Vous êtes ici : Page d'accueil > Fantasy > Romans Fantasy > Les Chevaliers du Tintamarre


Les Chevaliers du Tintamarre

ISBN : 978-235408769-2
Catégorie : Aucune
Auteur/Autrice : Bardas Raphaël

Avant d’être héros, chevalier ou prince, il faut savoir lever le coude !
Silas, Morue et Rossignol rêvent d’aventures et de grands faits d’armes tout en vidant chope de bière sur chopé de bière à la taverne du Grand Tintamarre, qu’ils peuvent à peine se payer. Lorsque la fantasque et très inégalitaire cité de Morguepierre, entassée sur les pentes d’un Volcan, devient le théâtre d’enlèvements de jeunes orphelines et voit des marie-morganes s’échouer sur ses plages, les trois compères se retrouvent adoubés par un vieux baron défroqué et chargés de mener l’enquête.
Les voilà lancés sur les traces d’un étrange spadassinge, d’un nain bossu et d’un terrible gargueulard, bien décidés à leur mettre des bâtons dans les roues… et des pains dans la tronche.

Critique

Par Aerendhyl, le 31/07/2020

Nous y voilà ! Le temps des pépites de l’imaginaire – certes avec quelques mois de retard de notre côté pour ce dernier titre ! Un moment toujours agréable – ou non – au cours duquel nous découvrons les auteurs de demain, les plumes de l’avenir du côté de la littérature de l’imaginaire.
Mnémos nous propose ici un roman sortant un peu du cadre habituel, où les héros ne sont pas de preux chevaliers cherchant à sauver le monde d’une terrible menace.
C’est d’ailleurs bien le contraire : nos trois héros ne sont que de simples poivrots. Des piliers de comptoir dont le principal divertissement est le lever de coude à la binouze. Une bande de joyeux lurons en mal d’aventure et qui se retrouve embarqués – un peu malgré eux – dans une aventure qui les dépasse.
Ce qui vient caractériser ce roman, c’est le ton abordé. Loin d’être sérieux, l’humour est de rigueur ici. Les joutes verbales sont monnaies courantes et les cocasseries également.
Voilà un parti pris à double tranchant, qui va grandement rebuter certains et, à l’inverse, embringuer les autres ! Cela a fonctionné de notre côté, car cela colle à l’image que l’auteur donne de ces trois couillons (on peut se permettre de les appeler ainsi vu le contexte du roman!) !
Cela conduit à des situations plus ou moins cocasses, dans lesquelles nos trois héros vont tenter de se sortir par tous les moyens possibles et inimaginables : que ce soit grâce à leurs verbiages fleuris, à leurs couardises ou avec leurs poings… De quoi contenter un peu tout le monde sans que l’un ne prenne le pas sur l’autre !
L’histoire en elle-même est prenante. Une série de disparitions entraîne les autorités à se pencher sur la question. Des autorités qui se retrouvent un peu dépassées par les événements et finissent par faire appel à nos joyeux lurons. Vous vous en doutiez bien évidemment, mais ces derniers étaient déjà impliqués jusqu’au cou dans l’affaire…
L’intrigue prend place dans une cité qui aurait mérité quelque approfondissement. Finalement, nous en savons peu sur Morguepierre, si ce n’est qu’il s’y dégage une certaine obscurité. Nous en parcourons les rues avec plaisir et découvrons une cité aux diverses facettes intrigantes. Au fil des pages, un lien se forme avec l’intrigue, mais sans vraiment le développer, ce qui est fort dommageable.
Outre cela, les rebondissements sont bienvenus. Sans nous prendre de court, l’auteur prend le temps de développer son récit et nous conduire vers la conclusion qu’il s’imagine. Un léger cliffhanger nous prend à défaut pour notre plus grand plaisir et vient « conclure » ce roman.
L’un des reproches que l’on pourrait faire à l’auteur rejoint un débat qui s’enracine dans notre société actuelle : la place des femmes. Il est vrai que dans ce roman, il n’y a rien de vraiment reluisant pour celles-ci. Nous les retrouvons bien plus dans l’idée de femmes aux mœurs légères et frivoles… On ne les retient surtout que par leur physique qu’autre chose, enfin presque… mais cela, nous vous laissons le découvrir !
Les chevaliers du Tintamarre propose donc quelques bonnes idées, une bonne intrigue, un trio d’idiots… Bref, un savoureux mélange qui nous fait passer un sympathique moment. 
On regrettera donc simplement que la cité ne soit pas plus exploitée que cela. Mais qui sait ? Voilà peut-être une volonté de l’auteur pour de prochaines aventures. 

6.5/10

Discuter de Les Chevaliers du Tintamarre sur le forum.



Dernières critiques

Derniers articles

Plus

Dernières interviews

Plus

Le héros de la semaine

Retrouvez-nous aussi sur :