Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Cycle Romans Fantasy > Le Dernier apprenti-sorcier > Peur sur la ligne


Peur sur la ligne

Titre VO: The Furthest Station

Tome 5 du cycle : Le Dernier apprenti-sorcier
ISBN : 978-229015548-6
Catégorie : Aucune
Auteur : Ben Aaronovitch
Traducteur : Domis Benoït

Comme tous les matins, vous prenez votre métro ou votre train de banlieue pour gagner le centre-ville de Londres où vous attend une rude journée de travail. L’attente, les bousculades, la morosité des autres voyageurs sont votre lot quotidien. Même l’occasionnel illuminé qui braille et gesticule ne vous émeut plus. Mais là, c’est différent : qui sont ces étranges personnages vêtus de façon anachronique qui, tous, essaient de vous communiquer un message urgent ? Le plus curieux, c’est que vous oubliez presque aussitôt leur existence… Hum, de quoi parle-t-on déjà? Aucun doute, cela relève du domaine de compétence de l’agent Peter Grant, pour l’occasion accompagné d’une stagiaire encombrante et d’un chien détecteur de fantômes à la fiabilité toute relative…

Critique

Par Saffron, le 19/12/2018

La fantasy et les romans policiers étant les deux genres spécialistes des séries à rallonge, il n’est guère étonnant de voir une saga mélangeant allègrement ces deux thèmes développer des « tomes intercalaires ». En fait de « tome 5.5 », à caser chronologiquement entre Les Disparues de Rushpool et L’Arbre aux pendus, Peur sur la ligne est en réalité une novella d’une centaine de pages. Mais on le sait, ce n’est pas la taille qui compte, et Ben Aaronovitch le prouve admirablement ici.
Prenez tous les ingrédients d’un épisode « classique » du Dernier apprenti-sorcier, concentrez le tout dans un petit tiers du format habituel, et vous obtenez une enquête menée tambour battant et dans un style encore plus percutant qu’à l’ordinaire, format oblige. Après Murmures souterrains (tome 3, pour resituer), l’auteur revient ici à l’essence même de la fantasy urbaine en renvoyant Peter Grant et ses acolytes dans le métro, théâtre d’étranges apparitions ectoplasmiques en pleine heure de pointe.
Cet épisode bonus est l’occasion de réunir le casting des « gentils » au grand complet, même si certains ne font que passer. Les apparitions de Molly, aussi anecdotiques soient-elles, restent des moments d’anthologie, surtout dans le cadre de scènes domestiques impliquant également l’inspecteur Nightingale. Le personnage qui sort le plus du lot est toutefois Abigail, cousine de Peter et stagiaire autoproclamée de la Folie pendant les vacances scolaires. Trop peu exploitée dans les romans, l’adolescente, qui pousse la rébellion jusqu’à vouloir devenir meilleure que Cicéron en latin, pourrait bien représenter à elle seule le futur de la magie en Grande-Bretagne.
Sans être indispensable à la compréhension de l’histoire principale, cette novella possède une vraie consistance et permettra aux inconditionnels de la série de patienter un peu avant l’arrivée en français du tome 7.

7.0/10

Discuter de Peur sur la ligne sur le forum.



Auteur


Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :