Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Manga Fantasy >Birdmen

Birdmen

(Ce Cycle est En Cours)

Auteur : Yellow Tanabe
Traducteur : Fujimoto Sakoto
Birdmen

Birdmen - 1

Eishi Karasuma (15 ans) est un collégien solitaire avec une vie monotone. Il n’a qu’un seul ami, Mikisada Komoda (14 ans). Ils trainent ensemble et sèchent les cours. Un jour dans un parc, ils font la connaissance, de Tsubame, une fille très énergétique, et Rei Sagisawa (15 ans), un garçon qui fréquente le même collège qu’eux. Sur le chemin du retour, Eishi et Mikisada décide de prendre le bus, mais celui-ci sort de la route et tombe dans un ravin. Eishi, essaye de sortir et c’est alors qu’il aperçoit dans le ciel, un jeune garçon avec des ailes…

 


Critique

Par Benedick, le 15/03/2020

Birdmen commence sa publication en France l’année où la série s’achève au Japon à son quinzième volume. Un bon point pour celles et ceux qui prennent en compte la taille et l’assurance d’une fin pour se lancer dans une nouvelle série de Fantasy ! Mais il reste LA question majeure… Birdmen peut-il s’éloigner, ne serait-ce que de quelques coups d’ailes, des titres calibrés mettant en scène des adolescents subitement pourvus d’une puissance surnaturelle ? Disons que, parfois, il faut simplement bien raconter la banalité humaine et installer subtilement sa propre magie.
Si Birdmen doit être jugé sur un critère d’originalité, il faut s’intéresser à ces étranges figures d’hommes-oiseaux. Majestueux mais effrayants, vivants dans une dimension inconnue des simples humains, les Birdmen de Yellow Tanabe mixent à merveille quelques aspects fantastiques rattachés aux vampires, pas mal de fantasmes issus des légendes urbaines et quelques principes esthétiques empruntées aux super héros japonais ou américains. Au final, Yellow Tanabe propose sa propre Fantasy de Transhumanisme pour développer sa série.
Mais ce n’est pas le seul potentiel atout de cette bande dessinée. La mangaka installe sa série progressivement, sans lourdeur, et en évitant tout passage en force pour impliquer son lectorat ou imposer un quelconque “système magique”. Notre petit groupe d’adolescent va se former dans les premiers chapitres, sans dramaturgie excessive. Certains personnages ont des travers marqués mais cela ne rend pas les réactions trop stéréotypées pour autant. S’ils semblent en décalage avec la pression sociale, ce n’est pas ce qui les dirigent en permanence. Des archétypes adolescents ? Oui, mais présenté avec une certaine vitalité sans pour autant être intégralement détestables, ni même des appels imposés à l’empathie. Mais c’est surtout la dynamique de groupe qui séduit, car plutôt naturelle dans les divers moments d’humour et de découverte. Le récit de Birdmen est largement aidé par son aspect graphique. Le dessin est simple et maîtrisé, capable de transfigurer les corps humains et les décors urbains en une case. Un style qui a été aiguisé lors des 35 volumes de Kekkaishi, la précédente série de la mangaka. Après cette agréable mise en place, une bonne vieille problématique liée à la notion toute relative du pouvoir et de la liberté commence à se présenter dans les derniers chapitres de ce premier Tome. De quoi se laisser intriguer pour la suite.
Birdmen a le parti-pris d’un manga au rythme posé au service d’une mythologie novatrice. A la différence d’une concurrence plus établie, qui utilisent des valeurs sûres dopées par une narration dynamique et des personnages hauts en couleurs. La fantasy est souvent une question de charme et d’ambiance, et ce premier tome permet clairement à Birdmen d’afficher son identité.

7.5/10

Discuter de Birdmen sur le forum.


Auteur


Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :