiles de « la Croisée des Mondes ». Il y a beaucoup de grandes idées et de thèmes importants dans « A la Croisée des Mondes », et Pullman nous demande de remettre en question un bon nombre de croyances aimées ou bien ancrées ; mais si je devais résumer tout ça, je dirais que Pullman est contre l’emploi abusif de la religion à des fins politiques. Il est contre le fait de forcer les gens à croire ce que vous croyez, et contre le fait d’accepter ce que l’on vous dit sans y réfléchir. Ce qui rend très ironique le fait qu’aucune des personnes qui ont attaqué le film d’un point de vue religieux ne l’ait vu !

Question #2 (de Adam):

Quand commencez-vous à travailler sur le suivant ? Où en est le script ?

Réponse :
La première mouture du script de “La Tour des Anges” est prête. Elle a été écrite par Hossein Amini, un auteur pour le cinéma déjà nominé aux Oscars, en qui j'ai vraiment la foi. Je n'avais tout simplement pas le temps de finir “la Boussole d'Or” et sortir le script de “la Tour des Anges” à l'heure. En ce sens, le travail a déjà commencé. Mais en fait, la partie pratique du tournage des films à suivre est une question de rentrées d'argent. Des films comme celui-ci sont de grosses machines, qui demandent beaucoup de travail pour se mettre en marche. Les contrats sont en place pour que les acteurs reviennent, tout ce qu'il faut, c'est un bon démarrage pour “la Boussole d'Or” pour commencer la pré-production.

Question #3 (de Jennifer) :

Vous avez quitté le film, puis vous êtes revenu. Qu'est-ce qui vous a poussé à partir, et ensuite à revenir ?

Réponse :
Deux raisons pour lesquelles je suis parti (il y a environ trois ans maintenant !) et deux raisons pour lesquelles je suis revenu...
(1) Je n'avais jamais fait de film incluant autant d'images générées par ordinateur et pour être honnête, je n'étais pas certain d'être à la hauteur au niveau logistique. (2) J'avais l'impression que, d'une façon ou d'une autre, je risquais d'être coincé entre le marteau et l'enclume, avec des gens qui me haïraient parce que je faisais un travail qu'ils imaginaient offensant pour leurs croyances religieuses, et des gens qui me haïraient parce que je faisais un travail qu'ils n'estimaient pas à la hauteur du livre qu'ils aimaient. Vous devez imaginer ce que ça peut être de voir des gens cités dans The Times of London disant que je devais être “arrêté” à cause de mon “imagination rabougrie”. Au bout du compte, cependant, (1) j'ai commencé à être persuadé que le script que j'écrivais pouvait être mis au point techniquement et (2) j'étais dans une position où, si je ne dirigeais pas le film, il allait se casser la figure et ne jamais être fait. J'ai senti que ce serait une grande honte et dans le même temps, j'ai fait un examen de conscience et réalisé que je devrais être fou de ne pas risquer du temps, ma carrière, ma réputation, n'importe quoi pour faire un film de mon livre favori.

Question #4 (de Melliu) :

Tout d'abord, je suis un garçon de 23 ans vivant à Barcelone, qui adore la trilogie de Pullman et Nicole Kidman. J'ai foi en cette adaptation. Ma question est : pourquoi avez-vous coupé la fin du premier livre ? Pouvez-vous s'il vous plaît me donner une réponse raisonnable?

Réponse :
Oui, je vais essayer de vous donner une réponse acceptable, et aussi à tous les gens qui ont posé le même genre de question. En premier lieu, je n'ai pas “coupé” la fin du premier livre. Je l'ai seulement déplacée au début du second film. Certaines personnes sont perturbées, disant que la fin du roman est magnifique. Oui, c'est vrai. “Et Lyra et Pan montèrent vers le ciel.” Mais cette fin posait un problème pour les (relativement peu nombreux) membres du public qui avaient vu les premières coupes du film. Ce qui est retentissant et beau à la fin d'un roman peut être confus et mal placé à la fin d'un film. Par exemple, les gens qui n'avaient pas lu les livres (oui, ces gens existent ! Et ils ont de l'importance !) ne savaient pas si Lyra allait véritablement au paradis. Mon boulot est de faire en sorte que TOUTE l'histoire de Pullman soit racontée, pas de s'enflammer en beauté sur un seul film. La jonction où on laisse le public dans l'attente de la suite se situait avant que Lyra ne parte à la recherche d'Asriel. Elle a accompli le but initial de son voyage (sauver son ami Roger), mais il y a visiblement un but plus lointain pour elle. Oui, je suis d'accord que cela signifie retarder l'apparition de plusieurs scènes brillantes du livre. Mais faites-moi confiance, elles auraient été bien moins brillantes si elles avaient dû satisfaire les exigences (telles que les interprétait le studio) du public pour la fin du film. En revanche, un matériau difficile à saisir et/ou à intégrer, c'est-à-dire un matériau “sombre” (jeu de mots intraduisible avec His Dark Materials) peut fonctionner à merveille dans le deuxième film d'une trilogie (voir “l'Empire Contre-Attaque”). Faites-moi confiance sur ce coup-là, j'ai fait ce que j'ai pu pour protéger l'intégrité de ces scènes et l'histoire en général. De plus, je ne l'aurais pas fait sans l'accord de Pullman.


QUESTION #5 (de Aman):

Les ours polaires seront-ils comme dans le livre ? Avez-vous conservé les passages où Iofur vent devenir humain et avoir un daemon ? Est-ce que le château de glace apparaît dans le film comme dans le livre ?

Réponse :
Je pense que les gens vont être époustouflés en voyant à quel point les ours polaires sont formidables. Ils ont été créés par une compagnie appelée Framestore au Royaume-Uni. Ils sont extraordinaires. Et oui, ils seront tout juste comme dans le livre. Iorek est stoïque, puissant, et surtout très dangereux. Le roi des ours veut devenir humain et posséder un daemon. La seule différence est qu’il est appelé Ragnar Sturlusson et pas Iofur Raknison. Pourquoi ? Je ne voulais pas que l’on puisse confondre son nom avec celui de Iorek. Ragnar Sturlusson est un mélange de noms provenant des sagas islandaises. Le château des ours est tel que décrit dans le livre, au moins je pense que c’est le cas. Il a l’air fantastique. Et le combat des ours est tout simplement… splendide.

Question #6 (de Jerome):

Comment allez-vous vous arranger, pour les deux autres épisodes, avec le fait Dakota Blue Richards va grandir, alors que son personnage a le même âge dans les trois livres ?

Réponse :
Hé bien, comme vous le savez, les choses deviennent très intéressantes pour Lyra dans les livres deux et trois, concernant sa relation avec Will. Je pense que ce sera un très bonne chose que Dakota ait l’air d’avoir plus de douze ans.

Question #7 (de Josh):

Pensez-vous qu’un lecteur de fraîche date de “A la Croisée des Mondes” pourra tirer autant de votre film qu’un fan pur et dur ? Comment avez-vous arrangé le film pour qu’il fonctionne avec les deux types de public ?

Réponse :
J’espère qu’un nouveau venu trouvera beaucoup de bonnes choses dans le film, mais je n’ai jamais tenté de “délaver” le script d’une façon qui ennuierait les lecteurs du roman. C’est un équilibre délicat.

Article originel.

  1. Le réalisateur de la Boussole d’Or Chris Weitz répond à vos questions, 1ère partie
  2. Le réalisateur de la Boussole d’Or Chris Weitz répond à vos questions, 2ème partie
  3. Le réalisateur de la Boussole d’Or Chris Weitz répond à vos questions, 3ème partie
  4. Le réalisateur de la Boussole d’Or Chris Weitz répond à vos questions, 4ème partie

Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :