Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Romans Fantasy > Légendes du pays > Vagabonds et insulaires


Vagabonds et insulaires

Titre VO: Wanderers and Islanders

Tome 1 du cycle : Légendes du pays
ISBN : 978-275640174-4
Catégorie : Aucune
Auteur : Steve Cockayne (Proposer une Biographie)

Vagabonds et Insulaires vivaient jadis en harmonie, les uns explorant le vaste monde, les autres demeurant sur leur île pour perpétuer les arts et les techniques ancestrales. Jusqu’au jour où il se produisit un grand schisme qui signa la fin de tout un peuple. Cette légende, bien peu la connaissent. Quand, enfant, le petit Rusty Brown l’entend pour la première fois, elle éveille en lui l’écho l’un secret oublié. Leonardo Pegasus, lui, n’en a jamais entendu parler, il faut dire que ses fonctions de magicien royal ne lui laisse guère de temps pour ces enfantillages. Quant à Victor Lazare, qui ne croit plus aux légendes depuis longtemps, ses certitudes pourraient bien être remises en cause par une rencontre inattendue.

Critique

Par John Doe, le 10/10/2009

Insolite est assurément le sentiment qui prédomine une fois ce court (284 pages) livre refermé.
L’auteur nous propose avec ce Vagabonds et insulaires un livre choral, qui nous invite à partager le destin de trois personnages principaux : Rusty Brown, un jeune garçon curieux du monde qui l’entoure, Leonardo, magicien de cour au service du vieux roi et Victor Lazare, un ex-soldat engagé pour restaurer une ancienne demeure. Se greffe à ces trames principales une mystérieuse voix off qui ne se dévoile qu’à la fin du tome.
L’univers de Cockayne fait penser à l’Angleterre d’avant la Révolution Industrielle, une Angleterre où la magie existe mais semble s’effacer peu à peu au fur et à mesure que les progrès techniques supplantent les anciennes traditions. Le titre du roman lui-même, Vagabonds et insulaires, renvoie à une légende racontée au jeune Rusty par son instituteur, sans que l’on sache véritablement s’il s’agit d’un mythe ou d’une réalité ancienne.
Le ton choisi par Cockayne est assurément intrigant : le livre baigne dans une sorte d’atmosphère ouatée qui laisse une large part au mystère, peut être même un peu trop. Il est ainsi difficile de se passionner réellement pour le devenir des personnages, dont les contours sont davantage esquissés que réellement définis. A cela s’ajoute une progression de l’intrigue incertaine, conséquence sans doute du morcellement géographique et temporel voulu par l’auteur.
Le livre recèle pourtant de bonnes idées : tout ce qui concerne la magie de Leonardo est assez réussi, et le concept de sa « machine à empathie multiple » est fascinant, ce théâtre de marionnettes renvoyant à la réalité dérisoire du peu de libre arbitre dont disposent les êtres. Cette trouvaille n’est malheureusement pas complètement exploitée, les personnages sont quelque peu livrés à eux-mêmes et manquent d’ancrage dans la réalité. Leurs réactions peuvent paraître illogiques et abruptes au lecteur, avec un Leonardo bien naïf, ou encore Rusty, au comportement assez étrange de prime abord.
Que penser de ce livre au final ? Il m’a laissé assez perplexe, non qu’il soit véritablement ennuyeux, frustrant plutôt. La courte biographie nous présentant l’auteur comme un ancien chef opérateur pour la BBC, il est tentant de se dire que le livre manque de focus, avec ses héros trop passifs pour réellement emporter l’adhésion. Ce raccourci facile n’empêche pas Cockayne de créer un monde assez prenant, et la fin de ce premier tome donne assurément envie de connaître la suite, en espérant toutefois que le rythme s’accélère et que les personnages acquièrent une consistance supérieure pour impliquer le lecteur davantage.

6.0/10

Discuter de Vagabonds et insulaires sur le forum.



Auteur


Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :