Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Romans Fantasy > Shaggartha


Shaggartha

ISBN : 978-229034858-1
Catégorie : Aucune
Auteur : Jacques Sadoul

Quatre personnages contemporains (un paléontologue, une shampouineuse, un guide de safari africain, une actrice chinoise spécialisée dans les arts martiaux), et une nymphe d’un autre temps et d’un autre monde sont “aspirés” sur une terre parallèle pour y composer l’Aragne, une entité devant être réformée tous les trois mille ans pour combattre la terrible Noirceur, puis l’infâme reine Héliara… Mages, dragons, sortilèges, gnomes, elfes, hordes barbares, voyages temporels, aucune rencontre insolite, aucune épreuve ne sera épargnée aux champions dans leurs luttes pour défendre le monde de Shaggartha. Des aventures aux enjeux cosmiques à l’issue d’autant plus douteuse qu’ils comptent parmi eux une émanation du Mal…

Critique

Par Belgarion, le 21/09/2005

Que dire de ce livre étrange qui laisse une impression très mitigée?
Sur un plan strictement éditorial, Shaggartha est constitué d’un premier livre paru précédemment chez Flammarion sous le titre de Chronique des dragons oubliés et d’un second livre inédit publié sous le titre de Chronique de la mana perdue. L’ensemble est donc assez volumineux.
Une fois n’est pas coutume, ce sont les défauts inhérents à l’ouvrage qui m’ont le plus marqué. Le résumé est loin de faire envie et évoque plutôt un enième passage de personnages de notre monde dans un monde de fantasy avec tous les problèmes - classiques - d’adaptation au mode de vie indigène qui résultent de ces situations. Le début est d’une platitude affligeante avec des dialogues qui sonnent creux, sensés illustrer la surprise des héros à se trouver ici ainsi que leur mise en contact mutuelle. La quête principale de l’Aragne telle qu’elle est annoncée paraît sortir tout droit d’un jeu de rôle, avec la nécessité de réunir divers objets magiques pour contrer l’invasion de la noirceur maléfique. Le style narratif est souvent maladroit dans sa formulation et casse de temps à autre le rythme du récit.
Et pourtant, en dépit de ces nombreuses imperfections, le rythme de l’histoire réussit peu à peu à intéresser, puis captiver, le lecteur tout le long de la gigantesque quête sur le monde de Shaggartha. Le talent de conteur de l’auteur est pour beaucoup dans ce brusque regain d’intérêt. Les personnages s’étoffent au fil des pages pour offrir un visage plus contrasté, moins caricatural, et on se prend à vraiment s’intéresser à leur histoire.
Sur ce point la nymphe immortelle Mylène constitue pour moi un des meilleurs personnages issu d’un livre de fantasy avec un côté maléfique mais en même temps très humain qui en fait une héroïne complexe et fascinante. Certains éléments mis en place par l’auteur sont d’ailleurs particulièrement bien trouvés et font au final s’écarter le roman d’une intrigue par trop classique. Ainsi, la course poursuite à travers les âges à travers des passages temporels pour former l’Aragne ou encore l’intervention des Fils Dragons donnent une image beaucoup plus flatteuse de Shaggartha tout en contribuant à faire monter le suspense. Ces améliorations aboutissent à un final bien plus original et intéressant que ne le laissait craindre le début.
Cependant, il serait vain de dire que le roman est un très bon livre, tout au plus un livre correct parsemé d’idées intéressantes mais hélas sujet à trop de défauts. Je le recommanderai donc comme une lecture agréable mais non indispensable à profiter en cas de trous dans votre planning de lecture.

5.0/10

Discuter de Shaggartha sur le forum.



Auteur


Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :