Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Romans Fantasy > Chroniques de l'Abbaye Ecarlate > Maresi


Maresi

Tome 1 du cycle : Chroniques de l'Abbaye Ecarlate
ISBN : 978-270025308-5
Catégorie : Jeunesse
Auteur : Turtschaninoff, Maria

Prix Elbakin.net 2017 - Meilleur roman fantasy traduit jeunesse

Une île invisible depuis la mer, balayée par les vents. Une communauté de femmes, de fillettes, d’anciennes. Une communauté de sœurs. Toutes ont fui la fureur du monde et, parfois, la brutalité des hommes. Et toutes sont venues se placer sous la protection de la magie ancestrale de ce lieu.
Sur cette terre de femmes, Maresi, adolescente libre, avide de connaissance et soucieuse des autres, peut s’épanouir, sans crainte de l’avenir. D’autant que, sur ces rivages, nul homme n’a le droit de poser le pied.
Mais un jour, une nouvelle fille vient demander l’asile.
Qui est-elle ? Et qui la poursuit ?

Critique

Par Gillossen, le 09/04/2017

Lire Maresi après Caraval revient à se prêter au jeu d’un certain contraste, pour ne pas dire un contraste certain, entre un roman de toute évidence à classer en Young Adult qui se voulait sombre et cruel, à savoir, Caraval, et un autre qui l’est vraiment (sans pour autant afficher un caractère désespéré, précisons-le d’emblée). Mais oublions les comparaisons, qui ne seraient dans tous les cas pas tout à fait justes, ni pour l’un, ni pour l’autre.
Le roman de Maria Turtschaninoff mérite bien que l’on s’y attarde pour lui-même.
La première chose que l’on constate, c’est que ce premier tome des Chroniques de l’Abbaye écarlate prend le temps d’installer ses personnages et de poser son cadre. Les sœurs réunies dans cet asile offrent au lecteur des portraits réussis et l’abbaye en elle-même n’est pas un simple décor. Sa fonction même possède une réelle influence sur le récit proprement dit. Il en résulte toutefois une certaine lenteur initiale, qui, on ne sait jamais, pourrait toujours agacer certains lecteurs, ce qui ne fut pas mon cas. 
Il faut dire que cette mise en place relativement longue permet à la seconde moitié du roman de prendre tout son sens. L’auteure insiste sans hésiter sur le pouvoir que les femmes doivent prendre et assumer, de même que sur l’amitié féminine, mais jamais de façon forcée ou caricaturale. Si les thèmes eux-mêmes s’adressent sans doute à des lecteurs de 14 ans et plus comme le propose l’éditeur, le style en tout cas est tout à fait abordable, voire un peu trop simple parfois.
Il n’en amoindrit pas pour autant le propos, qui bénéficie qui plus est de cette atmosphère très particulière, entre contes (tiens, on retrouve le côté cruel) et réalisme magique. Le voile n’est jamais vraiment levé concernant la “magie” présente et l’auteure excelle dans le sous-entendu, à différents niveaux, sur le fond comme sur la forme.
A la réflexion, peut-être que ce roman aurait pu “se contenter” d’être une longue novella. Il explore son potentiel avec justesse et la jeune Maresi (un mot tout de même à son sujet !) incarne une figure attachante, avec sa passion pour les livres et la nourriture. Mais difficile de dire si l’on pourra en tirer une série tout entière, alors qu’il s’agit pourtant bel et bien d’un premier tome. 
En l’état, voilà qui ne constitue de toute façon pas une raison suffisante de ne pas donner sa chance à ce roman.  

7.5/10

Discuter de Maresi sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :