Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Romans Fantasy > Thornhill


Thornhill

ISBN : 978-281261528-3
Catégorie : Jeunesse
Auteur/Autrice : Smy, Pam

Mary a habité là pendant des années.
Entre ses murs, elle a vécu les pires moments de sa vie. Ella, elle, ne peut s’empêcher d’observer cet étrange endroit depuis sa chambre. La nuit, elle se demande ce qu’il cache. Certains ne voient en lui qu’un vieil orphelinat.
D’autres sont au courant de son secret… Mais tout le monde connaît son nom. Thornhill. 

Critique

Par Gillossen, le 04/08/2020

Thornhill est un ouvrage à part.
Mi-roman mi-livre d’illustration (sans texte, sauf à tomber sur une page de journal), il nous conte deux histoires en parallèle, l’une au présent, l’une plongeant ses racines dans le passé, mais avec toujours en point de mire la silhouette lugubre de l’orphelinat de Thornhill. Cette double narration est parfaitement maîtrisée, mais à l’image de l’intrigue proprement dite, elle n’est pas vraiment originale en soi. 
L’intrigue, justement, fait la part belle au harcèlement (scolaire), une thématique de plus en plus abordée depuis quelques années en littérature Jeunesse. L’autrice s’exécute avec rigueur et tact, sans en faire trop, illustrant bien les rouages de ce terrible phénomène, y compris dans les réactions de la pauvre Mary, parfois tout de même un peu naïve ou trop fragile pour ne pas espérer, même si l’espoir lui-même s’apparente ici souvent à un spectre rabougri hantant les couloirs de l’établissement. Mais, malheureusement (évidemment, pourrait-on ajouter !), ces mécaniques se révélant souvent aussi implacables que semblables, l’histoire en tant que tel n’apporte pas forcément grand-chose de neuf sur le sujet. 
Le plus gros atout, et de loin, de Thornhill se situe dans l’ambiance inquiétante qui se dégage de cette atmosphère poisseuse. Les illustrations, signées également Pam Smy, possèdent indéniablement une originalité, un trait, qui pour le coup les distinguent clairement du tout-venant. Pour un peu, on se surprendrait même à frissonner. Et le tout donc sans un mot. Le tout surtout magnifié par l’édition de grande qualité du Rouergue. La qualité du papier, de l’impression, une couverture cartonnée… L’éditeur propose un écrin à la hauteur. 
Et si le final se laisse deviner assez vite, il n’en demeure pas moins frappant. On referme donc Thornhill avec le sentiment d’avoir levé le voile sur une histoire tragique, certes, mais avant tout marquée par le poids de l’absence, une absence aussi étouffante qu’invisible. L’absence d’écoute, de compassion, d’amitié. A quel prix la dépasser, briser cette ronde infernale, ce cycle ? Le récit entrouvre une porte de sortie, une porte qui ne se franchit pas indemne. 
A lire, indéniablement, quand bien même Thornhill vous obligerait à quitter votre zone de confort. Il le mérite. 

7.5/10

Discuter de Thornhill sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :