Vous êtes ici : Page d'accueil > L'Actualité fantasy > Narnia

Sur les Terres de Narnia…

Par Guybrush, le mardi 27 septembre 2005 à 15:43:45

Devin Brown est professeur d'anglais au Collège Asbury, où parmi d'autres choses, il enseigne C.S. Lewis et J.R.R. Tolkien à une classe. Une critique récente a décrit son livre Inside Narnia : Un Guide pour Explorer l'Armoire Magique (Baker Books, Sept. 2005) comme étant une référence indispensable pour ceux qui veulent en savoir plus sur l'histoire classique de Lewis.
Jetez un oeil sur l'introduction du livre !

Interview de Devin Brown

NF: Selon vous quel impact aura le film sur l'héritage de Lewis ?
Devin Brown : Le film générera un raz de marée d'intérêt positif pour C.S. Lewis et ses écrits. Une partie de cet intérêt sera nouveau, une autre partie sera renouvelée puisqu'elle viendra d'un public qui a lu les histoires de Narnia quand il était jeune.
Lewis, que ce soit dans ses livres ou maintenant à l'écran, possède une capacité incroyable de réunir des styles de personnes très différents, ce qui est un don formidable, dont nous avons plus besoin aujourd'hui que jamais. Les Chroniques de Narnia, peut-être plus que n'importe quel autre ensemble de livres, réunit des groupes très divers de personnes qui se rejoignent dans leur appréciation d'eux-mêmes : des croyants et des non-croyants, les vieux et les jeunes, les littéraires et les non académiques, et même (gloups!) des styles de chrétiens très différents. Et cet aspect, parmi tant d'autres, fait que Les Chroniques de Narnia vaut la peine d'être lu et que l'adaptation cinématographique vaut la peine d'être vue.
D'ailleurs, bien que cela sera presque négligeable, je m'attends à ce que le film apporte également un léger sentiment anti-Lewis. Cela viendra de certains éléments d'extrême droite qui critiquent les histoires de Narnia à cause de l'utilisation de la magie, et de certains éléments d'extrême gauche qui critiquent les histoires de Narnia, pas parce qu'elles sont chrétiennes, mais plus, il me semble, parce que Lewis lui-même était un chrétien, un chrétien dévoué et très sérieux.
NF : Est-ce que le film attirera de nouveaux fans pour les autres travaux de Lewis ?
Devin Brown : Si certains cinéphiles qui aiment le film ne seront pas assez intéressés pour vouloir lire plus, nombre d'entre eux le seront, et pour ces gens leur intérêt peut les emmener aussi loin qu'ils le désirent. Grâce au film, il y aura de nombreuses personnes qui continueront de lire ou de relire L'Armoire Magique. Certains liront un deuxième ou un troisième livre de la série (Le Prince Caspien serait un bon choix) ; d'autres liront les sept volumes.
Aller au-delà des histoires de Narnia sera une étape qui, je pense, sera franchie principalement par des fans plus anciens. Pour eux la prochaine étape logique à franchir après Narnia serait de lire la trilogie de l'espace de Lewis, débutant avec Out of the Silent Planet. Le film générera également un intérêt pour la vie de Lewis, et pour ces gens il y a deux biographies vraiment bonnes, une écrite par Green et Hooper (qui vient d'être améliorée) et l'autre par George Sayer. Je ne serais pas surpris de voir une augmentation des ventes du film Shadowlands, qui raconte l'histoire du mariage de Lewis à Joy Gresham.
Pour les gens qui aimeraient en lire plus concernant Narnia, il y a plein de bons livres pour eux à choisir selon ce qui les intéresse précisément. Mon livre, Inside Narnia, traite L'Armoire Magique du début à la fin en observant de près le texte et en ajoutant des commentaires intéressants et des détails sur la vie de Lewis et sur d'autres travaux.
NF : Quelles étaient les intentions de Lewis en écrivant ceci ?
Devin Brown : Tant de personnes furent perplexes face à ce problème (les intentions de Lewis) que quelques années après que l'histoire fut publiée, Lewis lui-même décida de mettre les choses au clair. Dans une lettre écrite à une classe de 5ème au Maryland, Lewis expliquait qu'il n'avait pas commencé par essayer de représenter Jésus tel qu'il est dans notre monde par un lion dans Narnia. Il indiquait clairement que L'Armoire Magique n'est pas une allégorie où tout est supposé « représenter » quelque chose dans ce monde. (Lewis a écrit une allégorie : elle s'appelle The Pilgrim's Regress.)
Quand Lewis se préparait à écrire L'Armoire Magique, il se préparait à écrire une histoire qui transmettrait la vérité d'une manière qui n'est pas possible dans un format non fictionnel. Il se préparait à écrire d'une manière mythique, car Lewis croyait que le mythe était « une étincelle flamboyante de la vérité divine tombant sur l'imagination humaine ».
NF : Est-ce que les personnages du livre étaient basés sur des connaissances de Lewis ?
Devin Brown : Lewis était professeur durant la Deuxième Guerre Mondiale, il vivait (plus ou moins) à la campagne, et comme le professeur Kirke dans l'histoire, Lewis était célibataire à cette époque et des écoliers restaient chez lui quand Londres était bombardée par les allemands. Donc vous pouvez dire que Lewis a placé un peu de lui-même dans ce personnage.
En même temps, le professeur Kirke ressemble également au tuteur avec lequel Lewis a étudié en privé au lieu d'aller au collège les dernières années. William Kirkpatrick, en plus de porter un nom similaire au professeur Kirke dans l'histoire, partage de nombreuses autres similitudes. Il avait également des cheveux blancs, une barbe blanche hirsute et était connu pour sa logique rigoureuse, une passion qui fait écho dans la réplique du professeur, « La logique ! Pourquoi n'enseignent-ils pas la logique dans ces écoles ? »
Il y a de nombreux autres éléments de la vie de Lewis qu'il a adopté pour sa propre narration et qu'il s'est approprié. Par exemple, la maison du professeur et la campagne environnante pourrait être vue comme plus ou moins basée sur les souvenirs de Lewis sur Little Lea, sa maison d'enfance à Belfast, en Irlande du Nord. De manière intéressante, il y avait en fait deux armoires, une à Little Lea et une que Lewis possédait adulte, qui pourrait (ou pas) avoir été dans son esprit lorsqu'il décrivait celle du professeur.
NF : A quel point le film sera-t-il fidèle à l'oeuvre originale ?
Devin Brown : Pour savoir exactement combien le film est proche du livre, nous allons devoir attendre jusqu'au 9 décembre lorsque la version finale du film sortira. Dans des interviews, le réalisateur Andrew Adamson a toujours dit que c'était son intention d'être fidèle à l'original. Même lorsqu'il a ajouté de la matière supplémentaire pour donner de la chair à certains des personnages moins développés, il a déclaré que tout ce qu'il ajoutait était « entièrement dans le livre ».
Des commentaires de deux autres poids lourds de soutien. Dans une interview Douglas Gresham, le beau-fils de Lewis et un des co-producteurs du film, ont déclaré, « Bien sûr, l'histoire est fidèle, donc ça va être génial ». Les mots de Michael Flaherty, de Walden Media : « Le film est le livre, purement et simplement. Donc tous les thèmes du livre sont dans le film ».
Les fans de Lewis, en plus d'adorer Narnia, adorent aussi Internet. 24 heures après que la bande annonce du film soit sortie, je lisais dans une salle de chat qu'un spectateur était « outré » parce que l'armoire du film avait une couverture. Je doute que ce genre de détail ressorte quand les gens pensent à la fidélité du film. En ayant dit ça, je pense que le fait que Lucy enlève cette couverture améliore la scène originale du livre de Lewis (re-gloups !).
Anna Popplewell (seize ans), qui incarne Susan, a donné un avis légèrement différent sur la question de la fidélité. Quand on lui a demandé de quelle manière elle a interprété son personnage, Popplewell a déclaré, « Non pas que ce soit très différent de la Susan de C.S. Lewis, mais la façon dont C.S. Lewis a écrit les livres implique que les personnages sont ouverts à un certain nombre d'interprétations, parce qu'il écrit avec ce style et ce ton merveilleux qui vous encourage à utiliser votre imagination et à créer des personnages pour vous-mêmes ».
Une dernière différence valant la peine d'être relevée est le fait que Lucy et Susan jouent un plus grand rôle dans les combats du film que dans l'original. Cela pourrait (ou pas) être quelque chose que des adorateurs des livres pourraient trouver troublant. Dans une prochaine histoire, Le Cheval et son Ecuyer, Lewis envoie Lucy à la guerre, armée d'un arc et d'un carquois rempli de flèches, habillée d'une cotte de mailles et d'un casque.
NF : Comment l'écriture de Lewis peut-elle être aussi puissante et mémorable et pourtant si simple ?
Devin Brown : Il y a beaucoup de possibilités pour répondre à cette question. Laissez-moi en proposer quatre.
Tout d'abord, Lewis a passé des années à écrire de la poésie, un style où chaque mot, chaque virgule, chaque retour à la ligne porte une grande importance. Une deuxième raison pour laquelle Lewis était un auteur si brillant vient du fait qu'il était énormément lu, un des érudits les plus lus de son époque. Des jeunes auteurs d'aujourd'hui veulent quelques fois ignorer cette étape. Troisièmement, durant les années où Lewis sortait un excellent livre après un autre, il faisait partie d'un groupe d'écriture nommé les Inklings, un groupe qui comprenait son meilleur ami J.R.R. Tolkien, un groupe qui était une source très importante à la fois d'encouragement et de critiques. Finalement, Lewis écrivait simplement beaucoup, même énormément. Et quand il écrivait, il s'améliorait. C'est une autre étape que les jeunes auteurs d'aujourd'hui veulent quelques fois ignorer.
Bien sûr, je pourrais également mentionner le génie complet de Lewis, son incroyable imagination, ou sa mémoire quasiment photographique. Je pourrais aussi mentionner son merveilleux mélange dans la création du monde imaginaire de Narnia qui semble familier mais pas trop, et étrange mais pas trop.
NF : Comment Inside Narnia aidera des lecteurs et des cinéphiles à mieux comprendre L'Armoire Magique ?
Devin Brown : Peut-être que le meilleur moyen de décrire mon livre est d'utiliser une analogie. Chaque juillet, ma femme et moi regardons le tournoi de Wimbledon à la TV. Maintenant, je suppose que si vous cherchez assez, vous pourriez trouver quelqu'un qui aime regarder les matchs sans le son, mais la plupart des gens trouvent que les commentaires donnés par les experts ajoute de la compréhension et du plaisir à ce qui se passe.
J'espère que Inside Narnia donne le même genre d'observation et de commentaire utile.
NF : Comment Inside Narnia illumine le sens riche du texte ?
Devin Brown : Laissez-moi répondre à ça avec un extrait de mon livre qui montre le genre de chose que j'essaie de faire. Dans le chapitre quatre, « Loukoum », j'écris ceci :
Le but de Lewis ici avec le Loukoum n'est pas de montrer qu'aimer les bonbons est mauvais ; en fait, sa position est plutôt l'inverse. L'appréciation des plaisirs de la vie dans toute leur variété et leur plénitude sera une qualité essentielle de la vie d'un Narnien, comme cela a déjà été vu avec le thé que M. Tumnus donne à Lucy, qui comprend « un joli oeuf au plat, légèrement cuit, pour chacun d'entre eux, et puis des sardines sur des toast, et puis des toasts beurrés, et puis des toasts avec du miel, et puis un cake saupoudré de sucre » (15). Dans sa fiction et sa non fiction, Lewis suggère encore et encore que « être complètement humain implique un certain comportement vis-à-vis des choses de la création » (Meilaender 1998, 8), un plaisir mais pas une adoration esclavagiste.
NF : Et finalement, pourquoi une analyse littéraire de ce travail est si importante ?
Devin Brown : Comme réponse, voici un autre paragraphe de mon livre, celui-ci venant de la préface :
Mon avis est le suivant : bien que L'Armoire Magique puisse être lu simplement et apprécié par des enfants, elle peut également être lue sérieusement par des adultes parce que c'est un travail riche avec un sens. Une partie de ce sens sera découvert simplement en passant du temps avec le texte et en faisant attention à ce que Lewis a écrit. D'autres significations seront vues en faisant des liens - pas seulement des liens à d'autres passages dans le roman mais aussi aux autres travaux de Lewis, aux événements de la vie de Lewis, et aux travaux d'autres auteurs qui ont influencé Lewis. Le plus important de ces autres auteurs et J.R.R. Tolkien, qui n'a pas seulement influencé grandement Lewis, mais qui a également été grandement influencé par lui. Je prétends que cette double approche - d'abord, une lecture attentive et ensuite, ajouter ces sortes de liens - donneront lieu à un plus grand plaisir d'un livre déjà appréciable.

Article originel, par Paul Martin


Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :