Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Romans Fantasy > Genèse de la cité


Genèse de la cité

Titre VO: The City We Became

ISBN : 978-229023251-4
Catégorie : Aucune
Auteur/Autrice : N. K. Jemisin
Traduction : Charrier, Michelle

En descendant du train à Penn Station, le jeune homme se rend compte qu’il a tout oublié : son nom, son passé, son visage… 
Une seule certitude : quoiqu’il n’ait jamais mis les pieds à Manhattan, il est ici chez lui. Rien d’anormal, donc, à ce qu’un vieux taxi jaune à damiers s’arrête devant lui au moment où il en a le plus besoin. Il doit impérativement se rendre sur FDR Drive ; il ignore pourquoi, mais cela a sans doute un rapport avec les tentacules qui sèment le trouble à chaque coin de rue. La ville, sa ville est en danger, et lui seul semble être en mesure de la défendre. 
Lui seul ? Non, ils sont cinq, un pour chaque arrondissement de New York…

Critique

Par Gillossen, le 07/02/2021

Le nouveau roman de N.K. Jemisin, dont on peut dire qu’elle est une autrice le plus souvent très appréciée en ces lieux, est l’un de ces livres au point de départ étrange (voire aux premières lignes), qui vous fait vous demander un long moment que se passe-t-il et quelle direction vous allez bien pouvoir prendre en suivant cette intrigue.
Chacun des cinq arrondissements de New York est représenté ici par un avatar humain qui incarne, littéralement, une sorte d’incarnation charnelle des lieux. Voilà, ma foi, qui est encore assez facile à suivre. Toutes les cinq vont ainsi devoir s’associer afin de préserver New York. Ne vous attendez pas pour autant à partir de là à ce que ces cinq avatars vivent de folles aventures tous réunis.
Car l’histoire du roman demeure avant tout centrée sur les personnages eux-mêmes - davantage que sur leurs interactions potentielles - des personnages qui nous permettent d’explorer en profondeur la vie et la personnalité de chaque arrondissement avant et après leur prise de conscience. L’intrigue se révèle ainsi plutôt lente, même si l’on ne s’ennuie jamais. Il s’agit d’une nuance importante à apporter. En revanche, il est vrai que N.K. Jemisin a choisi sciemment ici de nous dire ce qui se passe pour chacun plutôt que de nous le montrer, pour reprendre la sacrosainte règle du show, don’t tell. Souvent, en tout cas. Avant de basculer sur un final presque trop précipité par rapport au reste du roman. Mais… après tout, il ne s’agit là que du premier tome d’une trilogie.
Et une chose est sûre : The City We Became constitue une véritable lettre d’amour à la ville de New York (même s’il n’est pas question que de New York, sans vouloir trop en dévoiler au passage !) et à ses diverses cultures, histoires et grandes figures, dès la citation d’ouverture présentée. L’autrice indique d’ailleurs dans ses remerciements que ce livre est son hommage à la ville, pour ne pas dire sa ville, puisqu’elle réside à Brooklyn. Mais le roman n’est pas destiné qu’aux amoureux de la Grosse Pomme, heureusement (et même si cela représenterait déjà un lectorat conséquent). Il y a suffisamment de matière, y compris avec sa dimension “lovecraftienne” et ses différents concepts autour du conflit même qui menace la cité ont de quoi retenir largement notre attention. Mais il y a aussi clairement des choses qui pourraient être à la fois plus poussées ou plus subtiles (notamment du côté des protagonistes principaux).
De fait, plein d’éléments intrigants à découvrir dans ce roman original, à confirmer donc sur la durée de la trilogie !  

7.5/10

Discuter de Genèse de la cité sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :