Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Romans Fantasy > Mordred, Bastard Son


Mordred, Bastard Son

ISBN : 978-155583987-1
Catégorie : Aucune
Auteur : Douglas Clegg

Un mystérieux prisonnier se confie à un jeune moine pensant ses blessures… Ce prisonnier, c’est Mordred lui-même, le bâtard d’Arthur, arrêté pour meurtre et trahison.
Son histoire est une histoire d’ambition, de pouvoir, de vengeance, et de trahison.
Conçu dans la violence, né de la royauté, élevé en exil, Mordred est revenu pour réclamer son trône.

Critique

Par Gillossen, le 31/01/2006

Mordred est une figure trouble de la légende arthurienne, le personnage connaissant d’ailleurs des portraits contradictoires (parfois même frère de Guenièvre) selon certaines variantes de celle-ci. Mais quoi qu’il en soit, on retient principalement de lui l’assassin d’Arthur. Et ne le retrouve pas dans le Neuvième Cercle de l’Enfer de Dante, celui des traîtres à leur famille ?
Douglas Clegg propose tout autre chose, un récit narré par cette figure maudite elle-même, le plaçant dans le rôle du héros, au centre de l’histoire. Cette carte du contre-pied fonctionne sans problème, voire même surprend, comme lorsqu’il est question de son histoire d’amour impossible avec nul autre que Lancelot. On retrouve même Merlin dans un rôle de précepteur bien connu sous cet angle, l’auteur ne bouleversant pas non plus toute la structure du mythe, mais la renouvelant sous de nouvelles perspectives, et sans oublier ce qui a fait sa force et sa pérennité au fil des siècles.
Inexorablement, le destin avance, et la conclusion de ce roman tend à nous rappeler que ce qui nous attend par la suite ne pourra être remis en cause. Mordred incarne un personnage étoffé, beaucoup plus humain et tangible que le peu que l’on savait généralement sur son compte, et en cela, l’entreprise de Clegg fait mouche. L’écrivain attend ses autres objectifs avec une réussite comparable, par exemple sur la forme et son utilisation de la narration à la 1ere personne du singulier.
Toutefois, il est bon de se souvenir que cette approche n’est pas entièrement nouvelle, Mary Stewart ayant accordé un tome entier à Mordred justement, après son Cycle de Merlin.

7.5/10

Discuter de Mordred, Bastard Son sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :