Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Bd Fantasy > La Légende Dorée > Archinaze de Tarabisco


Archinaze de Tarabisco

Tome 1 du cycle : La Légende Dorée
ISBN : 978-274930424-3
Catégorie : Bd
Auteur : Jean-Pierre Joblin (Proposer une Biographie)
Dessinateur : Olivier Le Discot (Proposer une Biographie)

Sous les voûtes discrètes de l’abbaye de Saint-Bibin, vit un jeune moine bibinictin : Frère Boulu. C’est un moine du genre bon vivant, plus pansard que penseur. Il vit sa foi dans l’amour de Dieu et… du gras de canard ! Outre sa formidable propension à s’empiffrer de gras et de confiture de bibine, Frère Boulu possède un don étonnant : il peut non seulement invoquer les saints mais aussi les… “convoquer” ! Il n’hésite donc pas à demander l’aide de ceux dont la spécialité correspond à la nature des problèmes qui peuvent se poser à lui. On le verra même se frotter à certaines créatures mythiques, comme La Matago, la petite mandragore teigneuse. Tout ceci intéresse au plus haut point de mystérieux émissaires du Pape qui vont enlever Frère Boulu pour le jeter dans la plus étonnante des missions : sauver la chrétienté, menacée par le Malin.


Critique

Par Publivore, le 25/02/2009

En lisant le premier tome de cette série, on ne sait pas vraiment à quel saint se vouer !
En effet, le dessin est réussi, essentiellement centré sur des visages aux traits très marqués, que ce soient en angles ou en rondeurs et qui fleurent bon la caricature travaillée et réussie. Du personnage principal aux secondaires (mention spéciale aux deux saints), tous sont typés et plaisants. Les décors sont en retrait et moins détaillés, mais l’importance est surtout dans l’ambiance, bien rendue.
Malheureusement, cette bonne impression graphique d’ensemble est rattrapée par un scénario qui compte nombre de faiblesses. Si le lecteur affichera ici ou là quelques sourires, les effets tombent malheureusement très souvent à plat. Alternativement mal amenés ou très prévisibles, situations cocasses ou jeux de mots à la Arleston, en particulier sur les noms donc, ne font pas décoller l’ensemble.
Ajouter à cela un personnage mal exploité, la mandragore, et vous voilà à la fin du volume, essayant toujours de vous faire une idée précise, et dubitatif sur la voie prise par l’histoire.
Distrayant parfois, maladadroit souvent, et sûrement vite oublié…

5.5/10

Discuter de Archinaze de Tarabisco sur le forum.

Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :