Vous êtes ici : Page d'accueil > L'Actualité fantasy

A propos de la création de mondes et de la faune, par Jennifer Fallon

Par Lisbei, le jeudi 22 janvier 2009 à 23:30:32

Jennifer FallonJennifer Fallon tient depuis quelques temps une rubrique sur le site de Voyager Online. Outre différents articles la concernant, elle y donne également quelques conseils frappés du coin du bon sens pour les futurs écrivains.
L'article, dont nous vous proposons aujourd'hui la traduction, aborde la question des "animaux" peuplant votre monde. Vous verrez qu'au travers de quelques questions et avec un zeste d'humour, on peut éviter pas mal de bétises...

En discuter en forum

Traduction

Ce qui suit est une série de questions que tous les gens souffrant d’un complexe du Créateur (euh, je voulais dire, tous les auteurs de fantasy) devraient se poser avant de commencer à créer leur monde.

Si vous êtes déjà au beau milieu de votre épopée et que vous ne pouvez répondre à la plupart de ces questions, alors je n’ai que 5 petits mots capitaux à vous dire : retour à la case planification !

Les Grandes questions :

  • Votre monde ressemble-t-il à la Terre ?
  • S’il ne ressemble pas à la Terre, comment s’en accommodent les humains ?
  • Est-ce que les animaux, les plantes et les insectes sont les mêmes que sur Terre ?
  • Si non, sont-ils tous différents, ou seulement certains d’entre eux ?
  • Sont-ils originaires de ce monde ou viennent-ils d’ailleurs ?
  • Si vous avez des créatures qui ne sont pas de ce monde, où se situent-elles dans la chaîne alimentaire ?
  • Combien d’espèces intelligentes avez-vous (humains, nains, elfes, etc.) ?
  • Comment les différentes espèces vivent-elles côte à côte ?
  • Quelle est l’espèce dominante ?

Attention … nous sommes humains et nous vivons dans un monde avec un écosystème complexe dont nous faisons partie. Tous nos animaux ont 4 pattes, tous nos oiseaux en ont 2, toutes nos araignées ont 8 pattes et tous nos insectes en ont 6. Il existe une symétrie naturelle dans notre monde, donc avant de vous congratuler vous-même pour votre incroyable inventivité et vos chevaux à six pattes, ou vos vaches parlantes à deux pattes, vous avez plutôt intérêt à vous assurer que toutes les autres créatures de leur classe soient construites sur le même patron. C’est sympa d’avoir un type de poisson différent, parce que, et bien, c’est un poisson. Ils ont leur place dans la chaîne alimentaire. Mais un mammifère doté de trois yeux, alors que tous les autres mammifères de votre monde en ont deux (ou quatre, c’est pareil), cela n’a aucun sens et vous allez désintéresser de l’histoire la plupart de vos lecteurs qui auront réussi à survivre à plus de deux ans d’études, parce que, à moins d’écrire à propos de l’Île du Docteur Moreau, une telle chose est totalement stupide.

Gardez autre chose à l’esprit … nous n’avons que quelques gènes d’écart avec les chats. Si vous avez des chevaux à six pattes, et des chiens à six pattes, il est plus que probable que vous deviez commencer à réfléchir à des humains à six pattes.

Et si vous décidez d’emprunter la route des vaches à deux pattes, prenez garde à ce que votre lecteur ne devienne pas si absorbé par la description fabuleusement détaillée de votre bête savante tachetée de jaune qu’il en perde de vue la véritable histoire.

Dernière chose : ne commencez pas à bidouiller l’écosystème à moins d’être vraiment sûr que vos acariens géants à sept pattes, trois yeux et qui crachent du feu vont vraiment s’intégrer naturellement dans le paysage.

Article originel


Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :