Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Bd Fantasy > Wisher > Nigel


Nigel

Tome 1 du cycle : Wisher
ISBN : 978-280362421-8
Catégorie : Bd
Auteur : Sébastien Latour
Dessinateur : Giulio de Vita (Proposer une Biographie)

Depuis des siècles, un puissant groupe qui se veut le défenseur de la réalité et de l’humanité rationnelle traque et élimine sans pitié toutes les créatures féeriques. Les survivants se sont regroupés à Londres sous la protection de Merlin, mais ils sont décimés et affaiblis. Leur unique espoir serait de recevoir l’aide des plus puissants d’entre eux, les djinns. Hélas, la race des djinns a disparu de la surface de la terre depuis longtemps mais, certains pensent qu’il en resterait un…
Nigel, un jeune escroc séduisant, ignore tout de ces enjeux. Il continue à exaucer les vœux de ses clients avec un insolent succès. Seule ombre au tableau : les crises de claustrophobie qui le frappent régulièrement. Mais qui ne serait pas claustrophobe s’il avait passé mille ans enfermé dans une lampe ?


Critique

Par Gillossen, le 02/09/2006

De la fantasy urbaine en BD, ce n’est finalement pas si courant à l’heure où l’heroïc fantasy déborde des rayons, et lorsqu’en plus celle-ci se “réclame” de Neil Gaiman
On ne peut alors que croiser les doigts en espérant être agréablement surpris, d’autant plus lorsqu’il s’agit pour l’occasion du lancement d’une nouvelle collection chez Le Lombard, à savoir Portail, collection censée lorgnée sur le “fantastique”, mais pas seulement !
Cette surprise vaut-elle le coup ? La réponse est oui !
Porté par un scénario original et bien rythmé, le lecteur pénètre dans cet univers entre modernité et légendes avec plaisir et engouement. On pense à Neverwhere donc, référence évidente quand on prend Londres pour cadre, mais aussi American Gods, et pas seulement à Gaiman. Pour un premier album, les choses avancent bien, et les personnages se mettent rapidement en place, tout en n’oubliant pas de nous ménager quelques rebondissements imprévus pour la suite.
Le dessin suit avec bonheur les traces du scénario, racé, précis, et n’hésitant pas à varier les ambiances selon les moments de l’action, avec une ampleur toute cinématographique et une réussite continue… La mise en page est soignée, variée, et permet de mettre en valeur des dialogues acérés.
Bref, pour peu que les auteurs sachent où ils vont, ce qui semble évident après une simple relecture, Wisher pourrait bien devenir une série qui compte, et en tous cas aller au-delà du simple effet de surprise.
Sans doute l’un des achats BD de la rentrée pour les amateurs !

8.0/10

Discuter de Nigel sur le forum.

Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :