Vous êtes ici : Page d'accueil > SdA Films & Bilbo

Neuf idées absurdes concernant Le Hobbit et Le Seigneur des Anneaux

Par Nak, le mercredi 24 avril 2013 à 14:00:00

BearJ. W. Braun a étudié Tolkien et est l’auteur de The Lord of the Films, publié par ECW Press en 2009.
Si vous avez une dent contre Peter Jackson ou Ralph Bakshi concernant leurs tentatives d'adaptation de l’œuvre de J.R.R. Tolkien plus ou moins couronnées de succès selon les avis, l'article suivant, traduit pour vous, devrait en tout cas contribuer à vous convaincre que l'on peut toujours faire pire... ou pas ?
A vous de voir !

En discuter sur le forum

L'article traduit

Thomas Edison a dit un jour que, pour vraiment atteindre son potentiel, on doit considérer toutes les idées avant de rejeter les moins bonnes et de développer les meilleures. (En fait, je viens juste d’inventer ça. Mais c’est une tradition sur Internet que d’attribuer vos propres croyances à une personne célèbre pour faire valider et respecter vos idées. Au fait, je vous ai dit que Tolkien veut que vous achetiez mon livre ?)
Le truc c’est que parfois, certaines idées semblent folles mais finissent par fonctionner : comme Dippin’ Dots (NdT : une glace créée par surcongélation) et le one-man show de Larry the Cable Guy. D’autres fois, les idées absurdes sont juste vraiment absurdes. Comme celles-là :

1) Le grand sorcier Bladorthin aide le nain Gandalf à utiliser la carte de Fimbulfami pour trouver Smaug dans Le Hobbit. Plus tard, Odo, Frodo et Marmaduke demandent à Bingo s’il veut partir à l’aventure avec eux dans Le Seigneur des Anneaux.
Qui y a pensé : J. R. R. Tolkien.
Si les phrases ci-dessus ont l’air fausses, ne craignez rien : Tolkien a tout arrangé avant que ses livres ne soient publiés. Mais disons juste qu’il n’était pas doué pour tirer des noms de personnages de son chapeau. Au départ Gandalf s’appelait Bladorthin (un nom que l’on retrouve dans Le Hobbit mais il est donné de façon un peu désinvolte dans Information Secrète) et Thorin s’appelait Gandalf. Dans les premières ébauches du Seigneur des Anneaux, Frodon s’appelait Bingo Bolger-Baggins, Pippin était Odo (plus ou moins) et Merry était Marmaduke. (Bon, c’est mieux que Larry the Cable Guy.) Et Aragorn ? Il a commencé sa vie en tant que Trotter avant de révéler son vrai nom : Peregrin Boffin.
Un de ces jours on va apprendre que Christopher Tolkien a commencé sa vie sous le nom de Schnoodledoodle avant que J. R. R. ne revoie les noms de ses enfants et les échange plusieurs fois.
2) L’Anneau au Diamant Unique.
Qui y a pensé : Rankin/Bass.
Tolkien décrit de façon très constante l’apparence de l’Anneau Unique. C’est un anneau uni, sans motifs, hormis pour l’écriture qui apparaît quand on le chauffe. Simple comme bonjour pour les cinéastes, non ? Ben, pas pour Rankin/Bass. Cette compagnie a dépensé 3 millions de dollars dans une version en dessin animé du Hobbit, réalisée pour la télévision en 1977. Les premiers essais graphiques sont bizarres ; l’Anneau n’y est plus si uni et sans motifs. C’est parce que dessus est monté un diamant de la taille de la Forêt Noire qui vaut apparemment plus que le dessin animé dans lequel il est. Heureusement, le diamant n’apparaît pas dans le produit final, bien que (juste pour embêter les puristes) un motif apparaisse quand même sur l’Anneau. (Au moins sans le diamant ça nous évite d’entendre Gollum demander, Est-ce que c’est un anneau que ça a dans sa poche ou bien est-ce que c’est juste content de nous voir, mon précieux ?)
3)Le bossu de la Forêt Noire.
Qui y a pensé : Weta Workshop.
Vous marchez dans la Forêt Noire quand une silhouette sombre approche. D’abord, vous craignez que ce soit un animal sauvage, mais vous réalisez ensuite que c’est pire : c’est une créature humanoïde tordue, un bossu tellement ramassé qu’il en marche presque à quatre pattes.
Calmez-vous, c’est juste Radagast. Ou au moins ça aurait pu l’être si un croquis de Paul Tobin de Weta Workshop avait été utilisé. Pour Le Hobbit de Jackson, Tobin a développé l’idée d’un Radagast bossu avant que le concept ne soit abandonné et que le sorcier n'ai droit à son apparence actuelle. Je peux imaginer le soulagement de McCoy… jusqu’à ce qu’il apprenne qu’il allait avoir du caca d’oiseau dans ses cheveux.
4) L’histoire du Seigneur des Anneaux est présentée dans un flashback, racontée par Merry alors que lui et Pippin essaient de convaincre Sylvebarbe de se battre pour la Terre du Milieu.
Qui y a pensé : Chris Conkling. Le pauvre Chris Conkling, qui n’avait alors qu’une vingtaine d’années, était trop bien pour Ralph Bakshi quand il a été choisi pour écrire le scénario de son Seigneur des Anneaux. C’était son premier (et dernier) projet de film et bien qu’il ait fait de son mieux (en essayant six structures d’histoire différentes), il a finalement été remplacé par le scénariste Peter Beagle. (Oui, ce Peter Beagle.)
L’idée de Conkling de raconter la majeure partie de l’histoire dans la forêt de Fangorn était un peu fastidieuse (et présentait quelques problèmes logiques), donc Beagle l’a abandonnée et a apporté sa propre idée : il pensait qu’un prologue racontant l’histoire de l’Anneau était une bonne façon de commencer Le Seigneur des Anneaux. Il est intéressant de noter qu’il n’est pas le dernier Peter à avoir eu cette idée.
5) Grands Pas se révèle être… Bilbon ?
Qui y a pensé : J. R. R. Tolkien.
Au contraire de George Lucas (à ce qu’on dit), des créateurs de Lost (à ce qu’on dit) et de Dieu (à ce qu’on dit), Tolkien n’était pas quelqu’un qui planifiait tout. Prenez Grands Pas par exemple. Appelé Trotter à l’origine (comme on l’a déjà vu), Tolkien n’avait aucune idée de qui était ce type quand il a introduit le personnage à Bree. Ca semblait juste une bonne idée que ce sombre étranger apparaisse et offre son aide. Lui est ensuite venue une idée fascinante : et si Trotter se révélait en fait être Bilbon Sacquet ? Bilbon, portant un bon déguisement et des chaussures en bois qui font clip-clop, emmènerait Frodon de Bree à Fondcombe avant de révéler sa véritable identité.
Surprise Frodon, c’est ton oncle Bilbon !
Là vous vous posez surement plusieurs questions. Pourquoi Bilbon voudrait cacher son identité à Frodon ? Et pourquoi Frodon aurait-il du mal à le reconnaître ? Et c’est quoi cette histoire de sabots ? En effet, Tolkien lui-même avait du mal avec ces questions, donc il est passé au plan B : Trotter est devenu un parent éloigné de Bilbon, perdu de vue depuis longtemps… et qui portait des sabots. Toujours pas satisfait, Tolkien a continué à travailler sur le personnage, considérant même des prothèses de pieds en bois avant d’abandonner le concept et de finalement créer le Grands Pas que l’on connait et que l’on aime.
6) Gandalf force Gimli à creuser un trou et à se glisser dedans avant de lui taper dessus violemment.
Qui y a pensé : John Boorman.
En 1970, John Boorman a écrit un scénario pour le film Le Seigneur des Anneaux de United Artists. Il incluait une relation sexuelle entre Frodon et Galadriel, ainsi qu’une scène où Frodon est étendu, nu sur une table en cristal au milieu d’un vaste amphithéâtre d’elfes chantant. Mais plus remarquable est la scène dans laquelle Gimli est enterré et battu. L’idée de Boorman était que, devant la porte Ouest de la Moria, Gandalf entraîne Gimli dans un rituel de renaissance primitif. Après avoir forcé le Nain à creuser un trou et à se glisser dedans, Gandalf recouvre le petit bonhomme d’une cape et le bat violemment (à coup de moqueries verbales) jusqu’à ce que le Nain se rappelle de son langage ancestral, saute du trou et donne le mot de passe pour ouvrir les Portes de Durin.
Boorman est plus tard revenu sur son scénario dans son autobiographie : On avait un script qu’on trouvait frais et cinématographique, tout en portant l’esprit de Tolkien, un esprit que l’on en était arrivé à admirer et à chérir durant tous ces mois. C’était une époque géniale et extraordinaire.
Hélas, quand le script a été fini, un nouveau cadre venait d’arriver à United Artists et il n’était pas intéressé par Tolkien, donc le Seigneur des Anneaux de Boorman n’a jamais vu le jour.
7) Éowyn prend le temps d’aider un enfant à naître avant d’aller poutrer de l’Orc.
Qui y a pensé : Peter Jackson.
Il semble que quand Jackson et son équipe écrivaient Le Seigneur des Anneaux, à chaque fois que les choses devenaient un peu barbantes ils envoyaient une attaque Orc. Des exemples qui ont été retirés du premier film incluent une attaque sur la Communauté quand ils approchent de Lothlórien, une attaque sur la Communauté dans la descente de la rivière Anduin (encore que, pour être honnête, celle-là est dans le livre et aurait probablement été cool à voir) et une attaque de Frodon et Sam à la fin du film quand ils se préparent à partir de leur côté. (Tout cela a vraiment été tourné, à l’exception de la scène sur la rivière ; avant que ça puisse être filmé, la rivière est entrée en crue et a emporté le plateau de tournage.) On peut penser que dans Les Deux Tours, il n’y avait pas besoin d’une attaque Orc, puisqu’une force de 10 000 est prête à combattre de toute façon. Mais au départ, Jackson voulait une attaque Orc au sein de cette attaque Orc. L’idée (qui a été tournée) était que durant la bataille du Gouffre de Helm, quelques maraudeurs Orcs passent les défenses et entrent dans les Cavernes Étincelantes, pour être abattus par Éowyn – qui venait d’aider Morwen à accoucher (donnant un nouveau frère ou une nouvelle sœur à Freda et Eothain).
Heureusement on nous a épargné cette séquence de la sage-femme / héroïne d’action quand elle a été coupée à la salle de montage. Dès lors on évite aussi les pensée du Roi Théoden après la bataille quand il tient le bébé dans les airs :
Et dire que pendant que nous les hommes nous versions le sang sur le champ de bataille, ce petit miracle venait au monde, comme le premier rayon du soleil un frais matin de printemps.
(Oh et au fait, ce discours n’avait aucune chance d’être dans le film puisque je viens de l’inventer.)
8) Boromir a une petite soeur : Éowyn.
Qui y a pensé : Miramax.
Il y a très longtemps dans les années noires – les années 1990 – Peter Jackson montait le projet du Seigneur des Anneaux en deux films pour un studio appelé Miramax. Dès le départ ils n’ont pas aimé le script de Jackson. Pour être honnête, Jackson ne l’aimait pas non plus. Son histoire était pleine de personnages et d’éléments d’intrigue qui n’avaient aucun intérêt et aucun but. Mais Jackson considérait ces ébauches comme des points de départ ; il aimait le processus d’écriture et de réécriture des scénarios pour donner aux personnages plus de profondeur et aux éléments d’intrigue plus de sens à chaque passage. (Cette philosophie a perduré jusque dans la salle de montage.) De son côté, Miramax considérait que moins valait mieux et aurait été content de découper l’histoire à la tronçonneuse pour enlever les poids morts et les redondances. Tout est finalement parti en sucette quand le studio a décidé que deux films, c’était trop cher, et qu'il a demandé à Jackson de réécrire le scénario pour ne faire qu’un film. Ils lui ont même envoyé un mémo pour lui dire comment faire. Leur idée : enlever quasi toute la Moria, la totalité du Gouffre de Helm, combiner le Rohan et le Gondor en un royaume dirigé par un composite de Théoden et de Denethor (joué peut-être par Bernard John Noble ?) Boromir pouvait être conservé, mais pas Éomer, et Faramir et Éowyn devaient être combinés en un seul personnage : la petite sœur de Boromir. (Soudain le vieux script de Boorman ne semble plus si mauvais, hein ?) Heureusement, New Line Cinema a repris le projet de Miramax et a fait trois films – sinon nous autres, fans de Tolkien, serions en train de dire aux non-fans de laisser tomber le film et de regarder les adaptations en dessin animé.
9) Sam emmène lui-même l’Anneau Unique à la Montagne du Destin.
Qui y a pensé : Morton Grady Zimmerman. Morton Zimmerman et quelques collaborateurs avaient envie de faire un film sur Le Seigneur des Anneaux déjà dans les années 1950, juste après que les livres soient publiés. Comme Boorman, Zimmerman avait quelques idées créatives bien à lui : par exemple, son script donne quelques dialogues au Balrog et fait transformer les Nazgûls en pierre par Gandalf. Mais son idée peut-être la plus marquante est que Sam abandonne Frodon pour poursuivre lui-même la quête. Dans l’histoire de Zimmerman, après que Frodon soit piqué par Arachné, Sam quitte Frodon, prend l’Anneau, et fonce sur la Montagne du Destin. (Parlons d’éliminer l’homme du milieu.) Juste quand il est sur le point de détruire l’Anneau, il est attaqué par Frodon, qui est lui-même attaqué par Gollum. Tolkien a trouvé le scénario précipité, sans égards et impertinent et l’adaptation de Zimmerman était, comme les hommes, vouée à mourir.

Qu’est-ce que tout cela veut dire ? Est-ce que c’est fondamentalement mauvais d’avoir une idée folle ? Bien sûr que non. Comme Peter Jackson l’a dit un jour, Dans tout effort créatif, il est important d’examiner les différentes possibilités pour que toutes les options soient étalées, comme ça quand vous faites le choix final vous savez que c’est vraiment le meilleur.
Oh, au fait, j’ai inventé cette citation-là aussi. Mais le sentiment est là !

Article original
Traduction réalisée par Nak


Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :