Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Romans Fantasy > Les Papillons géomètres


Les Papillons géomètres

ISBN : 978-236183311-4
Catégorie : Aucune
Auteur : Luce, Christine

Eve a disparu il y a cinq ans, sans laisser ni corps ni trace. Enfuie avec un amant, d’après la police londonienne, mais morte selon l’époux inconsolable. En dépit de sa défiance, ce dernier a fait appel à une médium ; contre toute attente, Mademoiselle LaFay possède un réel talent pour joindre l’au-delà et réunit chaque année le couple pour un jour de félicité… sauf cette fois-ci : Eve n’apparaît pas.
En ces temps de misère et de richesse insolente dans la société victorienne, la vie après la mort attise les espoirs des scientifiques. Mary-Gaëtane LaFay et son amie Maisy, deux femmes audacieuses, affrontent leurs frayeurs pour résoudre un mystère entre deux mondes crépusculaires. De l’autre côté, l’Enquêteur poursuit le même dessein. La frontière qui les sépare est plus ténue qu’ils ne l’imaginaient, ce qui les unit, infiniment supérieur. L’affaire Blake révélera une énigme de la taille des univers.

Critique

Par Saffron, le 09/02/2017

La traditionnelle interview de début d’année à laquelle la plupart des éditeurs de fantasy nous font la grâce de répondre est à double tranchant. D’un côté, avoir un aperçu du catalogue de l’année à venir est un véritable cadeau de Noël avec quelques semaines de retard et la PAL s’étoffe ; de l’autre, c’est une torture pour le compte bancaire, parce que… la PAL s’étoffe. Cette année, le programme de publication des Moutons Électriques avait un petit goût de catalogue de jouets et votre servante est assurée de passer commande chez eux plusieurs fois par trimestre.
Tout en haut de la liste, triée par date de publication, figurait Les Papillons géomètres, sorti donc début février. Avec ce résumé évoquant une séance de spiritisme ambiance Penny Dreadful et cette couverture bleu layette cryptique, difficile, pour une amatrice de steampunk et d’histoires de fantômes, de ne pas se laisser tenter. Mes attentes étaient donc assez élevées… et la déception n’en est donc que plus rude.
Les quatrièmes de couverture ne font le plus souvent qu’effleurer la surface d’un roman, mais celui-ci va presque trop loin dans ses promesses. Autant le dire tout de suite, l’histoire tient sur un post-it, et « d’espoirs scientifiques », il n’est absolument pas question. En lieu et place d’une véritable histoire, l’auteure se complaît dans des tartines d’atermoiements et de réflexions pseudo-métaphysiques sur la condition humaine, et à la moitié du roman (200 pages seulement, pourtant), les choses sont à peu près aussi avancées qu’à la page de garde.
En toute honnêteté, les scénarii ténus ne sont pas si rares en fantasy, et il faut plus que cela pour qu’un roman se transforme en véritable déception. On pardonnerait donc ce travers si Les Papillons géomètres était un bijou d’écriture (à l’image d’Un étranger en Olondre, pour ne pas le citer), mais c’est malheureusement loin d’être le cas. Lourd et ampoulé, le style devient rapidement indigeste et, couplé à une histoire qui stagne et à des personnages sans épaisseur, suscite un certain découragement.
« Show, don’t tell », certes, mais à force de ne rien expliquer, l’auteure ne parvient qu’à embrouiller le lecteur. À l’absence de rythme s’ajoutent donc la confusion et une myriade d’éléments jetés au petit bonheur, qui n’ont trouvé aucune résolution une fois le livre refermé. Le titre du roman lui-même en est d’ailleurs un exemple parfait.
Rendez-vous manqué pour le cru de février, mais pas question de se laisser abattre : la cuvée Moutons 2017 a forcément d’autres belles bouteilles en stock. 

5.5/10

Discuter de Les Papillons géomètres sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :