Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Romans Fantasy > Monument


Monument

ISBN : 978-281120033-6
Catégorie : Aucune
Auteur : Ian Graham (Proposer une Biographie)

Ballas est un colosse, un poivrot, et un vagabond.
Dans ses yeux, il n’y a que de l’avidité et dans son cœur, de l’amertume. Ce n’est pas le genre d’homme taillé pour la légende, juste pour une tombe anonyme. Du reste, plein de gens sont disposés à raccourcir son séjour sur terre !
Du coup, quand un jeune prêtre le sauve d’un tabassage dans la rue, Ballas ne sait pas comment réagir à un tel acte de bonté. Il préfère le trahir en volant ceux qui lui avaient offert l’espoir.
L’objet que Ballas a dérobé peut aisément être caché sous une cape, mais ce n’est pas le genre de babiole qu’on peut vendre sur un marché contre un bol de soupe… C’est un artefact qui poussera toute une armée à le pourchasser et mènera le monde au bord du chaos.

Critique

Par Gillossen, le 23/02/2005

Être le meilleur élève de David Gemmell ne constitue sûrement pas un point négatif lorsque l’on publie son premier roman… Et assurément, conformément à la manière dont on nous le présente, Ballas n’est pas un héros - ou plutôt protagoniste principal - ordinaire. Mais ce Monument aspire-t-il à le devenir, dans le paysage de la Fantasy ?
Il faudrait voir à rester mesuré.
Certes, voilà un roman dont, comme chez Gemmell, il est facile de tourner les pages encore et encore, sans savoir - pouvoir ? - s’arrêter. Certes, Ballas, homme blessé par la vie, à défaut de se montrer véritablement attachant, - la “faute” n’en revenant pas à l’auteur mais au personnage lui-même - s’impose rapidement comme une figure de proue dont on suit le sillage avec tension et intérêt. Certes, en 370 pages, nous avons là une histoire complète - et sans concession - qui ne nous contraint pas à négocier avec notre porte-feuilles pour un cycle de 10 tomes, l’argument financier faisant toujours réfléchir.
Mais ce roman contient son lot de points faibles. Tout d’abord, et peut-être le plus flagrant, l’histoire elle-même : de bastonnade en bastonnade, il s’agit souvent d’aller d’un point A à un point B, pour rencontrer telle ou telle personne permettant d’aller plus loin. Bien sûr, résumé de la sorte, cela peut s’adapter à bon nombre de romans, appartenant ou pas à la Fantasy, mais c’est assez criant ici. Renforçant cette impression, le manque d’épaisseur de cet énième monde inventé sans grandes recherches, qui nous rappelle là encore les créations de David Gemmell, celui-ci maîtrisant tout de même cet aspect des choses avec un peu plus de coffre. Ballas lui-même, ce poivrot violent et égoïste, comme on nous le rappelle constamment, n’est pas aussi percutant qu’on pourrait le croire, la Fantasy ne l’ayant pas attendu pour nous proposer autre chose que des chevaliers blancs.
Cela dit, le nombre de  lèvres éclatées” et autres “putains” pourra paraître sans doute presque complaisant aux yeux de certains… Et voilà que le roman se termine déjà, de façon un peu trop précipitée pour être totalement satisfaisante, avec des explications de dernière minute dont on aurait préféré qu’elles nous restent inconnues.
Au final, et même si la lecture demeure prenante, le plus gênant est sans doute de se dire que ce roman ressemble tellement à du Gemmell que l’on ne sent aucunement le style de l’auteur, seulement ses faiblesses.

4.5/10

Discuter de Monument sur le forum.



Auteur


Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :