Vous êtes ici : Page d'accueil > L'Héroine / Le Héros de la semaine > Fernando del Guiz


Fernando del Guiz

Par John Doe, le 01/12/2008

Fernando del Guiz

Demi frère de Floria del Guiz, le chirurgien de la compagnie de mercenaires de Cendres, Fernando, un jeune noble, est « proposé » en mariage à Cendres en juin 1476 par l'empereur Frédéric de Habsbourg en récompense des actes de cette dernière.
Si Cendres éprouve pour Fernando sinon de l'amour, du moins du désir, ces sentiments ne sont pas vraiment réciproques ; il l'avait d'ailleurs humiliée lors de leur première rencontre à Gênes sept années plus tôt. L'Empereur et lui y voient en fait l'occasion de s'approprier une compagnie guerrière à moindre frais, puisqu'en raison de la loi médiévale, la femme mariée perd sa capacité de contracter en son nom propre.
« L'image parfaite du chevalier » pense Cendres un jour à propos de son époux. Et pourtant, de ce vaillant homme, Fernando n'est justement que cela : une image. Veule, méprisant, il prend toujours les mauvaises décisions en combat. Il est capable de tourner casaque à la première occasion et d'abandonner ses hommes.
Cependant, en dépit de ses nombreux défauts, il peut se montrer étrangement attachant. Prisonnier d'un rôle qui ne lui a jamais convenu, étranger aux choses de la guerre, il est lucide sur sa propre valeur : « Ce n'est pas parce que je vois ce qu'il faudrait faire que je suis capable de le faire » déclare t-il à Cendres.
Sera t-il un jour capable d'agir autrement ? Cette interrogation hante Fernando, rendu honteux par le courage et l'opiniâtreté dont fait preuve Cendres en de maintes occasions et qui mettent en relief sa propre incapacité à s'adapter au rôle que la société médiévale attend de lui.
Il résoudra ce dilemme en trouvant en lui des ressources insoupçonnées qui lui permettront d'y répondre au travers d'une remise en question surprenante mais néanmoins logique.

Le Livre de Cendres

Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :