Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Romans Fantasy > Le Cycle des contrées > Les Barbares


Les Barbares

Tome 2 du cycle : Le Cycle des contrées
ISBN : 978-291708431-1
Catégorie : Aucune
Auteur : Jacques Abeille

Dans le monde des Contrées, la riche ville de Terrèbre se retrouve occupée par les guerriers d’un mystérieux Prince. La population s’accommode comme elle peut des nouvelles conditions de vie que leur imposent ces hommes venus des steppes.
Un professeur d’université, linguiste, se retrouve dans une position singulière. Seul à connaître la langue des envahisseurs, il met ses connaissances au service des habitants. Il ignore que cette décision va, d’une façon décisive, infléchir son destin…

Critique

Par Gillossen, le 12/11/2011

Après Les Jardins statuaires, OLNI remarqué, Jacques Abeille reprend la route et nous entraîne avec lui dans une nouvelle balade, dans un monde singulier comme plongé hors du temps.
Soyons simples et directs : si vous avez déjà goûté aux Jardins statuaires et si vous n’avez pas été sensibles à cette véritable expérience, vous pouvez passer votre chemin sans regret. Ce roman provient bel et bien du même moule, il suffit de lire quelques lignes pour que cela saute aux yeux du lecteur. Difficile donc d’imaginer que vous tombiez cette fois sous le charme de cette étrange fable.
A l’inverse, si vous ne connaissez pas le monde de Jacques Abeille, et, pour le coup, le terme de monde n’est pas usurpé, vous pouvez commencer éventuellement par Les Barbares. En effet, il ne s’agit pas d’une suite directe, même si l’on retrouve bien des effluves évoquant les Jardins, toujours présents d’ailleurs.
Dans le cas présent, le lecteur suit donc un personnage principal tout aussi atypique que précédemment, traducteur jeté sur les routes. Si la tonalité globale de l’ouvrage est plus picaresque, c’est surtout l’occasion pour l’auteur d’une mise en abyme renouvelée, la dimension philosophique de l’intrigue n’entravant jamais l’avancée de celle-ci. Au fil des rencontres, notre narrateur découvre personnages torturés, affables, lieux ou coutumes des plus surprenants (dont certaines ont franchement de quoi interpeller)… Finalement, qui sont les véritables barbares qui donnent leur nom à l’ouvrage ? La question demeure posée, au-delà de son aspect purement formel. Et ce n’est là que l’une des interrogations posées par le roman, foisonnant. Un roman qui, de fait, peut se prendre malgré tout comme un récit de voyage et rien de plus, tout en exigeant quelques efforts pour se livrer tout à fait.
Mais peu importe où nous conduisent ces pérégrinations : les Contrées baignent dans une atmosphère à part, qu’il faut apprendre à apprécier. Avec un protagoniste principal traducteur / interprète, c’est toute une langue qu’il faut d’ailleurs prendre le temps de maîtriser. Même en connaissant déjà Les Jardins statuaires, le phrasé très particulier de l’auteur, cette plume ouvragée, ce style très écrit, jusque dans ses dialogues, c’est une habitude à reprendre. Mais pour peu que l’on adhère, quel plaisir !
Un mot encore sur le travail des éditions Attila, toujours aussi abouti avec ce nouveau volume, qui, certes, n’est pas forcément à la portée de toutes les bourses. Mais mieux encore, nous avons même droit cette fois à une carte ! Bref, un très bel objet à la patine sublimée par le travail de François Schuiten, qui contribue pleinement à donner à ce roman une âme, tout simplement.

8.0/10

Discuter de Les Barbares sur le forum.



Auteur


Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :