Vous êtes ici : Page d'accueil > L'Actualité fantasy

Les Imaginales 2010 : les photos !

Par Gillossen, le mardi 1 juin 2010 à 12:21:14

L'afficheDu moins, une partie !
Les Imaginales du point de vue d'un visiteur. C'est ce que nous vous proposons encore cette année, en attendant compte-rendus et interviews, avec le témoignage de Siriane, présente sur place le week-end dernier. Celle-ci nous livre pour l'occasion le contenu de sa visite 2010 de même que de nombreuses photos !
En la remerciant... A vous de toucher du doigt l'ambiance de cette édition.

Le compte-rendu

Mes Imaginales 2010

C'est la deuxième année consécutive que je me rends aux Imaginales d'Épinal (j'y étais cette année vendredi fin d'après-midi et tout le samedi). Et s'il y avait bien une impression que j'avais conservée de ma visite de 2009 et que j'ai retrouvée cette année c'est que les Imaginales sont vraiment un festival qui a une âme.

D'abord le cadre est très sympa. Le festival prend ses quartiers dans un parc au bord de la Moselle à deux pas du centre historique de la ville, ce qui est fort pratique pour trouver des endroits agréables où faire une petite pause restauration. Dans cet environnement, les Imaginales se décomposent en plusieurs espaces, un grand chapiteau de 1200 m² baptisé Bulle du Livre abritant une librairie géante, le lieux pour rencontrer les auteurs et illustrateurs invités, l'Espace Cours seul bâtiment en dur qui accueille expositions et conférences, un chapiteau dédiés au jeux et cette année deux Magic Mirrors petits chapiteaux ronds à la décoration complètement baroque abritant les débats, tables rondes et entretiens avec des auteurs particuliers.

Du côté de l'espace jeux, règne une joyeuse atmosphère bouillonnante. Les novices (comme moi) peuvent s'initier grâce à la présence d'animateurs aux différents types de jeux : jeux de cartes à collectionner, jeux de société, jeux de rôle et jeux de figurines. Quand aux initiés, ils peuvent participer à des parties plus "sérieuses" ou de véritables tournois. Le risque de cet espace est de ne plus en sortir. D'ailleurs je m'y suis quelque peu oubliée presque 3 heures samedi après-midi à observer un tournoi de Magic, à suivre une démonstration de jeu de figurine et à tester différents jeux de société (Cœur de Dragon et Animalia). Un stand de vente permet de ne pas repartir les mains vides ! J'ai craqué pour Wazabi un jeu de dés et de cartes…

Un des grands intérêts des Imaginales c'est tout le programme de cafés littéraires, tables rondes et présentations d'auteurs. Et là, il y a vraiment de quoi faire, les thématiques proposées sont aussi riches que diverses. Cela va de sujets purement fantasy avec par exemple des cafés littéraires sur l'humour ou sur la brutalité en fantasy, aux sujets plus techniques comme des tables rondes concernant les nouveaux modes d'éditions en passant par des sujets sur la SF, questionnant sa nature (toujours pessimistes ?) et son avenir (son déclin, son renouveau possible ?). Bref, beaucoup de sujets super intéressants, des fois même un peu trop en même temps, il faudrait pouvoir se couper en deux, voire en trois pour pouvoir assister à toutes les conférences. Je dis ça, mais si l'année dernière j'avais religieusement assistée à tout un paquet de conférences (je me souviens d'une en particulier très intéressante sur la place de la religion dans la fantasy avec Pierre Bordage et Hal Duncan) cette année...euh…j'ai plutôt fait l'école buissonnière ! La faute au démon du jeu dont j'ai été victime lors de mon passage à l'espace jeux et à avoir passé beaucoup de temps à bavarder avec plein d'auteurs différents. Donc finalement j'ai assisté à un café littéraire fort intéressant "Héroïnes d'exception" le vendredi en fin d'après midi qui rassemblait Ayerdhal, Charlotte Bousquet, Jacqueline Carey et Kristin Cashore et qui interrogeait les auteurs sur comment fait-on un personnage féminin qui ait du caractère. Le samedi matin, j'ai assisté à une table ronde-célébration des 10 ans de Bragelonne, pas d'un intérêt transcendant si ce n'est de voir la joyeuse ambiance qui régnait entre les participants, d'avoir le droit à quelques anecdotes croustillantes et de voir l'air un peu ébahi de Jacqueline Carey de se retrouver avec tous ces auteurs français plutôt délirants. L'après-midi, j'ai juste suivi l'entretien avec Greg Keyes. Concernant toutes ces conférences, je voudrais souligner le formidable travail de tous les traducteurs. Sans eux les échanges ne seraient vraiment pas aussi directs et faciles.

Enfin, last but not the least, ce qui constitue pour moi la principale force de ce festival c'est la convivialité avec laquelle on peut rencontrer les différents auteurs et illustrateurs. Ainsi, un visiteur à la possibilité sur simple inscription de rencontrer certains auteurs dans le cadre de déjeuner ou de petit déjeuner. J'ai pu participer le samedi matin à un petit déjeuner avec Jacqueline Carey organisé en partenariat avec le site Terre d'ange (et accessoirement aussi rencontrer Witch, la première Elbakienne que je vois en chair et en os !). Ces rencontres sont l'occasion de discuter avec les auteurs dans des conditions plus intimes et tranquilles que sur le salon.
Mais le lieu d'excellence pour rencontrer tous les invités, c'est la Bulle du Livre. A l'intérieur de ce chapiteau, pas de queue de 500 m de long et pas des heures d'attentes pour avoir une dédicace sans pouvoir dire un mot à l'auteur. Les auteurs ou les artistes sont "présentés" assis les uns à coté des autres à l'intérieur d'un long rectangle de tables croulant sous des monticules de livre. Le tout dans un joyeux mélange de genre. Sire Cédric étant par exemple assis à proximité d'Anne Golon, 89 ans doyenne du salon et auteur d'Angélique Marquise des Anges ! On peut ainsi très librement "faire son marché" aussi bien au niveau des invités que de livres qu'on souhaite acquérir. La gestion des ventes est assurée par deux librairies et l'organisation est plutôt pratique : vous donnez chaque bouquin sur lequel vous avez jeté votre dévolu après, tant qu'à faire, vous l'être fait dédicacer, à une personne chargée des ventes qui vous le met de côté jusqu'à ce que vous réclamiez à la fin de votre visite votre pile de livres qui, croyez moi sur parole, a tendance à terriblement grossir au cours du temps.

Petit bilan de mes rencontres :

J'ai avoué à Sire Cédric que je n'avais pas encore lu le livre qu'il m'avait dédicacé aux Imaginales précédentes et du coup je lui ai pris son dernier avec une nouvelle dédicace. Ce que j'aime particulièrement chez cet auteur, c'est la chaleur avec laquelle il répond à vos questions et son accent du sud-ouest qui contraste assez avec son look plutôt gothique. J'ai attrapé Laurent Gidon, juste avant qu'il ne parte à une séance d'escrime et nous avons discuté de Djeeb et d'un recueil qu'il a fait paraître sous le nom de Don Lorenjy aux éditions Griffes d'Encre intitulé "Blaguàparts". Ce dernier plus le nouveau Djeeb ont rejoint le Sire Cédric.
J'ai tenté d'étrangler Pauline Alphen à cause de la fin des Éveilleurs. Elle m'a dit que j'étais loin d'être la première et qu'elle avait l'habitude de ce genre de réaction. J'en ai profité pour la féliciter pour son tout neuf prix des collégiens et nous avons ensuite discuté de son livre, de ce que j'avais aimé et de ce que je voudrais savoir dans la suite. Je suis reparti sans nouveau bouquin mais avec deux infos : premièrement que le tome deux ne sortirait pas avant la fin de l'année et deuxièmement qu'elle ne savait pas combien il y aurait de tomes mais que c'était en tout cas sûr que ça serait plus qu'une trilogie.
J'ai aussi discuté avec Jean-Philippe Jaworski de Gagner la guerre. J'ai essayé sans succès de lui arracher la raison mystérieuse de la présence d'elfes dans son livre. A sa connaissance, seuls deux lecteurs avaient trouvé le pourquoi. Je lui ai aussi fait remarquer qu'il n'était pas tendre avec son héros et qu'au début, le pauvre, il s'en prenait plein la tronche au sens propre comme au sens figuré. Il m'a répondu que pour décrire les blessures de Benvenuto, il avait fait des recherches pour savoir quelles blessures pouvaient être mortelles et lesquelles ne l'étaient pas. Il avait contacté à ce propos un chirurgien spécialisé en trauma facial qui lui avait envoyé des documents avec des photos bien gratinées ! J'ai discuté avec Pierre Bordage de sa trilogie des Prophéties et en particulier de la fin des chemins de Damas. S'est ajouté à ma pile son nouveau roman jeunesse Ceux qui rêvent suite de Ceux qui savent roman uchronique que j'avais bien apprécié.
Un petit tour chez l'éditeur Mille Saison qui avait son stand particulier où j'ai rencontré un jeune auteur signant du nom de Jess Kaan. Il m'a présenté son roman Investigation avec un triton une enquête du détective triton Shell Eidonius. Comme ça avait l'air bien délirant je l'ai embarqué.
J'ai extorqué 3 dédicaces à Jacqueline Carey.
Dans le lot j'ai quand même raté entre autre Anne Fakhouri, Greg Keyes et Justine Niogret dont j'aurais bien voulu avoir des dédicaces ayant ajouté à ma pile Le Clairvoyage de la première et tout le cycle en solde et en VO du Royaumes d'épines et d'os du second.

Après tout ça, il faisait drôlement soif, direction la buvette judicieusement placée au fond du chapiteau où j'ai encore pas mal discuté avec Ange du site Terre d'ange et Frederic Le Berre, le traducteur de la série Kushiel, tout les trois un verre à la main d'un liquide ambré, bulleux et légèrement alcoolisé (mais consommé avec modération). Une conversation entre adeptes de la série de Jacqueline Carey.

C'est ça l'esprit des Imaginales, des rencontres, des échanges et du partage. Vivement l'année prochaine pour la 10ème édition.

  1. Le compte-rendu
  2. Les photos

Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :