Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Bd Fantasy > Fables > Cruelles Saisons


Cruelles Saisons

Tome 6 du cycle : Fables
ISBN : 978-280941229-1
Catégorie : Bd
Auteur : Bill Willingham
Dessinateur : Mark Buckingham (Proposer une Biographie)

Après avoir réussi à gagner la bataille de Fableville sans éveiller les soupçons des Communs, les Fables se consacrent à la réparation des dégâts, tout en interrogeant l’agent de l’Adversaire et en suivant de près l’accouchement de Blanche Neige.
Tandis que Bigby Wolf, le père des enfants à naître, rend visite à un vieil ami avec lequel il évoque une guerre ancienne et meurtrière, et que le maire de Fableville prend conscience de la dure réalité de ses fonctions, Blanche neige donne naissance dans la douleur… et la surprise…


Critique

Par Gillossen, le 15/02/2009

Impossible de le nier, Bill Willingham sait se renouveler à chaque recueil, comme si le monde des contes de fées et les ressources qu’il offre semblaient inépuisables.  Encore faut-il avoir le talent d’utiliser lesdites ressources.
Et c’est encore le cas ici.
Après une distrayante entrée en matière centrée sur Cendrillon, et ses deux sœurs, le gros morceau de cet album arrive enfin avec un Bigby plongé en pleine Seconde Guerre Mondiale. Si vous craignez le mélange des genres, vous pouvez mettre de côté vos inquiétudes. Mélangeant poncifs du genre parmi les plus classiques et apparitions surprises - la créature de Frankenstein, pas moins ! - ce deuxième segment parvient à conserver son équilibre, ce qui n’est pas un mince exploit, sans pour autant marquer durablement les esprits.
Les quatre derniers chapitres, qui s’articulent autour d’une structure en tiroirs et nous montre notamment le Prince Charmant arriver à ses fins, sont par contre menés de main de maitre, avec un vrai dosage entre émotion et tension, sans compter leur lot de surprises, propres pour certaines à redéfinir ni plus ni moins quelques enjeux de la série.
Immanquablement, on ne peut qu’avoir envie de connaître immédiatement la suite ! Tout comme l’on aimerait découvrir un James Jean s’attaquer à un numéro entier, et pas seulement à la couverture du recueil, côté dessins. Mais le coup de crayons très comics des officiants est quoi qu’il en soit fidèle aux précédents volumes, et tout de même bien loin d’un Sandman au trait hésitant et à la colorisation baveuse (quand bien même cela pouvait-il correspondre à l’ambiance de certains récits…).
En un mot comme en cent, une nouvelle pépite à mettre au crédit de Fables.

8.0/10

Discuter de Cruelles Saisons sur le forum.

Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :