Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Bd Fantasy > L' Assassin Royal [BD] > Le Bâtard


Le Bâtard

Tome 1 du cycle : L' Assassin Royal [BD]
ISBN : 978-230200299-9
Catégorie : Bd
Auteur : Jean-Charles Gaudin (Proposer une Biographie)
Dessinateur : Laurent Sieurac (Proposer une Biographie)

Fitz est le fils illégitime du prince Chevalerie, héritier du royaume des Six-Duchés. Conduit à la forteresse des Loinvoyant alors qu’il n’est encore qu’un enfant, il est confié au maître des écuries tel un rejeton bâtard de peu d’importance… Jusqu’à ce que le Roi Subtil le remarque et décide d’en faire son assassin personnel.
Commence alors pour Fitz une longue initiation semée d’embûches, objet malgré lui de manigances dont il tente, en dépit de son jeune âge, de comprendre les enjeux…


Critique

Par Gillossen, le 09/10/2008

Tête de pont de la nouvelle collection de Soleil, Cherche Futurs, qui comptera notamment une adaptation des Princes d’Ambre, L’Assassin Royal représente bien entendu un poids lourd avec lequel l’éditeur prend pour le coup peu de risques.
Et après lecture, on demeure à tout le moins perplexe. Pourquoi ? Oui, pourquoi avoir voulu lancer une telle collection, quelles peuvent en être les motivations artistiques profondes ? Donner envie de lire les romans servant de base à cette bande dessinée ? C’est bien le seul « prétexte » que l’on pourrait élaborer.
Certes, il ne s’agit pas de la pire production BD de l’année ou même seulement du mois, loin de là. Gaudin, scénariste expérimenté à défaut d’être particulièrement brillant, a « fait le boulot », comme on dit. Et ce, malgré une surabondance d’espaces diégétiques tout au long de l’album. Certes, Fitz est censé raconter ses souvenirs, mais tout de même. Cette béquille narrative ne laissant que rarement le récit respirer par lui-même nous donne la désagréable impression de lire un copié/coller de tel ou tel passage du roman, avec une simple mise en image pour rehausser le tout. À choisir, un « simple » roman graphique avec une dizaine d’illustrations mettant en images des moments forts du récit aurait pu suffire.
Car le dessin de Sieurac, qui lui non plus n’est plus à proprement parler un débutant, peine à convaincre totalement : personnages raides, visages trop peu variés, et, fatalement, comme dans le cadre d’une adaptation au cinéma, déception devant le design de certains protagonistes, du Fou à Royal en passant par Fitz lui-même, « héros » dégageant bien peu de personnalité. La colorisation passe-partout de Fabien Alquier ne relève pas franchement notre impression à ce niveau. On serait méchant, on dirait que le plus réussi demeure la couverture signée Didier Graffet…
Bref, au final, un album qui vaut avant tout par le travail originel de Robin Hobb et qui ne devrait convaincre que les collectionneurs absolus. Si vous ne connaissez pas l’univers de Castelcerf, autant le découvrir directement en romans !

6.5/10

Discuter de Le Bâtard sur le forum.

Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :